Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 00:30

 

Blog-Jerome-Jacob.jpg

 

http://www.jerome-jacob.fr/

 

Jérôme Jacob, en étroite collaboration avec Georges Gabé, nous a offert, il y a quelques années déjà, l'excellent site web Hestroff.online que nous continuons à consulter régulièrement. 

 

Mais pour mieux connaître Jérôme Jacob, il serait peut-être opportun de lui rendre visite sur son blog dans lequel il vous parle de ses passions, son parcours universitaire, ses créations et son goût pour l'écriture, car Jérôme a déjà un roman à son actif.

 

Jerome-Jacob-Hacker.jpg

 

 

Confession d’un hacker, disponible chez l'auteur et chez Lulu.com, plonge le lecteur dans l’univers des pirates informatiques et des nouvelles menaces qui planent sur la société…

  Jacob-Mirabelle-plateau.jpg

  Mirabelle TV : Interview de Jérôme Jacob 

 

Confession d'un hacker a fait l'objet d'un bel article publié par le RL du 20 juin 2010, tandis que Mirabelle TV a invité son auteur sur son plateau dans le cadre de son Grand Rendez-Vous.

 

 Jacob-Mirabelle-plan-1.jpg

 

 

----------------------

Hestroff.com avait fait écho au site de Jérôme Jacob  "Dames de compagnie" qui fit la Une de notre journal local, suivi ses exploits sportifs sur Dailymotion, etc...

 

Mirabelle TV, notre nouvelle chaîne de télévision, qui  promet de nouvelles saveurs chaque jour, diffuse depuis le 10 juin dernier. 



Repost 0
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 00:00

Faisant suite à la catégorie "Les Gens de Chez Nous", nous avons créé une autre catégorie : Les blogueurs de chez nous. Ceci en vue de mettre en lumière celles et ceux qui ont créé des sites web et/ou ouvert un blog soit pour se présenter soit pour partager leurs passions.

 

N'hésitez pas à nous communiquer les URL des gens de chez nous, c'est-à-dire ceux originaires de Hestroff ou y résidant, mais aussi des cousins éparpillés dans les villages voisins ou dans le monde entier.

 

Cette nouvelle catégorie s'ouvre, aujourd'hui, tout naturellement avec le blog de notre très prolifique Jérôme Jacob, à qui nous dédions notre première photo de Ricciacum qu'il nous avait chaudement recommandé.

 

Ricciacum 30mai10 120Ricciacum avec Cattenom à l'horizon...

 


 

 

 


 


 


 


Repost 0
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 13:50

Il fait irrespirable. Trop chaud. Trop d'ozone. Comme nos voisins sarrois et luxembourgeois, allez prendre un bol d'air à Cadzand, à l'extrémité ouest de la Zélande aux Pays-Bas.

 

 

Cadzand 1010

Cadzand 989

Sluis 955

 

Cadzand 1006

Repost 0
Published by solnade - dans Balades
commenter cet article
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 00:00

Laurent,  Jean, Charles Nadé, né à Bouzonville le 5 mai 1952, est décédé le 30 juin 2010 à Thionville.


La messe d'enterrement sera célébrée ce samedi 3 juillet à 9h30 en l'abbatiale Sainte-Croix à Bouzonville, où il résidait.


Laurent ira ensuite rejoindre ses parents qui reposent au cimetière d'Ebersviller.


Laurent était le fils de Germaine Bettinger, décédée en 1994 à Vernéville, et de François Nadé, instituteur à Anzeling, décédé en 1964 dans sa 45e année à Metz.

 

De Laurent, notre cousin, nous garderons l'image de l'adolescent fan de foot et de pêche...

 


 



 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by solnade - dans Avis de décès
commenter cet article
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 23:01

Cadzand-999.jpg

  Cadzand-993-Breskens.jpg

 

Cadzand 1008

 

Cadzand-1017.jpg

  Sluis-974.jpg

 

Sluis-971.jpg

 

Sluis-984.jpg

Repost 0
Published by solnade - dans Balades
commenter cet article
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 20:14

Nous venons d'apprendre avec consternation le décès d'Alexandre Ruppert, fils de Yolande Lemmery et de Christian, respectivement décédés en 2002 et en 2005.

 

Alexandre était le petit-fils d'Adolphe Lemmery, qui nous a quitté l'an passé, et de Marguerite Back demeurant à Hestroff.


 

Ruppert-Alexandre.jpg

 

La cérémonie religieuse sera célébrée le jeudi 1er juillet 2010, à 14h30, en l'église Sainte-Jeanne d'Arc à Montigny-lès-Metz.


