Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 22:00

Réunion publique

Mardi 21 février 2012 à 19h00

Inscriptions sur place dès 18h30


Rendez-vous à la salle des fêtes d'Anzeling pour


  • connaître les modalités du nouveau dispositif de tri et de collecte multiflux
  • recevoir les nouveaux sacs de tri multiflux
  • recevoir la poubelle bi'sacs (poubelle bi compartimentée pour le tri des déchets)
  • recevoir le guide de tri multiflux
  • recevoir l'autocollant pour les bacs roulants
  • recevoir le Sydem'pass (remis sur présentation d'un justificatif de domicile) 

 

Pensez à ceux qui ne peuvent se déplacer !!! 


 

 

2012-02-16-21-57-32_0055-Multiflux.jpg

Repost 0
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 00:00

le  gendarme:
 
-  Bonjour Monsieur, vous venez de brûler un stop, je dois vous verbaliser mais comme aujourd'hui je suis de bonne humeur, je vous offre une chance  de vous rattraper.

 
 L'automobiliste :
 - Ah oui ! Que dois-je faire ??

 
 Le  gendarme :
 
- Je vous pose 2 questions, si  vous répondez juste je fais sauter votre amende.


L'automobiliste :
- D'accord !


 
Le  gendarme :
- Qu'est-ce qui a 4 roues et un  volant  ??


 L'automobiliste :
- Une voiture  ?


Le  gendarme :
- Oui mais, une Toyota, une Volvo,  une Mercedes ?

Désolé,  je ne peux pas considérer la réponse comme bonne.
Je  vous  pose la 2ème question.


Qu'est-ce qui a 2 roues et un  guidon ??


L'automobiliste :
- Une moto ?


Le  gendarme :
- Oui mais une Suzuki, une Honda,  une Kawasaki ?

Navré,  mais je dois vous verbaliser.


Avant de  partir l'automobiliste demande :
- Je peux aussi vous  poser une question ?


Le  gendarme :
- Bien sûr ! 


L'automobiliste :
- Qu'est-ce qui fait les 100 pas  sur un trottoir en mini-jupe et un petit sac en bandoulière  ?


Le  gendarme :
- Une  pute !


L'automobiliste :
- Oui mais ... ta soeur, ta mère,  ou ta tante ???? 

 

transmis par Michel Pick


Repost 0
Published by solnade - dans Interlude
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 00:00

http://www.hestroff.com/article-le-traite-des-pyrenees-a-350-ans-38974015.html

Depuis fort longtemps, cherchons-nous la liste des villages qui avec Sierck furent cédés à Louis XIV après le traité des Pyrénées.

Pour rappel, le roi de France et le roi d’Espagne furent amenés à négocier le traité des Pyrénées en 1659. Sans consulter le duc Charles IV, l’Espagne cédait en Lorraine toute la partie sud du Luxembourg avec les villes de Montmédy, Damvillers, Thionville, Ivoy, Chauvency, Marville. Le traité prévoyait que la France conserverait le Barrois et restituerait le duché de Lorraine à Charles IV. Le duc de Lorraine refusa. Un accord fut donc trouvé en 1661 par le traité de Vincennes. La France renonça au Barrois et se fit attribuer Sarrebourg et Phalsbourg, les routes de Verdun à Metz et de Metz à l’Alsace avec Maizeray, Mars la Tour, Solgne, Lezey, Héming, la place de Sierck et ses dépendances (30 villages dont Hestroff), la part indivise du duc dans la prévôté de Marville, la saline de Vic et d’autres territoires de moindre importance.

