Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 19:00

  Léopold, dernier duc de Lorraine

 

Elisabeth-Charlotte d'Orléans °1676+1744, désormais duchesse de Lorraine, entretint une longue correspondance avec Madame, sa mère, la princesse palatine. Cette dernière, qui disait ne jamais s'ennuyer tant elle avait plaisir à écrire de longues lettres à sa fille tous les dimanche, mardi et vendredi (les autres jours étant réservés à sa chère Electrice, sa tante Sophie de Hannovre) et cousins et cousines du Saint Empire germanique.

charlotte-de-baviere-Princesse_Palatine.jpgBeaucoup de lettres ont disparu. A nous de dégoter des écrits évoquant la vie à la cour de Nancy ou de Lunéville où Léopold et sa suite dut se réfugier lors de la guerre de succession. Car les lettres de Madame, la duchesse d'Orléans, et de sa fille, la duchesse de Lorraine, sont dignes d'attention car écrites au fur et à mesure des événements.

Charlotte-Elisabeth von der Pflaz-Simmern et non de Bavière, deuxième épouse de Philippe, frère de Louis XIV, se distinguant par une originalité que personne n'osait imiter, vivait étrangère à et dans une cour qui se voulait brillante. Passionnée par les chiens et les chevaux, celle qui n'avait de complaisance que pour son roi (qui le lui rendait bien d'ailleurs) et son mari homo (pour lequel elle avait tout de même le plus grand mépris), avait-elle élevé Elisabeth-Charlotte à son image ?


Elisabeth_Charlotte_de_Orleans.jpgCertains auteurs prétendent que la duchesse de Chartres, en épousant Léopold de Lorraine, aurait été ravie de se voir délivrée de la rude férule de Madame... Elle n'hésitera cependant pas à tenir exactement au courant la princesse palatine de ce qui se passait à la cour lorraine : "C'est une malédiction ces affreuses maîtresses, partout elles causent du malheur; elles sont possédées du démon. Madame de Craon et son prince rongent le prince jusqu'à la chemise". Force est de constater que tout comme Madame sa mère, la duchesse se laissait entraîner aux plus plus violentes injures. 

De son côté, en femme pratique, la Palatine, qui avait déclaré peu avant le mariage de sa fille que le célibat est le meilleur état, que le meilleur des hommes ne vaut pas le diable, que l'amour dans le mariage n'est plus du tout à la mode et passerait pour ridicule, trouvait que sa fille pourrait encore prendre son parti quant à l'affection de son mari. Ce qui la révoltait surtout c'était les folles dépenses de son gendre pour Madame de Craon et ses enfants, dépenses qui ruinaient les enfants légitimes.

 

Le duc de Lorraine, en effet, ne se contentait pas d'offrir à sa maîtresse des fêtes coûteuses mais il comblait d'honneur les enfants et avait doté richement es filles Craon. Ce qui fit dire à la duchesse de Lorraine que "Il n'y a point de rois qui aient fait à leur favoris une plus belle fortune... L'on songe à établir cette race sans songer à la sienne propre".

 

Vrai que le prince de Craon fermait les yeux et profitait des plus grandes libéralités du duc de Lorraine. Entre les titres et les honneurs, il recevait sans cesse des bénéfices, des donations de terre, tant et si bien qu'il jouit bientôt de revenus considérables. 

Vrai aussi que la princesse de Craon eut de 1704 à 1730 rien que 20 enfants, sans que ces maternités répétées nuisissent en rien à la passion qu'elle avait inspirée à Léopold.

Au fait, que savons-nous exactement de celle qui allait devenir la mère de l'Empereur ?

 

La dernière duchesse de Lorraine

 





 


 


 


 

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by solnade - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Hestroff, village de la Moselle francique
  • Hestroff, village de la Moselle francique
  • : Hestroff avant, pendant, après, de 1680 à 1789, 1939-45, 2009, 2010, 2011. Ses habitants, son histoire, sa généalogie, son actualité. Histoire et généalogie pays de Nied, Metz, Moselle
  • Contact

Recherche