Nous présentons nos sincères condoléances à toute sa famille.

 

Repost 0
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 00:00

Hélas non !


Outre un fils, Hugo de Hestroff, Nicolas d'Alsten, aurait eu une fille, Marguerite Suzanne, qui aurait épousé François de Vendôme, prince de Martigues, margrave de Bade-Durlach, duc de Beaufort, pair de France, alias Wuillaume ou Guillaume Hombourger...


Si Nicolas Dalstein est notre sosa 1288, ce Guillaume Hombourger est notre sosa 3209 via Menskirch, Chémery, Hobling et Ebersviller

 

Chémery 23mai2010 766

Eglise de Chémery

 


François de Bourbon-Vendôme, 2e duc de Beaufort, fils de César de Bourbon-Vendôme et de Françoise de Lorraine, était un petit-fils de Henri IV. Né le 16 janvier 1616, resté célibataire et décédé sans postérité, François serait mort à Dalstein le 11 décembre 1686 et non pas le 25 juin 1669 en Méditerranée lors d'un assaut contre les Turcs.

 

Nous laisserons volontiers cette nouvelle énigme historique à son géniteur, qui, dans le cadre de ses  recherches, n'hésite pas à faire des milliers de kilomètres à la recherche de ses mystérieux ascendants. Vulcain, cousin avéré via les Dalstein et les Hombourger, a déjà écumé notre petit pays tel que vous pourrez vous en rendre compte via son commentaire laissé dans "La Lorraine se dévoile" en juin 2008 :

 

Ce que vous dites à propos du château de Hombourg-Budange me consterne au plus haut point.
C'est en 1984 que me rendant à Chémery-les-deux pour des recherches généalogiques, j'ai été choqué par le comportement de M. de MORTEMART.
Pénétrant sans autorisation jusqu'à la cour du château, j'ai été aperçu par ce monsieur qui n'ayant pas apprécié mon intrusion m'a éconduit. Rien de plus normal sauf que cela m'a permis de constater que ce château n'était pas entretenu et que la partie la plus ancienne menaçait ruine.
D'autre part, ce monsieur habitait le pavillon situé à gauche de l'allée d'accès (moins coûteux d'entretien).
Mais le pire, c'est lorsque je me suis rendu à l'auberge du village. Dans cette auberge étaient exposés, dans le but de vente toute une collection de portraits de femmes de l'époque Louis XV que j'attribuerais soit à Vigée Lebrun, soit à Nicole Legay. En outre un magnifique poêle et un bar en faïence (mis à prix 300.00 francs pour le bar) étaient aussi exposés dans le même but dans cette salle de restauration.
Si ce monsieur ne respecte pas le titre de duc dont il a hérité, de quel droit a t-il dilapidé le patrimoine des BRISACIER, KEDANGE et MALHORTIE, ses prédécesseurs ?
Ce château du 16ème siècle agrandi en 1719 menace ruine, c'est votre patrimoine et votre histoire qui fait naufrage.
Si je puis me permettre, alertez d'urgence la Lorraine et formez un comité de soutien de ce monument malheureusement vidé de son contenu et qui ne sert plus que de rendez-vous de chasse aux « amis » de ce monsieur. Je me souviens qu'en 1984 un M. Jacques MARTIN s'y rendait au volant de sa Porche, qu'on y festoyait à grands frais, ce qui doit continuer, si j'en juge votre blog.
La Lorraine a déjà perdu trop d'édifices publics et religieux, il faut alerter les pouvoirs publics.
Si je n'étais pas aussi éloigné, je mettrais tout en œuvre pour que ce château soit libre d'occupation, monterai une S.C.I et le ferais classer monument historique, pour sa sauvegarde.

 

 

---------------------------

A lire ou à relire Les Bourbons sur Gallica

Repost 0
Published by solnade - dans Enigme historique
commenter cet article
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 20:28

Beaucoup d'historiens se sont emparés de l'assassinat de Henri de Guise, chacun nous  donnant "sa" version. Nous n'avons pu que vous rapporter ce que nous avons lu. Certes, il  reste beaucoup d'autres ouvrages à consulter et notamment les documents d'époque qui ne seront probablement jamais à notre portée.

 

Guise-assassinat.jpg

 

Nous n'avons pas été en mesure de cerner toutes les intrigues qui précédèrent l'ouverture des Etats de Blois. Henri III, qui avait promis de veiller à la sûreté du duc de Guise, avait changé ses ministres puis refusa de les reprendre. Le texte original de la relation du légat, Morosini, écrite à Sixte Quint lors de l'assassinat du duc et du cardinal de Guise aurait pu mettre en lumière certaines particularités et mieux comprendre le rôle de ce dernier. La requête présentée au parlement de Paris par Anne d'Este, mère des deux princes assassinés, et Catherine de Clèves, veuve du duc de Guise, devrait aussi être pleine d'instruction. 