Quels furent les 30 villages dépendant de Sierck ? Un début de réponse peut-être dans Der Deutschen Volkszahl und Sprachgebiet in den europäischen Staaten par Richard Böckh, Berlin 1870 :

Capture-1661-villages-annexes-France.PNG

Capture-Deutschen-Volkszahl-und-Sprachgebiet-in-den-europa.PNG

Von der Allemagne war bereits 1661 an Frankreich abgetreten worden :

Die Herrschaft Sierk, zu welcher 9 3/2 Gemeinden mit 7323 Einwohnern gehörten, nämlich im Canton Sierk : Sierk (Sierk) mit Rustorff, Apach, Hunting, Laumesfeld mit Kalemburg und Hargarten, Montenach und in der Gemeinde Kerling Ober-Sierk, -- im Canton Metzerwisse : llbren ? mit Lemestroff, Monneren, Kemplich, Aboncourt (Abendorf?) theilweise, -- im Canton Dupenweiler : St Franz und in der Gemeinde Dalstein die Ortschaft Menskirch (sowie auch St Hubert in der Gemeinde Villers-Bettnach im Canton Vigy).

 

 

 


En somme,

Sierck, Rustroff, Apach, Hunting, Laumesfeld, Calembourg, Hargarten,

Capture Sierck hestroff

Montenach, Kerling, Haute-Sierck; Lémestroff, Monneren, Kemplich, Aboncourt; Saint-François (Lacroix), Dalstein, Menskirch; Saint-Hubert dont dépend l'abbaye de Villers-Bettnach, seigneur foncier de Hestroff.

(pour Richard Böckh, Hestroff ou plutôt Heistroff faisait partie du canton de Dupenweiller)

Ferner find einige der 1661 vom Herzogthum Lothringen zum Haut-Chemin abgetretenen Orte deutsches Ramens, nämlich im Canton Bolchen : Ottonville (Ottendorf) mit Ricrange, halb Roupeldange und Rurange in der Gem. Günkirchen, -- im Canton Vigy : die Gem. Burtoncourt (Brettendorf) und Hessange ? in der Gem. Vigy, also 2 Gemeinden ganz, 3 theilweise mit zusammen etwa 1476 Einw.

 

Au passage peut-on noter que c'est toute la Lorraine ducale qui a failli être française bien avant le décès de Stanislas car Charles IV, qui avait du ressentiment contre son neveu et héritier continuait à intriguer. 


Hestroff, dont le sort avait été scellé dès 1661, n'était plus concerné par la Lorraine des ducs Léopold et Stanislas. Et pourtant... l'arrivée massive de "tyroliens" après 1661 ne devait pas être aussi innocente que ça...

 

----------

http://www.republicain-lorrain.fr/moselle/2012/02/05/noveant-un-pont-entre-le-passe-et-le-present

 

 

Repost 0
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 00:00

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son coeur;
Sans remords, sans
regarder l'heure
Aller de l'avant, arrêter d'avoir peur;
Car, à chaque âge, se rattache un bonheur
 

Roses.gif  
 


Vieillir en beauté, c'est donner un coup de pouce à ceux qui se sentent perdus dans la brousse, qui ne croient plus que la vie peut être douce et qu'il y a toujours quelqu'un à la rescousse

 

Tournesols.gif


Vieillir en beauté, c'est vieillir positivement
Ne pas pleurer sur
 ses souvenirs d'antan.
Etre fier d'avoir les cheveux blancs, 
Car, pour être heureux, on a encore le temps.
 
 Roses


Vieillir en beauté, c'est vieillir avec amour, 
Savoir donner sans rien attendre en retour;
Car, où que l'on
 soit, à l'aube du jour,
Il y a quelqu'un à qui dire bonjour.


Tournesols
 
 
Vieillir en beauté, c'est vieillir avec espoir;
être content de soi en se couchant le soir.
Et lorsque viendra le point
 de non-recevoir, 
Se dire qu'au fond, ce n'est qu'un au revoir.

 

popotin en marche


transmis par Claude K.

 

 
Repost 0
Published by solnade
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 00:00

Neige et froid sur la Via Podiensis mais toujours la pêche

 

Plus dans les secrets des dieux depuis une bonne semaine, c'est via Le chemin de Cathy sur Skyrock que nous avons appris que le pélerinage de Saint-Jacques de Compostelle prit fin à Lectoure, dont dernière image ci-dessous. 


Capture-Compostelle-fin-du-voyage.PNG

Lectoure se situe dans le Gers. Au passage, nous y apprenons qu'un aïeul d'un de nos anciens patrons y a sa statue... Nous l'ignorions.

