Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 00:00

 

Eleonore-de-habsbourg.JPG Ainsi donc après cinq années de relations sentimentales, Charles épousa Eléonore en 1678. Léopold 1er en donnant sa bénédiction fit de son ami et nouveau beau-frère, duc sans duché, gouverneur du Tyrol afin d'atténuer la disparité des conditions des nouveaux époux.


Charles, 37 ans et Eléonore, 27 ans, auront 6 enfants.


  • Léopold Ier (1679-1729), duc de Lorraine et de Bar
  • Charles-Joseph (1680-1715), archevêque de Trêves
  • Eléonore (1682)
  • Charles Ferdinand (1683-1685)
  • Joseph (1685-1705), général dans l'armée impériale, mortellement blessé à la Bataille de Cassano
  • François (1689-1715), abbé de Malmedy et de Stavelot

 

Charles-V-Lorraine-copie-1.jpgHélas, Charles meurt en 1690 sans jamais avoir pu mettre les pieds dans sa Lorraine toujours occupée par  Louis XIV.

 

Après la mort de son très cher époux, Eléonore se battit férocement pour le recouvrement de l'indépendance de la Lorraine ducale.

 

Finalement, c'est son fils aîné, Léopold, qui à l'issue du Traité de Ryswick, put retrouver le contrôle de ses terres. 

 

Pour combien de temps ?


 


 

Capture-Charles-V-la-Palatine.JPG



 

Repost 0
Published by solnade - dans histoire
commenter cet article
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 21:18
Repost 0
Published by solnade - dans Interlude
commenter cet article
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 00:00

Anne-Marie-Louise d'Orléans, duchesse de Montpensier, aurait-elle sauvé la Lorraine ?

 

Charles-V-LorraineAvant de trouver l'amour de sa vie, le prince lorrain, fils de Nicolas-François de Vaudémont et de Claude de Lorraine,  s'était attaché à plusieurs demoiselles du temps où il vivait à Paris auprès de sa tante paternelle, 2e épouse de Gaston d'Orléans, frère de Louis XIII. 

Il s'était notamment attaché à Marie Mancini qui l'avait payé de retour. Ce projet de mariage fut traversé, comme d'habitude, par le tonton Charles IV, mais aussi par l'oncle de Marie, le cardinal Mazarin.

Il pensa aussi épouser sa cousine germaine Marguerite d'Orléans, demie-soeur de Mademoiselle. Cette fois, ce mariage fut contrarié par Sa Majesté Louis XIV en personne. 

Quant à la Grande Mademoiselle, qu'il avait d'abord snobée avant d'envisager une union, elle finit par refuser le mariage avec celui qui était destiné à devenir Duc de Lorraine sous le nom de Charles V.

Après toutes ces déconvenues, le prince lorrain quitta Paris. Son oncle Charles IV refusant de l'inviter en Lorraine, le jeune prince rejoint Vienne. 

Désormais au service de l'empereur Léopold 1er, roi de Bohême, roi de Hongrie, archiduc d'Autriche et empereur germanique, le futur Charles V se distingue au cours des campagnes contre les Turcs, prend part à la guerre des révoltés de Hongrie et se met sur les rangs pour la couronne de la Pologne. 

Eléonore de habsbourgPorté par l'Autriche qui veut lui faire épouser l'archiduchesse Eléonore, fille de Ferdinand III et soeur de Léopold 1er, Charles connaît son énième chagrin. En effet, toujours combattu par la cour de France, adieu le trône de Pologne mais aussi adieu Eléonore qui doit épouser son concurrent Koributh. Mais à la mort de Koributh, Charles se remet sur les rangs autant pour la Pologne que pour la jeune reine restée veuve. Eléonore avait été mariée à 17 ans au nom de la raison d'Etat. Heureusement, elle n'eut aucun enfant de son alcoolique de mari.. le Roi de Pologne aurait été impuissant. Libérée 3 ans plus tard par sa mort prématurée, Eléonore retourna à Vienne où elle retrouva son prince lorrain. 

