Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 09:00

Metz 25mar2011 270 St MartinSt Martin aux Champs, Metz 25 mars 2011

 

Classée monument historique depuis 1925, Saint-Martin-aux-Champs de Metz bénéficia d'une campagne de ravalement de 1985 à 2002 tandis que son clocher ne commença à faire peau neuve que l'été dernier.

 

L'église daterait du XIIe, du moins son narthex et sa nef. Le dernier clocher quant à lui est l'oeuvre de l'architecte Wahn en 1887 pour remplacer la tour qui fut détruite en 1564. Il avait été en effet besoin d'abaisser les clochers de Sainte Glossinde et de Saint Martin prochains de la citadelle et qui avaient le regard dedans icelle...

 

 

Metz 25mar2011 273 St Martin NefMetz 25mar2011 280 St Martin

Chapelle dédiée à la Vierge datant du 15e


Metz 25mar2011 282 St Martin Vierge

Metz 25mar2011 286 St Martin

 

Pour en savoir davantage sur l'histoire de l'église reprise en choeur par beaucoup de sites web voyez les URL en footnote.

 

---------------------

http://www.mairie-metz.fr/metz2/articles/2011/110119_decouverte_chantier_saint_martin.php

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Saint-Martin_de_Metz

http://www.mairie-metz.fr/metz2/decouvrir/quartier/centre/saint_martin.php

http://www.lorrainedecoeur.com/?p=192

http://capmetz57.over-blog.com/article-l-eglise-saint-martin-de-metz-46108488-comments.html

 


 




 


 

 

 


Repost 0
Published by solnade - dans Nos excursions
commenter cet article
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 07:25

Metz 25mar2011 246 République 2-copie-1

De Serpenoise à la Rèp'

 

L'immense parking à ciel ouvert place de la Rèp a laissé place à un espace de vie destiné à accueillir diverses manifestations au cours de l'année.

 

Metz 25mar2011 249 République

Espace entièrement piétonnier tout autour de la Rèp'

 

Metz 25mar2011 254 République

les mâts étendards lumineux

 

Metz 25mar2011 256Les bancs ondulants en pierre

 

Après le marché de Noël avec sa grande roue, la fête foraine de Carnaval, l'Eté du livre est annoncé en avril (ouf il y fera moins chaud). Le festival Passages battra son plein en mai suivi par des animations gourmandes de juin à septembre. La parade de la Mirabelle 2011 s'achèvera à la Rèp' et le marché de Noël y reviendra.

 

Metz 25mar2011 252

La journée n'était pas particulièrement belle pour découvrir la Rèp' requalifiée.  Nous n'avons fait que l'apercevoir en venant de la rue Serpenoise. Parions que très bientôt cette place s'animera sous un soleil généreux. Il sera alors temps d'y retourner pour vous en ramener des images plus colorées.

 

Metz 25mar2011 258

 

------------------

Pour en savoir davantage : Wikipédia et ses réf.et  Promenade temporelle

 

L'Eté du Livre aura lieu les 15, 16 et 17 avril 2011


 

 

Repost 0
Published by solnade - dans Nos excursions
commenter cet article
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 08:50

 

 

Boulay 12sep2010 095Gabriel Becker, secrétaire de l'AFU, association pour la sauvegarde du Ban St-Jean à Denting, sera sur les ondes de France Inter - FM 95.8 - le mardi 29 mars à 12h30.

 

C'est dans le cadre de l'émission "Carnets de campagne" que Gabriel sera interrogé sur l'histoire du Ban Saint-Jean.

 

France Inter en direct  sur le Web

 

 

 

--------------------

http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/carnetsdecampagne/pres.php

http://players.tv-radio.com/radiofrance/playerfranceinter.php

Repost 0
Published by solnade - dans Ban Saint-Jean
commenter cet article
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 17:36

Holeck 24mar2011 623 croix HackspillChemin du château d'eau, aux pieds du jardin du curé se dresse une croix en pierre rouge.