 

A notre humble niveau, et à la lumière de ce que nous savons aujourd'hui, nos interrogations restent du ressort d'un mauvais roman policier : 

 

Est-il possible qu'un colosse de près de 2 mètres, si imbu de sa personne selon les témoins, qui prévenu tant par sa maîtresse que par ses amis, nombreux au château de Blois, qui avait encore la veille déclaré que le roi "n'oseroit", crie pitié au lieu de riposter violemment ?

 

Est-il possible qu'au moment de se faire assassiner, Henri de Guise, qui connaissait tous les recoins du château de Blois et s'y sentait autant à l'aise que son cousin le roi, se soit fait piéger par une configuration des lieux qui aurait été secrètement modifiée ?

 

Quand on vous plante des coups de poignard, criez-vous  "eh les amis, eh les amis"  ? Traitres ! auriez-vous hurlé sous les coups de ceux qui se prétendaient vos amis...

 

Les cadavres de Henri et de son frère Louis seraient  partis en fumée... seulement par crainte que les manants ne s'arrachent leurs reliques... ?

 

Quel fut le rôle exact de Christophe de Bassompierre, membre de la chevalerie teutonne ?


Last but not least,  comment les chevaliers de Malte et/ou les Rosicruciens et/ou franc-maçons font-ils mourir Henri de Guise, 34 après, au château de Freistroff ?  

 

 

 

LaFayette-epee-aux-symbole-maconniques.png

Notre espoir est d’avoir rendu un peu plus curieux tous ceux qui ont collé à leur généalogie la belle ascendance du Balafré, d'avoir mis à disposition quelques informations permettant de cogiter sur le sujet et d'inviter tous ceux, qui ne craignent pas de soulever un lièvre, de faire des recherches plus approfondies en vue de rapporter d'autres indices, d'émettre d'autres hypothèses, même les plus folles, le ridicule ne tuant point...

 



"la chronologie a deux conditions particulières et nécessaires : l'une est dictée par les Grecs.. l'autre est aussi dictée par eux-mêmes. C'est au regard du chronologue qui doit être sans passion quelconque, non pas même en ce qui le pourrait toucher en ses plus intimes affections et désirs, car il doit considérer que ce n'est pas pour plaider sa cause devant les juges qu'il écrit, mais pour représenter les choses telles qu'elles sont. Ce terme de chronologie est différent de l'histoire, des annales, des chroniques et de l'éphéméride; car, en toutes ces façons de titres sont les écrits des choses mémorables advenues de tous temps, en tous peuples et nations, et par toutes manières d'auteurs, selon que chacun a pris plaisir plutôt en une sorte qu'en l'autre, et selon le sujet des matières. ... L'histoire est un récit des choses que l'auteur a vues, et les sait pour les avoir vues... Les annales au contraire sont un bref récit de quelques accidents particuliers... Les chroniqueurs recherchent le temps immémorial... L'éphéméride enfin est ce qui s'est dit et fait de personne à personne...et pour la France quelques rapsodies confusément rapportées...

 

 

Pierre-Victor Cayet,

docteur en la sacrée faculté de théologie et chronologique de France

Nouvelle collection des Mémoires pour servir à l'histoire de France depuis le 13e siècle jusqu'à la fin du 18e,

2 février 1605

 

 

 

------------

A lire ou à relire l'histoire de la papauté pendant les 16e et 17e

Henri de Guise sur Gallica

 


 


Repost 0
Published by solnade - dans Enigme historique
commenter cet article
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 18:59

Thailande.jpg

 Nous aimons trop notre village natal pour nous expatrier définitivement.... Mais de la Toussaint à Pâque, pourquoi ne pas s'offrir une retraite dorée en Thaïlande ?


Des amis nous avaient déjà évoqué Auroville au nord de Pondichéry ... Mais la dernière émission de TF1 nous a convaincu qu'à 1 heure de Bangkok le paradis pour retraités valides ou non existait aussi... A votre disposition des soins médicaux d'une qualité que l'Europe ne nous offre plus.

 

 

Pour en savoir plus, suffit de cliquer sur le lien de l'émission sept à huit de TF1 ci-dessous :

 


 

http://videos.tf1.fr/sept-a-huit/retraites-dorees-5885701.html

 

 

 

Si vous avez visionné la vidéo, vous saurez désormais que le paradis terrestre vous attend dans l'île de Koh Samui !