N'ayant pas envie de vous refaire l'histoire de Leitora, r-v sur wikipedia pour tout ce que vous voulez savoir sur Lectoure.

Cathy !!! Tu peux te féliciter de nous avoir filé le bourdon !!!


Bon retour...!!! 

et que saint Jacques t'accompagne...


--------------

Dernières images du chemin de Cathy (avec papa et maman) vers Saint-Jacques de Compostelle

 

 


 



 

 


Repost 0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 21:58

 

«Myope comme une taupe», «rusé comme un renard» «serrés comme des sardines»... les termes empruntés au monde animal ne se retrouvent pas seulement dans les fables de La Fontaine, ils sont partout. La preuve : que vous soyez fier comme un coq, fort comme un bœuf, têtu comme un âne, malin comme un singe ou simplement un chaud lapin, vous êtes tous, un jour ou l'autre, devenu chèvre pour une caille aux yeux de biche.

 

 

Vous arrivez à votre premier rendez-vous fier comme un paon et frais comme un gardon et là, ... pas un chat! Vous faites le pied de grue, vous demandant si cette bécasse vous a réellement posé un lapin. Il y a anguille sous roche et pourtant le bouc émissaire qui vous a obtenu ce rancard, la tête de linotte avec qui vous êtes copain comme cochon, vous l'a certifié : cette poule a du chien, une vraie panthère! C'est sûr, vous serez un crapaud mort d'amour. Mais tout de même, elle vous traite comme un chien. Vous êtes prêt à gueuler comme un putois quand finalement la fine  mouche arrive.

 

Bon, vous vous dites que dix minutes de retard, il n'y a pas de quoi casser trois pattes à un canard. Sauf que la fameuse souris, malgré son cou de cygne et sa crinière de lion est en fait aussi plate qu'une limande, myope comme une taupe, elle souffle comme un phoque et rit comme une baleine. Une

vraie peau de vache, quoi! Et vous, vous êtes fait comme un rat.

 

Vous roulez des yeux de merlan frit, vous êtes rouge comme une écrevisse, mais vous restez muet comme une carpe. Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez, mais vous sautez du coq à l'âne et finissez par noyer le poisson. Vous avez le cafard, l'envie vous prend de pleurer comme un veau (ou de verser des larmes de crocodile, c'est selon). Vous finissez par prendre le taureau par les cornes et vous inventer une fièvre de cheval qui vous permet de filer comme un lièvre. C'est pas que vous êtes une poule mouillée, vous ne voulez pas être le dindon de la farce. Vous avez beau être doux comme un agneau sous vos airs d'ours mal léché, faut pas vous prendre pour un pigeon car vous pourriez devenir le loup dans la bergerie.

 

Et puis, ça aurait servi à quoi de se regarder comme des chiens de faïence.

 

Après tout, revenons à nos moutons : vous avez maintenant une  faim de loup, l'envie de dormir comme un loir et surtout vous avez  d'autres chats à fouetter...


 

Transmis par Henry Dalstein



 




 

 

Repost 0
Published by solnade - dans Interlude
commenter cet article
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 10:58
Repost 0
Published by solnade - dans Interlude
commenter cet article
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 00:00

Transmis par la Gisou, nous nous laissons volontiers charmer par ce marivaudage politique ...

 

 La scène se passe dans les jardins du Château Bellevue, à Berlin. Angela von Mecklemburg et Nicolas de Neuilly se sont discrètement éclipsés de la réception offerte par le roi de Prusse. On entend, au loin, les accents du quatuor de Joseph Haydn.