Charles et Eléonore finiront par avoir la bénédiction de l'Empereur. Ils se marièrent et s'installèrent à Innsbruck, capitale du Tyrol que désormais ils gouverneront. 

Cette première alliance d'un duc de Lorraine avec les Habsbourg préparera plus tard la réunion des deux dynasties dans la Maison de Habsbourg-Lorraine.

Innsbruck-40-a.jpg

      L'illustre maison qui abrita les amours de Charles V et Eléonore de Habsbourg © Innsbrück juin 2009

 

 

Le duc Léopold...

 

 

Repost 0
Published by solnade - dans histoire
commenter cet article
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 20:51

 

 

 

Repost 0
Published by solnade - dans Interlude
commenter cet article
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 08:52

A l'initiative de Hestroff Amitiés, un atelier de scrapbooking au Vieux Lavoir est programmé pour le lundi 26 mars prochain à 18h00.

Introduire des photographies dans un décor en rapport avec le thème abordé, histoire de les mettre en valeur par une présentation plus originale qu'un simple album photo, est devenu un loisir créatif très en vogue.

De nombreuses techniques de créacollage ou collimage selon nos cousins québécois existent. 

Si vous désirez vous initier à cette forme d'art décoratif, prenez contact avec Marie-Lyne Marchal, responsable de l'atelier.

Futurs scrapeurs ou scrapeuses, créacolleurs ou créacolleuses, ne tardez pas à vous inscrire, les places étant limités. Tarif 16 € pour 3 heures.

 

____________

http://www.republicain-lorrain.fr/moselle/2012/03/18/atelier-de-scrapbooking

Repost 0
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 19:48

Hestroff a longtemps eu ses soldats du feu. Ils étaient joyeux et pleins d'entrain. On les aimait bien. Aussi, la photo transmise par Marie-Line Schiltz mérite-t-elle de figurer en bonne place dans l'album des photos anciennes du village.

Hestroff-Pompiers.jpg

Collection François Pick légendée par Alice d'Oliveira

 

de gauche à droite

premier rang

Willy Diehl, Ernest Casara, Lucien Depenweiller dit LangenLucien, Jean Nadé dit Stilchen

2e rang

Camille Schiltz, Louis Nadé, Joseph Nadé, François Pick, Eugène Nadé, Camille Casara, Herrmann Gottfried

3e rang

Gilbert Kieffer, François Boulanger, Jean Nadé, René Stablon, Lucien Vannière

 

----------

Le 5ème au 2ème rang ne serait-il pas tout simplement François Pick lui-même, dont je crois reconnaître la silhouette ?

Le 3ème au 3ème rang est Jean Nadé (et non pas Louis), tandis que le 4ème au même rang est Alphonse Fridrici (Jové).

Le 1er au 2ème rang est peut-être Vincent Botter.   

Jean-Luc Dodeller

 

En y regardant de plus près...je crois bien qu'il faudra permuter Jean et Louis Nadé. Le 5e du 2e rang pourrait bien être François Pick. Cependant, je ne reconnais pas bien Vincent Botter. Il était pourtant pompier. 

 

 

 Salut, C'est bien mon oncle au deuxième rang. Je vais lui demander les noms et je te les donne ce soir, il doit tous les connaitre. Bise et bonne journée ! 
  Marie-Line Schiltz 
 Merci Marie-Line 
 
Renseignements pris auprès de ma mère, voici le nom des pompiers :

En haut, premier à gauche : Gilbert Kieffer, François Boulanger, Jean Nadé, René Stablon, Lucien Vannière.

Deuxième rang premier à gauche : Camille Schiltz, Louis Nadé, Joseph Nadé, François Pick, Eugène Nadé, Camille Casara, René Hermann (avec la croix).

En bas, premier à gauche : (un peu en retrait) Willy Diehl, Ernest Casara, Lucien Depenweiller, Alphonse Nadé.

Voilà, tu sais tout, alors bonnes vacances puisque Mena m'a dit que tu pars bientôt.

