Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 09:49

Le journal local vient de publier un nouvel article relatif au Fort aux Fresques, dans lequel il rappelle que les bénévoles, membres de l'association,  n'ont pas hiberné lors de la mauvaise saison. Ils ont mis à profit le long hiver que nous avons connu pour aménager le fort en profondeur et le rendre plus attractif et instructif aux visiteurs tous les premiers dimanches du mois.


Ni la descente de 107 marches, ni la température ne dépassant pas 14°, ne devraient décourager les passionnés de la Ligne Maginot.


Construit dans une clairière entre 1931 et 1935, ce fort était qualifié de "petit ouvrage d'infanterie". Il compte 3 blocs de combat plus un bloc d'entrée. Il s'étend sur 1400 m de galeries à 30 m sous terre.


Plus de 2500 ouvriers de toutes nationalités y ont travaillé jour et nuit. Cet apport de main-d'oeuvre fit la prospérité du village qui comptait moins de 400 habitants et où fleurissaient, avant guerre, plusieurs auberges prises d'assaut : chez Emile BOTTER, les cafés de la Poste et La Lorraine, mieux connu comme café MAILLARD, chez BAJOLET au Streiffel, la maison MOLL, refuge des Tchèques, des Slovaques et des Algériens, la barraque de l'entrepreneur VENTURI et ses 3 filles Adriana, Clara et Ida, fréquentée par les Italiens et où on y dansait jusqu'à l'aube.


A 10 mètres des VENTURI, dans la maison "Célestin DEPENWEILLER", un autre débit de boissons tenu par un certain BUTTI qui maria sa fille à un gars du village, René BLUME. René, inhumé au cimetière de l'Est à Metz-Queuleu, tenait la comptabilité avec son copain Louis HUMBERT pour le compte d'un GEONOTTI, chargé du paiement des salaires des ouvriers. Le comptoir Geonotti se situait dans le Lammaparch (parc aux moutons) entre les routes vers Ebersviller et Edling.  Sans compter l'entrepôt d'alcool de la mère BOLIS, de nationalité italienne aussi, à la Geissenmihlen. Force est de constater que la communauté italienne était importante à cette époque-là.

 

Mentionnons aussi les "baraques jaunes" qui servirent de réfectoire aux nombreux ouvriers puis furent occupées par les soldats de Bockange.

 

La route de Metz entre Streiffel et Bockange. A droite les "baraques jaunes"  vues de Piblange

copyright solnade 1er mai 2009


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean-Luc 07/05/2009 12:32

Les "barraques jaunes" étaient une cantine pour les ouvriers constructeurs de la ligne Maginot. Je me suis demandé à qui elles appartiennent et j'ai toujours été surpris qu'elles n'aient jamais servi à rien d'autre depuis (même pas pour récupérer les matériaux tels que tuiles, etc..). As-tu les réponses ? A+.

Jean-Luc 06/05/2009 23:22

En réalité je n'avais aucune intention d'aller plus loin dans les commentaires à fortiori ceux écrits. Je sais faire la part des choses: celles qui concernent une époque passée avec d'autres valeurs, d'autres difficultés, d'autres tabous. D'un autre côté, ces anecdotes concernent des gens que pour l'essentiel je n'ai pas connus, d'où bien des erreurs et des malentendus possibles....A+

Jean-Luc 03/05/2009 21:59

A une époque où les "maisons closes", constituaient une activité légale, sinon respectable, il est clair que les débits de boisson d'Hestroff (ou certains d'entre eux) fournissaient quelques prestations susceptibles d'intéresser 2500 jeunes célibataires masculins.... Mon tonton René Duval en tant que sergent d'infanterie avait régulièrement une permanence de police militaire et à ce titre, il a gardé quelques anecdotes à ne raconter que dans les fins de banquets...!!!

solnade 04/05/2009 15:56


En effet, le tonton René DUVAL en savait beaucoup ! Ceux qui étaient sous ses ordres... itou !
Mais il n'y a pas encore prescription... et certains héritiers pourraient s'en offusquer...


Présentation

  • : Hestroff, village de la Moselle francique
  • Hestroff, village de la Moselle francique
  • : Hestroff avant, pendant, après, de 1680 à 1789, 1939-45, 2009, 2010, 2011. Ses habitants, son histoire, sa généalogie, son actualité. Histoire et généalogie pays de Nied, Metz, Moselle
  • Contact

Recherche