  Nicolas :
>     Madame, l'heure est grave : alors que Berlin danse
>     Athènes est en émoi et Lisbonne est en transes.
>     Voyez la verte Erin, voyez l'Estrémadoure
>     Entendez les Romains: ils appellent au secours !
>     Ils scrutent l'horizon, et implorent les Dieux.
>     Tous les coffres sont vides, et les peuples anxieux
>     Attendent de vous, 
Madame, le geste généreux !
>     De leur accablement ils m'ont fait l'interprète :
>     Leur destin est scellé, à moins qu'on ne leur prête
>     Ce
  D-mark des Allemands sur lesquels vous régnez.
>     Cette cause est bien rude, mais laissez-moi plaider...
> 
Angela :
>     Taisez-vous Nicolas ! Je crois qu'il y a méprise
>     Folle étais-je de croire à une douce surprise
>     En vous suivant ici seule et sans équipage
>     Je m'attendais, c'est sûr, à bien d'autres hommages !
>     Mais je dois déchanter, et comme c'est humiliant
>     De n'être courtisée que pour son seul argent !
>     
Nicolas :
>     Madame, les temps sont durs, et votre cœur est grand
>     Vos attraits sont troublants, mais il n'est point décent
>     D'entrer en badinage quand notre maison brûle !
>     Le monde nous regarde, craignons le ridicule !
>     Notre Europe est malade, et vous seule pouvez
>     La soigner, la guérir et, qui sait ? La sauver !
>     Nous sommes aujourd'hui tout au bord de l'abîme
>     Vous n'y êtes pour rien, mais soyez magnanime !
>     Les Grecs ont trop triché ? Alors la belle affaire !
>     Qu'on les châtie un peu, mais votre main de fer
>     Est cruelle aux Hellènes, et nous frappe d'effroi !
> 
Angela :
>     J'entends partout gronder, en Saxe, Bade ou Bavière
>     L'ouvrier mécontent, le patron en colère.
>     Ma richesse est la leur, ils ont bien travaillé.
>     L'or du Rhin, c'est leur sueur et leur habileté.
>     Et vous me demandez, avec fougue et passion
>     De jeter cette fortune au pied du Parthénon ?
>     Ce serait trop facile et ma réponse est non !
> 
Nicolas :
>     On ne se grandit pas en affamant la Grèce
>     En oubliant Platon, Sophocle et Périclès !
>     Nos anciens nous regardent, et nous font le grief
>     D'être des épiciers et non pas de vrais chefs !
>     Helmut Kohl est furieux et 
Delors désespère.
>     Un seul geste suffit, et demain à Bruxelles
>     Desserrez, je vous prie, le nœud de l'escarcelle !
> 
Angela :
>     Brisons là, je vous prie, la nuit est encore belle
>     Votre éloquence est grande et mon âme chancelle...
>     Mais si je disais oui à toutes vos demandes
>     Je comblerais la femme, et trahirais l'Allemande !
  

 Et ils s'éloignent, chacun de leur côté...

Auteur anonyme... bien dommage

 
Repost 0
Published by solnade - dans Interlude
commenter cet article
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 18:55

Le moulin de la Chèvre ou la Gaïssenmillen a vu passer du monde depuis son existence. Nous n'avions, jusqu'à ce jour, aucune photo du bâtiment rasé dans les années 1970' par un architecte messin .

 

Nadé Mariette & Alice au moulin de la chèvre Hestroff Anz

Collection Michel Pick

 

Sur la photo ci-dessus ont posé pour la postérité avant 1949, de gauche à droite (selon leur neveu MP),  Alice et Mariette Nadé toutes deux décédées prématurément. A l'arrière-plan se tient debout leur père Alphonse Georges qui avait épousé Marie Goby, soeur du Goby's Jèngl, soit Jean-Louis Auguste, dernier meunier de Hestroff.

 

Le jeune garçon assis sur le ban pourrait être soit Jean-Marie dit Bouby, soit Alphonse dit Fouzé.


Une main qui se voulait discrète soulève un rideau... C'est certainement Marie Goby décédée au début des années 60'.

 


 

Histoire du moulin, publiée en septembre 2009 dans la catégorie Cadastre hier et aujourd'hui

 


 La Geissenmillen, cadastrée Geismühle, a connu diverses graphies au cours du temps.

C'était un moulin à farine dont le déclin s'est amorcé à la fin du 19e siècle.


Dans les Moulins et Meuniers du Pays de Nied de Jean-Michel BENOIT de Falck on peut lire qu'à Hestroff la Geissenmillen ou Moulin des Chèvres rapporta un cens annuel de 30 francs et 52 quartes de froment à la princesse Henriette de Lorraine en 1635.