Cette croix, qui faisait partie intégrante du patrimoine foncier de feu Eugène Hackspill, garde son secret.

 

Plus ancienne que les souvenirs des héritiers et des anciens du village, cette croix ne porte aucune inscription. A L'endroit de son érection devait se trouver le pressoir derrière l'église mentionné dans certains écrits du 17e.


Hestroff-chateau-d-eau-croix-hohleck.jpg 


 

 

 

 

 

 

Si la construction de cette croix témoigne d'un moment de souffrance comme en témoigne le Christ en croix, en l'absence d'écrit il est bien entendu impossible d'en connaître le contexte idéologique . Croix-Hackspill-Hohleck-623-tiare-rameaux.JPG

 

Cette croix peut-elle être assimilée à un bildstock ? Nous nous trouvons bien face à un fût sur socle. Le fût ne comprend néanmoins qu'un seul tenon à la base. Ce tenon accueillait une inscription aujourd'hui illisible. Le socle de la croix comporte une tiare encadrée d'une palme, qui comme tout rameau, toute branche verte, est considérée comme symbole de vitalité, donc de victoire. La palme décore souvent la tombe d'un martyr. Quant à la tiare, elle symbolise le triple pouvoir du Pape, en tant que souverain sacrificateur, grand juge, et seul législateur des chrétiens.

 

Qu'importe..., cette croix de pierre fait partie de notre patrimoine et sa préservation matérielle doit être assumée.

 

 

Holeck 24mar2011 640 croix HackspillChemin du château d'eau, 24 mars 2011

 

Holeck 24mar2011 624 croix Hackspill


Repost 0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 09:57

Vos amis sont bien intentionnés mais imaginez-vous que si tous vos amis - ils sont nombreux - vous renvoient des messages type chaîne St Antoine ou plus sympas mais pas moins pernicieux, la paralysie nous/vous guettera.

 

Il est préférable de vous passer de si jolis bouquets Bouquet- gare au rhume des foins ou à la crise d'urticaire - et vous brancher sur notre catégorie Interlude pour y laisser vos commentaires.  bouches006

 

 
Subject: amitié


> >

 
> > > > > > > > Le bonheur te garde gentille 
> > > > > > > > Les épreuves te gardent forte 
> > > > > > > > Les chagrins te gardent humaine
> > > > > > > > Les échecs te gardent humble 
> > > > > > > > Mais seul
, l'espoir te fait avancer 
> > > > > > > > Tu es si spéciale
!
> > > > > > > > Aujourd'hui est le jour des 'amis en ligne' 
> > > > > > > > Envoie ce message à tous tes amis en ligne - même moi si j'en fais partie - et vois combien tu en reçois aujourd'hui, ou demain. 
> > > > > > > > > >  
> > > > > > > > > >  
> > > > > > > >
> > > > > > > > Ce serait amusant de voir combien j'en recevrai et voir si le nombre de bouquets augmentera effectivement. 
> > > > > > > > Remarque : Chaque fois que vous le recevez, il y a un bouquet qui s'additionne 

> > > > > > > > Fais parvenir à tous tes amis, incluant moi et ne me dis pas que tu es trop occupé pour cela.. 
> > > > > > > > Ne connais-tu pas l'expression « s'arrêter pour respirer le parfum des fleurs? » 

> > > > > > > > Vois combien de «bouquets » te reviennent! 
> > > > > > > > BONNE JOURNÉE DE L'AMITIÉ


> > > > >


> > > > > > >


> >

Repost 0
Published by solnade - dans Interlude
commenter cet article
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 18:54

Saviez-vous que Hestroff avait son ossuaire ?

 

Autrefois, lorsque la terre du cimetière rendait des ossements, on les rangeait respectueusement dans un ossuaire. Parfois décorée de motifs religieux ou macabres, cette modeste construction avait souvent la forme d'une petite maison adossée au mur de l'église ou placée dans un coin du cimetière.