Bise !

Marie-Line
 
 Merci Marie-Line à toi et à ta maman Alice. Le premier à gauche... je soupçonnais un peu le sosie de Sim. Les frères Nadé... Jean-Luc avait bien raison. Pour François aussi d'ailleurs. Quelle mémoire ce Breton d'adoption ! Ben voilà ! Nos braves sont au complet. A part Camille et François, nos doyens, Louis et Jean, que nous espérons chérir encore longtemps... ils ont tous déserté depuis un certain temps. 
 
 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by solnade - dans Hestroff autrefois
commenter cet article
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 09:03

Acquérir les bases pour réaliser des clichés réussis sera désormais possible grâce à Hestroff Amitiés qui a programmé un stage dimanche 18 mars 2012.

A partir de 14h00, au Vieux Lavoir, maniement des appareils et des logiciels de traitement de l'image.

Ensuite balade dans la nature pour prendre des clichés.

Retour au Vieux Lavoir pour analyse critique des prises de vue par un professionnel.

 

-------------------

http://www.republicain-lorrain.fr/moselle/2012/03/14/initiation-a-la-photo

Repost 0
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 20:51

La Grande Mademoiselle et les gens de Lorraine...

montpensier-grande-mademoiselle.jpgJe n'ai eu aucune envie de me marier, à moins que de trouver des grandeurs qui fussent conformes à ma naissance & à la juste ambition qu'elle me devoit donner.

 

La Grande Mademoiselle, de son propre aveu, avec l'imagination vive que Dieu lui donna et la poussait toujours dans l'excès, ne pouvait être touchée que d'un grand mérite ou d'une grande élévation.

 

La princesse avait été néanmoins très disposée à consentir un mariage avec le prince Charles de Lorraine, en qui elle trouvoit tous les agréments et les belles qualités capables de la toucher et dans les conditions qu'on lui proposait. C'est que le roi, son cousin germain, avait agréé  la proposition de Charles IV qui affirmait remettre à son neveu à l'instant tous ses Etats, à la réserve de cent mille écus de rente, en faveur d'un mariage entre son neveu Charles avec Mademoiselle...

 

Mais c'était mal connaître Charles IV... Au moment de signer le contrat, notre manipulateur narcissique quitta Paris pour se retirer en Lorraine. Pour sauver les apparences, il feignit de toujours désirer ardemment le mariage de Mademoiselle de Montpensier avec son neveu et envoya même au duc de Guise un pouvoir écrit et signé de sa main. Par la suite, il trouva moyen d'en rompre l'exécution en arguant que la rupture de cette affaire parût venir de la part du prince Charles et non pas de la sienne. Ce qui fit écrire à Dom Calmet : "Il (Charles IV) trouva moyen par diverses pratiques secrètes, de l'(le futur Charles V) engager dans l'amour de Mademoiselle d'Orléans, soeur de Mademoiselle de Montpensier. Le jeune prince n'eut pas de peine à répondre à ses volontés. La princesse étoit à peu près de son âge, belle, d'un esprit hardi, & plus capable d'inspirer une forte passion dans l'esprit d'un jeune homme, qu'une fille déjà âgée, comme Mademoiselle de Montpensier sa soeur."

 

Capture Gaston Orléans et descendants légitimes

 


 

 

 

 

 

 

http://books.google.fr/books?id=GszZiIGGge4C&pg=PA39&dq=m%C3%A9moires+de+montpensier+charles+de+lorraine&hl=fr&sa=X&ei=JT9BT8fmGJS6hAfk_MDjBQ&sqi=2&ved=0CEgQ6AEwBA#v=onepage&q&f=false

http://books.google.fr/books?id=JZDCoY9SLvIC&pg=PT117&dq=m%C3%A9moires+de+montpensier+charles+de+lorraine&hl=fr&sa=X&ei=JT9BT8fmGJS6hAfk_MDjBQ&sqi=2&ved=0CDAQ6AEwAA#v=snippet&q=charles%20de%20lorraine&f=false