En 1691, le meunier Mathis NENNICH et Barbe NADé, son épouse, vendent à Me MILLOT, notaire royal de la prévôté de Freistroff, un quarteron de terre sis sur la digue du moulin.
Le moulin est reconstruit par Privé NENNIG, déjà meunier à Gomelange. Son canon, consistant en 4 quartes de blé, est payable à la Saint-Martin. En 1703, le meunier doit payer 20 livres de rente à la prévôté de Boulay. Le 8 janvier 1713, Jean-Pierre ZELLE, meunier à Hestroff, prend pour 9 ans, le bail du moulin d'Aboncourt.

En 1830, le Sieur SCHOULLER est meunier à la "Geissmühle". En 1851, il répare les vannes; à cette époque, la propriétaire est Mme REMY. Vers 1860, François SCHOULLER achète l'usine, mais en 1870, les ouvrages régulateurs ne sont toujours pas conformes aux prescriptions de l'arrêté préfectoral du 8 octobre 1852. En 1878, Jean GOBY est le nouveau propriétaire de cette usine, dont l'exploitation cesse en 1918.


La Mèedelsbach ou le Fossé du Botzing tel cadastré à la hauteur de la Geissenmillen


Des RP de la paroisse de Hestroff on peut relever d'autres propriétaires, notamment Pierre MAILLARD né vers 1694, décédé et inhumé à Hestroff en juillet 1783. Pierre avait épousé Catherine LAPICIDA, fille d'une autre dynastie de meuniers.

Le couple a six enfants dont Elisabeth et Angélique.

Elisabeth se marie avec Pierre FUCHS, FOX, FOUSSE. A son décès en 1763 (B6749) il y eut inventaire qui mentionne qu'elle laisse cinq enfants, "que Jean FOX a acheté avec elle la moitié du moulin, part de Sébastien MAILLARD. Jean FUCHS a également acheté l'autre moitié de son beau-père Pierre MAILLARD. Il lui verse une pension alimentaire et un cens annuel".


Angélique épouse Jodocus ou Jost SCHNEIDER, attesté meunier à Hestroff en 1745, dont 6 enfants. Est-elle l'ancêtre des Schneider d'Edling-Anzeling ?

Outre les meuniers déjà cités, il faut également mentionner les passages plus ou moins brefs de

  • Pierre NENNIG °1656,
  • Jean TRANSBERGER °1669 +1758, maître meunier de 1698 à 1710,
  • Jean DEPENWEILLER né en 1726 à Gomelange et meunier à la Geismühle à partir de 1759
  • Jean Louis Auguste GOBY °1879 + 1951, fils de Jean cité plus haut, dont descendance sur Hestroff.
La Geissenmillen au bord de la Route de Metz


NB : Mathias NENNIG et Barbe NADé ont quitté Hestroff pour s'installer à Niedaltroff en 1694. Mathias y décède en 1703 et laisse 4 orphelins, dont Dominique né à Hestroff en 1694 peu avant son départ de la Geissenmillen. Barbe se remarie avec un certain Pierre WEISSE, cité vigneron à Hestroff en 1703 puis meunier puis manoeuvre en 1714. Barbe NADé décédera à Anzeling en 1729.

 





 











 


 


 



Repost 0
Published by solnade - dans Hestroff autrefois
commenter cet article
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 20:47

Bonzonville-8fev2012-par-Victor-Muller--3.jpgBonzonville-8fev2012-par-Victor-Muller.jpgBonzonville-8fev2012-par-Victor-Muller--2.jpg

Repost 0
Published by solnade - dans Près de chez nous
commenter cet article

Présentation

  • : Hestroff, village de la Moselle francique
  • Hestroff, village de la Moselle francique
  • : Hestroff avant, pendant, après, de 1680 à 1789, 1939-45, 2009, 2010, 2011. Ses habitants, son histoire, sa généalogie, son actualité. Histoire et généalogie pays de Nied, Metz, Moselle
  • Contact

Recherche