 

L'ossuaire était un lieu sacré dans lequel s'affirmait la solidarité entre les vivants et les morts. Les paroissiens s'y rendaient pour prier pour leurs défunts et accomplir un ensemble de rites hautement symboliques. On y allait en procession, des bougies y étaient allumées.

 

Pour rappel, Alfred Louis, auteur d'un recueil de notices historiques concernant Hestroff, avait évoqué l'existence d'un ossuaire à Hestroff dont même nos anciens n'avaient aucun souvenir.

 

CIMG0124.JPG

L'ossuaire devait être adossé à l'entrée de l'église côté nord-est à l'opposé du sud ci-dessus

 

Or, nous venons de trouver confirmation de l'existence de cet ossuaire dans le livre "Ossuaires de Lorraine" de Jean-Michel Lang :

 

"Ailleurs, comme à Juvelize et à Hestroff, une inscription et un tableau permettaient de connaître le commanditaire de l’ossuaire. Une autre formule fut adoptée en 1759 pour le financement du charnier de Sarre-Union" ... "A Hestroff, une peinture murale postérieure à 1730 représentait un squelette".

 

Cet ossuaire fut probablement construit lors de l'agrandissement de l'église en 1730. Lors de ces travaux, les ossements de tous ceux qui avaient été inhumés dans l'église devant trouver une nouvelle sépulture. Voir nos ancêtres inhumés dans l'église Saint-Jean-Baptiste de Hestroff.

 

De nos jours, les ossements restent dans les sépultures familiales, mais les archives de l'église ou du Conseil de Fabrique devraient pouvoir nous éclairer davantage sur cet ossuaire disparu.

 



 

 

--------------------

http://books.google.fr/books?id=7M3WAAAAMAAJ&q=hestroff&dq=hestroff&hl=fr&ei=OWR3Tc7MNM7B8QPHzJ2gDA&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=10&ved=0CFQQ6AEwCTgK

Repost 0
Published by solnade - dans Hestroff autrefois
commenter cet article
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 00:00

Des villas aux horti...

 

Les riches propriétaires des villas en abandonnaient la culture à de pauvres mercenaires libres, appelés colons, et à des esclaves des servi, des mancipia, que dirigeait un intendant, un villicus, parfois esclave lui-même. A la différence des colons, les esclaves n’avaient droit à aucun émolument pour leur travail. Déclarés trop heureux d’avoir eu la vie sauve, servati, quand ils avaient été faits prisonniers, manu capti, ces victimes de la force n’avaient aucun recours contre leurs maîtres, ils étaient une chose, et à ce titre on pouvait en user et en abuser.

 

Au lieu de donner de l’argent aux mercenaires, il devint d’usage de partager les récoltes, et on eut ainsi des colons partiaires.


A partir d’Antonin, les gaulois libres furent assimilés aux citoyens de l’Empire et le droit romain prit la place des coutumes celtiques. Le druidisme s’éteignit et notre pays ne fut plus habité en réalité que par des Gallo-Romains. Les champs des gaulois ne furent cultivés, de même que ceux des Romains ne furent cultivés que par des esclaves, des colons, sous la surveillance des villicus.

 

Pline, qui écrivait à cette époque, nous met assez exactement au courant de l’état de l’agriculture et de l’arboriculture des Gaules ; état qu’il montre très florissant. Probus y favorisa la culture de la vigne ; mais comme le prouve une épigramme de Julien :Ex spica genuit celtiva, vitis egens, le goût de la bière y était encore très répandu.

 

Indépendamment ds villas et des fermes, Ausone nous apprend que le long de la Moselle se remarquait de son temps une série de tours qui servaient à la fois à surveiller le pays et tendre des filets. Or, aux portes de Metz, le hameau de Thury, sur la Moselle, semble bien dériver d’une de ces turris. De même sur les plateaux de la Voëvre existait une tour élevée par des légions et qui en avait gardé le nom de Turris Martis. A l’ombre de cet édifice se sont agglomérés des cultivateurs et la bourgade de Mars-la-Tour vit le jour.

