Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 08:44

VILLA ROMAINE NENNIG

 

La villa romaine Nennig et son magnifique sol en mosaïque a été découvert en 1852 et remis en état en 1874. Restauré en 1960, il paraît autrefois le hall de réception d’une somptueuse « villa urbana » qu’un riche propriétaire romain avait fait construire dans la charmante vallée de la Moselle, à proximité de la voie romaine Metz-Trèves. De part ses dimensions et son aménagement, cette villa surpassait pour ainsi dire tous les palais romains et autres villas que l’on avait découverts jusque là dans la région mosellane.

 

Orné d’une double rangée de colonnes, le bâtiment principal mesure à lui seul pas moins de 140 m de long. Si l’on ajoute à cela les foyers et les bains, la longueur totale du site atteint 650 m.

Seule la mosaïque romaine du hall a résisté à l’épreuve du temps. Affichant des dimensions de 15,65 m x 10,30 m et très richement décorée, elle est considérée comme la mosaïque la plus grande et la mieux préservée qui existe au nord des Alpes.

Des scènes de combat dans les arènes romaines sont représentées dans 6 octogones et un rectangle réparti dans un bassin

 

Un bestiaire 

 

 Les musiciens (avec l’orgue à tuyau et la corne)

 

Les gladiateurs

 

La complexité des dessins géométriques

 

Aucun document n’atteste la date à laquelle a débuté la construction de cette somptueuse villa. Mais des pièces de monnaies trouvées sur le site et la qualité de la maçonnerie, des enduits muraux et du sol donnent lieu à penser que ce bâtiment date du début de l’Empire romain.

La villa ou peut-être un autre édifice se dressait probablement ici il y a encore plus longtemps : en effet les vestiges d’une construction précédente ont été découverts pendant les fouilles et des débris de poterie prouvent que les hommes vivaient ici bien avant la naissance du Christ.

 

Solange Carpentier

 

Repost 0
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 23:54

Chers amis, chères connaissances. Cette fois c’est un rendez-vous un peu mystérieux que nous vous donnons. L’endroit s’appelle Velling. Ne le cherchez pas sur une carte, ce village a disparu. Il reste une chapelle protégée par deux immenses tilleuls qui déploient leurs branches comme pour la dissimuler aux regards. Un peu plus loin, un calvaire et puis des champs. A perte de vue. Un écrin de poésie.

 Nous sommes ici au cœur du Pays de Nied. Celui-ci regorge de légendes dont plusieurs parlent de musiques s’échappant certains jours de la terre. Bernard, organisateur facétieux, prétend qu’on pourra en entendre en ce lieu le mardi 27 août à 19 heures !


Pourtant, cette fois, pas de magie, à part celle du lieu. On y entendra le chant du rossignol, l’oiseau des poètes et des rêveurs. La flûte y mêlera ses trilles, la clarinette son chant velouté, et la voix humaine dira les joies et les peines des hommes.

 Rendez-vous à Denting, très joli village près de Boulay. Après, ce sera fléché. Un parking sera aménagé pour y déposer vos véhicules. Puis il faudra marcher à travers champs (Eh oui, un endroit magique, cela se mérite !) pour atteindre la chapelle. Les organisateurs ont tout prévu et le chemin aura été dégagé pour le bonheur de vos pieds.Et sous les tilleuls, près de la chapelle, on attendra le moment où cette musique se fera entendre. Pour patienter, Bernard a prévu un apéritif. Attention, même en cas de beau temps, les nuits sont fraîches par chez nous. Et en cas de pluie, la chapelle nous offrira un abri.
Nous vous attendons avec impatience. Pierre et Marie-Paule Schaeffer.

 

 Musiques au Clair de Lune. Chant, flûte, clarinette et piano.

 Œuvres de Claude Debussy, Léo Delibes, Gabriel Fauré, Engelbert Humperdinck, Nikolaï Rimski-Korsakov, Jacques Offenbach, Giacomo Puccini, Albert Roussel, Franz Schubert, Dmitri Chostakovitch, Guiseppe Verdi.

 Chant : Marie-Paule Schaeffer et Aline Ferber
Flûte : Isabelle Cigale
Clarinette : Junko Koshida
Piano : Pierre Schaeffer


 Les infos de Bernard :

Heure d'arrivée public : 18 h 15 
Parking : signalé en bas de la montée à la chapelle 
Apéritif : offert à l'arrivée 
Concert : 19 heures 
Verre de l'amitié : servi à la suite du concert

 

 

Pierre Schäffer de Bergamasque

Repost 0
Published by solnade
commenter cet article
17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 19:39

Samedi soir 24  et dimanche 25 août 2013, la fête de la Bière battra son plein.