 


Repost 0
Published by solnade - dans Interlude
commenter cet article
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 00:00

 

 

Henri-de-Guise--son-assassinat-par-J-F-de-Troy--18e.jpg

Assassinat de Henri de Guise par Jean-François de Troy, 18e siècle

 

Les faits relatifs à l’assassinat de Henri de Lorraine, duc de Guise, dit le Balafré, souvent contradictoires, auraient-ils été involontairement lacunaires, imprécis, voire tronqués par les témoins de l'époque ? Les témoignages ont-ils été fabriqués à l'instar de Jeanne d'Armoise, mieux connue comme Jeanne d'Arc, qui partageait son secret avec Charles VII ? De récentes recherches tendraient même à prouver que cette Jeanne, inhumée dans l'église de Puttigny, près de Metz, n'aurait pas été une imposture de la Pucelle...

 

Revenons à Henri de Guise, soit-disant frappé de vingt coups de poignards, selon certaines sources, avant d'être découpé et brûlé ? Chateaubriand nous rapporte que les corps du duc et du cardinal de Guise, transportés dans une des salles basses du château, furent découpés par le maître des hautes oeuvres, puis brûlés en lambeaux pendant la nuit, et leurs cendres enfin jetées dans le fleuve. Un roi de France couchait au-dessus de cette boucherie; il pouvait entendre les coups de hache qui dépeçaient les corps de ses grands sujets, et sentir l'odeur de la chair des victimes."

 

C'est qu'au cours de la nuit du 23 au 24 décembre 1588, si on avait dépecé un cochon pour le  brûler, l'odeur eut été la même ... Le seul témoin olfactif et auditif étant Henri III... y avait-il aussi un secret entre le roi et les frères de Guise ?


Une autre version rapportée par Chateaubriand et qui serait  moins authentique que celle de Miron et de l'Estoile, prétendait que les corps des deux frères auraient été mis dans de la chaux vive...


Tout comme la Pucelle réduite en cendres à Rouen, et qui appartenait à la chevalerie lorraine, nous n'avons toujours pas de cadavres...

 

  Guise-assassinat-des-cahiers-de-la-renaissance.gif

Scène de l’assassinat du duc de Guise

D’après une gravure allemande (Bibliothèque nationale)


 

Or, en ce jour fatal, le 23 décembre 1588 au matin - selon P. Victor Cayet - « sur les huit heures, M. de Revol, secrétaire d’Estat, sortant du cabinet du roy, vint dire à M. de Guise, qui estoit assis au conseil, que le roy le demandoit ; aussitost, il part, et estant entré dans la chambre où estoit le cabinet du roy, tenant son chapeau d’une main et levant la tapisserie de la porte du cabinet de l’autre, estant penché pour y entrer, pour ce que la porte estoit fort basse, à l’instant six des quarante-cinq, qui estoient gentilshommes que le roy avoit depuis quelque temps choisis pour estre auprès de sa personne, avec poignards et grandes dagasses qu’ils avaient nues sous leurs manteaux, le poignardèrent si soudain, qu’il n’eut loisir que de dire : « Mon Dieu, ayez pitié de moi ! ». Et il alla tomber au pied du lict du roy, où, sans parler, il rendit les derniers soupirs et sanglots de la mort ».

 

Aucun de ces témoignages, sauf Voltaire, n'évoque le sang forcément versé par le Duc de Guise... "il  entra par une petite allée dans la chambre du roi, qui conduisait à un cabinet dont le roi avait fait condamner la porte. Le duc, ignorant que la porte fût murée, lève, pour entrer, la tapisserie qui la couvrait ; dans le moment plusieurs de ces Gascons qu’on nommait les Quarante-Cinq, le percent avec des poignards que le roi leur avait distribués lui-même…

On montre encore dans le château de Blois une pierre de la muraille contre laquelle il s’appuya en tombant, et qui fut la première teinte de son sang. Quelques Lorrains en passant par Blois ont baisé cette pierre, et, la raclant avec un couteau, en ont emporté précieusement la poussière..."

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by solnade - dans Enigme historique
commenter cet article

Présentation

  • : Hestroff, village de la Moselle francique
  • Hestroff, village de la Moselle francique
  • : Hestroff avant, pendant, après, de 1680 à 1789, 1939-45, 2009, 2010, 2011. Ses habitants, son histoire, sa généalogie, son actualité. Histoire et généalogie pays de Nied, Metz, Moselle
  • Contact

Recherche