 

http://books.google.fr/books?id=HyAJAAAAQAAJ&pg=PA75&dq=m%C3%A9moires+de+montpensier+charles+de+lorraine&hl=fr&sa=X&ei=JT9BT8fmGJS6hAfk_MDjBQ&sqi=2&ved=0CE4Q6AEwBQ#v=onepage&q=m%C3%A9moires%20de%20montpensier%20charles%20de%20lorraine&f=false

 

http://books.google.fr/books?id=HyAJAAAAQAAJ&pg=PA75&dq=m%C3%A9moires+de+montpensier+charles+de+lorraine&hl=fr&sa=X&ei=JT9BT8fmGJS6hAfk_MDjBQ&sqi=2&ved=0CE4Q6AEwBQ#v=onepage&q=m%C3%A9moires%20de%20montpensier%20charles%20de%20lorraine&f=false

Repost 0
Published by solnade - dans histoire
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 19:39

 

Celle qui s'est appelée Mademoiselle tout court jusqu'à la fin de sa vie

La Grande Mademoiselle, dans ses mémoires, nous rapporta qu'elle s'empressa de présenter à la Reine de Suède Mr le Prince Charles de Lorraine, second fils du Duc François qu'elle menait à Blois. Pourquoi à Blois ? Tout simplement car Charles IV, le duc de Lorraine, oncle du futur Charles V, alla à Blois auprès de Madame, sa soeur Marguerite, 2e épouse de Monsieur, Gaston d'Orléans, père de la Grande Mademoiselle. Elle nous rapporta aussi que le Prince Charles, qui avoit quinze ans... mangeoit avec ses soeurs & Madame était ravie qu'il fut toujours avec elles.

 

Capture-Gaston-Orleans-et-descendants-legitimes.JPG

  

Etonnante de modernité et de lucidité, Mademoiselle poursuit : Cependant les enfants de cet âge-là s'occupent d'autres pensées qu'à faire des poupées. Ainsi il ne manque pas de devenir amoureux de la fille de Madame de Raré, gouvernante de ma soeur; &  le Marquis de Beauveau, gouverneur du Prince Charles avoit peur qu'il ne le devint de ma soeur. Il savoit que ce mariage ne le convenoit pas. Il faisoit tout ce qu'il pouvoit pour qu'il n'y allât pas si souvent. Pour Madame, qui n'avoit aucune prévoyance, Elle ne songeoit qu'à prier Dieu, & à manger, pour remédier à ses vapeurs, ce qui étoit justement ce qui les augmentoit, aussi-bien que la vie sédentaire qu'elle menoit, & entretenoient avec ses femmes Lorraines, qu'elle trouvoit de meilleure compagnie que tout ce qu'il y avoit de gens à Blois, où il s'en pouvoit trouver beaucoup, dont la conversation auroit été meilleure que celle de ces femmes.

 

L'histoire nous a rapporté que que Madame, 2e épouse de Gaston d'Orléans, Marguerite de Vaudémont, soeur de Charles IV, tante du futur Charles V n'avait en effet trouvé grâce aux yeux de sa belle-fille, la très fortunée Anne-Marie-Louise d'Orléans, duchesse de Montpensier, dite la Grande Mademoiselle. Sans complaisance, celle-ci poursuit le portrait de sa belle-mère : Quoique la cour de Monsieur fut fort diminuée depuis son exil, elle ne donnoit ordre à rien & ne voyait ses filles qu'un demi quart d'heure le soir, & autant le matin. Elle ne leur disoit rien, sinon tenez-vous droites, levez la tête. Voilà toutes les instructions qu'elle leur donnoit. Elle ne les voyoit plus le reste de la journée, & ne s'informoit pas seulement de ce qu'elles faisoient. Madame de Raré étoit dans sa Chambre, où il y avoit cinq ou six filles de toutes sortes de gens. Mr y alloit souvent, mes soeurs alloient dans leurs chambres avec quantité de petites filles, & personne de qualité ni d'autorité ne se trouvoit-là pour leur pouvoir rien dire.