 

La soirée de samedi sera animée par le DJ Stephane Satori et le lendemain les rues avoisinant le Vieux Lavoir accueilleront la traditionnelle brocante de la Pentecôte. Déjà plus de 90 inscriptions.

 

Comme d'habitude, flamms, pizza, grillades et frites accompagneront blondes et brunes des plus communes aux plus rares...


 

Hestroff-biere-2013-8-08-2013-11-00-30_0292.jpg

Repost 0
17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 12:14

Nous avons déjà par le passé eu l'occasion d'évoquer Ferdinand Hubert Didaccus d'Attel, descendant des seigneurs de Luttange. Sa présence à Hestroff nous avait toujours intriguée. Or lors de nos dernières balades nous sommes tombée nez à nez avec la dernière demeure de Ferdinand.

 

Bil-14zou2013-DSC_1159-d-attel-remy.jpg

 

Lui et son épouse Catherine Rémy, native de Hestroff, reposent à Kédange-sur-Canner, commune qui a su préserver son ancienne nécropole. De quoi compléter les données en notre possession avec les dates de décès des époux et de pousser encore davantage nos recherches sur les derniers seigneurs de Luttange.

 

Surprise ! Ferdinand d'Attel n'a pas été le premier à s'allier à la roture. D'autres l'ont précédé. Il est vrai que la Révolution était passée par là aussi...

 

Ainsi donc, pouvons-nous supposer que la présence à Hestroff de Ferdinand n'était pas dû au seul hasard. Sa soeur Christine Suzanne dite Louise n'avait-elle pas épousé en 1828 Louis Salmon, marchand de vin en gros, de Freistroff où elle décéda ? Sans oublier sa cousine Marie Françoise Hatard de Pallant qui avait épousé un Bassompierre  dont le petit-fils, cabaretier,  épousa à Hestroff une Hombourger.., dont François x Barbe Nadé, dont Joséphine qui épousa Jean Joseph Goby, dont descendants toujours sur Hestroff...

 

Les voies de la généalogie ne sont pas toujours inpénétrables. Beaucoup de persévérance et un peu de chance.

 







 


 

Repost 0
Published by solnade - dans histoire
commenter cet article
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 15:11

Publiée le 13/08/2013 dans le Républicain Lorrain de Boulay à Bouzonville...

Pays de Nied La culture s’invite au jardin

La seconde édition des Estivales, qui débute vendredi 16 août, a pour but d’amener le public à découvrir ou redécouvrir des lieux charmants, secrets ou méconnus du Pays de Nied. Suivez le guide ! Cette seconde édition des Estivales s’inscrit dans le projet d’amener le public à (re)découvrir des lieux charmants, secrets ou méconnus du Pays de Nied. Ils sont confiés pour un moment à des artistes qui ont la charge de nous les rendre inoubliables, qu’il fasse beau ou qu’il pleuve, chaud ou froid (imperméables, lieux de repli seront prévus)... Alors laissez-vous porter par la découverte, emporter par la surprise et gagner par la curiosité !

Rosi Volt et son spectacle clownesque La natür c’est le bonhür, sera mardi à Gomelange. Photo Alain Chambaretaud.


Rosi Volt et son spectacle clownesque

 

Les Estivales sont le fruit d’une mobilisation de bénévoles issus des MJC du Pays de Nied et d’une dizaine d’autres associations, soit presqu’une centaine de bénévoles mobilisés tout au long de l’été. À leurs côtés, œuvrent des professionnels de la communauté de communes du Pays Boulageois, de la fédération départementale des MJC de Moselle, du conservatoire d’espace naturel de Lorraine et de Scènes et territoires en Lorraine.

Les Estivales sont confiées à des artistes qui ont la charge de nous les rendre inoubliables, qu’il fasse beau ou qu’il pleuve, chaud ou froid (imperméables et lieux de repli seront prévus). Les mots d’ordre sont découverte, surprise et curiosité !

La natür, c’est le bonhür

Elle descend de la montagne en chantant… Bulldozer de l’optimisme, ouragan d’énergie, tsunami d’émotions, voici la bergère tyrolienne Rosie Volt avec son troupeau de chèvres… Voltigeuse de la glotte, elle atteint des sommets vertigineux en chantant à gorge déployée l’air de la montagne. Ses échos sont un hymne à la Natür tout entière.

Et, dans cette ambiance bucolique, Rosie voit la vie en rose : « La natür, c’est le bonhür ! ».

Rosie Volt – théâtre de rue – vendredi 16 août, à 19 h, à Gomelange.

Karlmarx_2013 @leretour.com

Une farce librement adaptée et inspirée de la pièce Karl Marx le retour , écrite par l’historien américain Howard Zinn. Un parti pris d’un Marx qui dévoile sa part d’humanité avec humour comme autant d’antidote à la résignation. Une création pour ces Estivales.

Compagnie L’Autre Scène – théâtre – mardi 20 août, à 19 h, à Macker.

Les instruments se racontent

Comme une découverte, la musique vient chahuter la voix du conteur, elle la précède, l’envoûte dans ses rythmes. Elle fait entendre la vie, ses finesses, ses intensités là où les mots hésitent.

Spectacle autour d’instruments du monde, où la musique ouvre des portes sur la culture d’un peuple et où le conte apporte de nouveaux angles d’appréhension de la musique… Pour un public familial.

Guillaume Louis – conte et musique – vendredi 23 août, à 19 h, à Guerting.

Le théâtre s’invite sur la Réserve

Entre lecture et installation, la compagnie Rêve Général propose une déambulation théâtrale et musicale. Balade poétique et surprenante au sein d’une nature à redécouvrir…

En se laissant guider par les acteurs, les spectateurs auront l’occasion, tout en se promenant, d’entendre des textes, d’écouter de la musique, de regarder des mises en situation étonnantes, voire de prendre part eux-mêmes à cette étrange rencontre entre l’écrit et la nature.

Compagnie Rêve Général ! – théâtre déambulatoire – dimanche 25 août, à 16 h, à la Réserve naturelle régionale de Velving et Téterchen.

Musiques au Clair de Lune

Œuvres de Debussy, Rimski-Korsakov, Offenbach, Puccini, Schubert, Chostakovitch, Verdi… Une promenade au clair de lune en compagnie des musiciens de l’ensemble Bergamasque.

Compagnie Bergamasque – musique classique – mardi 27 août, à 19 h, à Denting.

Mademoiselle au bord du loup, la nuit

En passant la porte du petit chaperon rouge, on découvre les méandres de ce conte. C’est l’histoire d’une transformation, métamorphose d’un corps, passage de relais de la femme à l’enfant, à la femme… On y voit la jeune fille aux joues rouges, délirante et apeurée, les draps des accoucheuses de vie, accoucheuses de mort. Des femmes révoltées, des mères prévenantes, des mères jalouses et des loups…

Tant de loups et si peu d’hommes. Le public chemine au fond des bois, à la tombée du jour, au moment exact où la forêt étreint les corps dans la pénombre et le silence, où chaque pas devient pulsation, chaque bruit, une présence…

Réservation obligatoire. Se munir d’une paire de chaussures de marche et d’une lampe de poche.

Compagnie Bao Acou – Balade contée nocturne – vendredi 30 août, à 21 h, à Condé-Northen.

 

 

Tarifs : 8 € par spectacle / gratuit - 16 ans / 20 € le Pass 3 spectacles. Visite des sites 45 mn avant les spectacles.
Plus d’infos : 07 70 90 34 25 - baillybernard@west-telecom.com et coté pratique : les lieux dans les différents villages seront fléchés.

Repost 0
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 08:32

dicop-Nicolas-Veckring.jpgQui ne connaît feu Nicolas Dicop, archiprêtre de Distroff, Guénange et Metzervisse, qui avait fêté 50 ans de sacerdoce à Veckring, commune profondément marqué par cet érudit, auteur de nombreuses monographies consacrées à notre histoire locale ?

 

De passage, très récemment, à la chapelle de Veckring qui se faisait une beauté pour la traditionnelle procession du 15 août, une âme aimable nous indiqua que la dernière demeure de Nicolas Dicop était désormais à Königsmacker.

 

Ainsi donc, notre chanoine avait donné l'ordre de retourner chez lui pour probablement reposer auprès des siens.

 

bilds-14aou2013-DSC_1123-abbe-nicolas-dicop.jpgDernière demeure de Nicolas Dicop auprès de ses soeurs et de ses parents Eugène et Elisabeth Richar © 14 aout 2013

 

Depuis le temps que nous carressions l'espoir d'établir les liens généalogiques avec Hestroff et tous ceux ayant ce patronyme parmi leurs ascendants... nous voilà en présence des parents de Nicolas qui vont pouvoir nous dévoiler les mystères qu'il entretenait autour de sa naissance.

 

Eugène Dicop, père, né à Koenigsmacker, nous fait, en effet, remonter au couple Jean de Gomelange, premier point de chute des Dickkoppe de Trèves, et Barbe Lapicida de Hestroff, descendante d'une lignée de meuniers bien connue en pays de Nied. Ce couple eut 8 enfants, dont Nicolas né en 1814 à Anzeling. Nicolas trouva chaussure à son pied à Königsmacker où naquit en 1846 son 2e fils Jean, cité journalier à Koenigsmacker. Quant à Jean et Marie Kirche, le couple eut à Königsmacker deux fils, Nicolas en 1883 et Eugène en 1885.