 


 

 

 


 



Repost 0
Published by solnade - dans histoire
commenter cet article
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 19:08

Notre Pagus Nidensis

Le pays de Nied, de vert et d'eau, serait un pays aux mille facettes. Un pays où nature, architecture rurale et religieuse, arts et traditions se déclinent au long des paysages ...

nied-tourisme.com


pays-de-nied-pagus-nidensis.jpgLe pagus Nidensis, pays traversé par la Nied, est devenu un concept de circonscription rurale en vogue dans le domaine du tourisme.  Echo est fait aux divisions territoriales anciennes qu'étaient les pagi. Nombre de ces pagi portent le nom des rivières qui les traversent mais l'exactitude de leurs limites semble n'avoir jamais été acquise.

Que disent les documents anciens ?

Un extrait des Mémoires de la Société d'archéologie lorraine de 1872, en citant le pagus Mosellensis, traversé du sud au nord par la Moselle, précisa qu'à droite et à l'orient de cette rivière, on rencontrait le pagus Salinensis, où coulait la Salia (Seille). Plus à l'est étaient les pagi Nidensis, ...

Plus à l'est étaient le pagus Nidensis, ainsi appelé à cause de la Nita ou Nida (la Nied); le pagus Saravensis superior, baigné par la Sarre; enfin, sur la gauche de la Moselle, le pagus Wabrensis (la Voivre), contigu au district du ... extrait du dictionnaire topographique du département de la Meurthe par Henri Lepage en 1862.

Auguste Digot, en 1880, dans Histoire de Lorraine, se contenta de citer le pagus Nidensis, ainsi nommé à cause de la Nita ou Nidda.

La carte actuelle délimitant le pays de Nied correspond-t-elle à cette nébuleuse appelée pagus Nidensis dans la Formation territoriale des principautés belges au Moyen âge par Léon Vanderkindere, 1902 ?

Plus à l'est étaient le pagus Nidensis, ainsi appelé à cause de la Nita ou Nida (la Nied); le pagus Saravensis superior, baigné par la Sarre; enfin, sur la gauche de la Moselle, le pagus Wabrensis (la Voivre), contigu au district du ... extrait du dictionnaire topographique du département de la Meurthe par Henri Lepage en 1862.

Avec Robert Parisot, il y a notion de répartition religieuse. Ainsi, en 1922, il écrit que la partie lotharingienne de l'archidiocèse de Trèves comprenait les pagi suivants : le Maginensis, le Trigorius, le Bedensis, le Saroensis inferior, le Methingowe, YArrelensis. Les pagi messins étaient le Mettensis, le Nidensis, ...

En 1970, Henri Tribout de Morembert affirme que dans Le diocèse de Metz les archiprêtrés ou doyennetés étaient calqués sur les pagi : Mettensis (Metz, Val de Metz, Rombas, Thionville), Scarponensis (Gorze, Mousson), Salinensis (Nomeny, Delme, Morhange, Marsal), Nidensis... Or, notre pagus Nidensis n'appartient pas en totalité à Metz... Il faut compter aussi sur Trèves ... 

Bref, comme d'habitude, toujours beaucoup de questions, aucune affirmation, que des hypothèses.

Pourquoi la Société d'archéologie de Metz évoque-t-elle des pagi Nidensis ?

Pourquoi la SHAN, acronyme de la Société d'Histoire et d'Archéologie des Pays de la Nied, décline-t-elle pays au pluriel ? 

Pourquoi avons-nous deux Nied, l'Allemande et la Française, alors que l'une n'est pas plus allemande que l'autre ?

 


 


Repost 0

Présentation

  • : Hestroff, village de la Moselle francique
  • Hestroff, village de la Moselle francique
  • : Hestroff avant, pendant, après, de 1680 à 1789, 1939-45, 2009, 2010, 2011. Ses habitants, son histoire, sa généalogie, son actualité. Histoire et généalogie pays de Nied, Metz, Moselle
  • Contact

Recherche