 

Ainsi donc Nicolas Dicop, curé de Veckring, historien émérite, naquit à Königsmacker en septembre 1920 pour y revenir définitivement le 7 février 2012.

 

En l'absence d'un chaînon manquant, il ne nous sera toutefois pas encore possible d'établir un lien avec son homonyme de Saint-Avold, dont les parents ont aussi transité par Hestroff.

 


 


 

----------------

Communauté de paroisses St Maximin Kolbe


 


Repost 0
Published by solnade - dans histoire
commenter cet article
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 07:55

Mâle ou femelle ? Lors de la découverte du bufo bufo dans notre jardin nous ne nous sommes même po posé la question... Voir l'article que nous lui avions consacré il y a deux ans.

 

Voilà que hier soir, une autre surprise nous attendait. Un bébé bufo bufo, profitant d'une porte ouverte 18h sur 24h quand il fait beau, s'est égaré dans le logis.

 

balade-15aou2013-DSC_1361-bufo-bufo.jpg

Bébé bufo bufo de 2 cm a-t-il cherché la fraîcheur du carrelage ?  © 15 août 2013

 

 

 

Cette année, avec les grosses chaleurs de juillet dernier, notre bufo bufo s'était rendu visible à deux reprises.

 

Nous l'avions cru solitaire. Que nenni ! Notre bébé bufo bufo, bien que créé par le Bon Dieu, n'est pas là par hasard et encore moins par l'opération du saint Esprit...

 

Alors, hébergeons-nous un couple avec toute sa smala ?

 

 


-----------

http://www.hestroff.com/article-un-bufo-bufo-a-hiverne-dans-notre-jardin-104973160.html


 

Repost 0
Published by solnade - dans Fleurs de la forge
commenter cet article
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 22:37

Tous les ouvrages anciens et contemporains évoquent Bouzonville à travers son abbaye... Si Bouzonville doit sa prospérité aux reliques de la Sainte Croix depuis le 11e , il ne faudrait pas occulter pour autant son passé celtique, romain puis mérovingien.

 

BZL1jun09 17Bouzonville, Eglise Ste Croix © solnade 2001 pour hestroff.com


 

La page histoire du site officiel de la commune de Bouzonville rappelle à ce propos que des fouilles entreprises en 2003 par les services d'archéologie de la région ont au moins cerné trois sites "préhistoriques" qui mériteraient peut-être d'être exploités dans un futur proche.

 

Les Romains y ont laissé des traces et un cimetière mérovingien, à la fin du 19e, dont des tombes témoignent de la présence des Francs, barbares germaniques, qui se sont substitués progressivemrnt aux gallo-romains.

 

Mais à Bouzonville il y a également les sépultures des balbutiements de la maison Lorraine au sein de l'incontournable abbaye de Sainte-Croix où furent inhumés le comte Adalbert, tige de la maison de Lorraine, Judith, son épouse, Gérard, comte et marquis, fils d'Adalbert et de Judith, père de Gérard d'Alsace, duc de Lorraine ainsi que son épouse Giselle.


Ainsi, la petite ville de Bouzonville bâtie dans la plus jolie position, à l'extrémité d'une charmante vallée et sur la croupe d'un mamelon baignant ses pieds dans la Nied et le ruisseau de Brettnach, est passée à la postérité successivement sous les noms de Bosonisville, Busendorf, Busendrof etc. De toutes les explications dont ce toponyme a fait l'objet, nous retiendrons celle de feu docteur Bohler, fondateur de la clinique de la femme à  Luxembourg-capitale, obstétricien émérite, Dr Bohler, un homme charmant et pas dénué d'humour, nous expliqua fort sérieusement que là où nous étions née, c'était le village des "Busen", soit les seins en français...que probablement les Bouzonvilloises avaient de jolies seins. Avant de tâter les nôtres, il avait dû en évaluer plus d'une paire en provenance du pays de Nied...

 

------------------


http://www.mairie-bouzonville.fr/histoire/aux-origines-de-bouzonville

 

 

 

 


 


Repost 0
Published by solnade - dans histoire
commenter cet article
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 00:00

Тепло ! Тепло ! Они очень любопытны все равно....

 

 

 

Repost 0
Published by solnade
commenter cet article
5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 20:10

 

Repost 0
Published by solnade - dans Interlude
commenter cet article

Présentation

  • : Hestroff, village de la Moselle francique
  • Hestroff, village de la Moselle francique
  • : Hestroff avant, pendant, après, de 1680 à 1789, 1939-45, 2009, 2010, 2011. Ses habitants, son histoire, sa généalogie, son actualité. Histoire et généalogie pays de Nied, Metz, Moselle
  • Contact

Recherche