 

Non loin de Thury, près d’une voie reliant Metz à Trèves par la rive gauche de la Moselle, les Romains créèrent de vastes bâtiments pour y réunir les chevaux de poste et des troupeaux ; on les appela stabula. Ce sont aujourd’hui deux fermes appelées au moyen âge grandes et petites steples, et aujourd’hui grandes et petites tappes.

 

Sur la route de Scarpone à Metz les Romains fondèrent un haras ou equinicum ; il en fut de même sur la route de Metz à Strasbourg : ces deux établissements sont devenus le village d’Augny et le hameau de Laquenexy.

 

Le long de la Seille, et sur les hauteurs le long de la voie de Mayence, les Romains établirent des greniers, des horrea, lieux fortifiés où ils amassaient les grains de la province (nos silos actuels) et qui sont devenus, l’un la ferme de la Horgne au Sablon, l’autre le hameau la Horgne-Laquenexy.

 

Les arches de l’aqueduc de Gorze s’infléchissaient pour passer la Moselle en un lieu qui en a gardé le nom d’Arcus, d’où est dérivé celui d’Ars-sur-Moselle. Peut-être un autre aqueduc a-t-il donné son nom au village d’Ars-Laquenexy.

 

1846, Académie de Metz

 

Repost 0
Published by solnade
commenter cet article
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 16:38

Le mot villa était relativement de création moderne.

 

A côté de ces splendides demeures, il était d’usage de garder un vaste espace gazonné pour les ébats et la nourriture des volailles et des animaux. On appelait cet endroit cors ou cohors du grec herbe ; un bâtiment s’élevait au milieu de ces herbages. Il en reçut le nom de cortile. De là est venu notre terme de basse-cour.


Non loin de la villa s’élevait un hortus ou jardin dans lequel il fallait donner des soins incessants et des arrosages multiples aux légumes et aux arbres fruitiers.

 

La culture maraichère était très bien entendue dans les Gaules. On citait principalement la carotte de ce pays ou pastinaca, et sur le Rhin on cultivait le chervis ou fiser, le poireau ou bette, le persil ou apio (en allemand petersilien) et l’oignon.

 

Il est certains villages qui rappellent qu’ils doivent leur origine à des plantations d’arbres fruitiers, des horti.

 

Ainsi Pommerieux, Pomeriolum en 1115, rappelle un pomarium, lieu planté de pommiers ; Pournoy-la-Grasse, Purnidum en 936, Pournoy-la-Chétive, pruneriacum, en 1076, ont commencé par être un lieu planté de pruniers. Corny un lieu planté de cornouillers, Sorbey, près de la Nied, Sorbiacum, un lieu planté de sorbiers, Noisseville, Nutzviller, des vergers plantés de noyers ; Cherisey, Carisiacum, un lieu planté de cerisiers ; Vigneulles, Vineolis, 1157, un vignoble ; Lorry-lès-Metz, Lorry-devant-le-Pont, Lauriacum, une plantation de lauriers ; Thil, Tilacum, 1115, une plantation de tilleuls ; Fresnoy, Fraxinetum, une plantation de frênes ; Vernéville, une ferme renommée pour ses aulnes ou vernes ; Saulny, une plantation de saules, salneium ; Fey, Retonfey, Failly, rappellent un Fagetum, un bois de hêtres ; Chesny, Chesnières, Chesnois, une forêt de chênes ; Bouligny, Bettlainville, une plantation de bouleaux, betula.


Pline nous apprend que l’on voyait dans les Gaules beaucoup de bouleaux et de sorbiers. Une forêt, en général, se disait sylva chez les Romains, de là les noms de Silving, Sylvange, Sillegny ; Ancerville a été une ferme renommée pour ses oies, Anserum villa ; Porcher, porcarium, une porcherie ; Vivier, un vivarium, où se gardaient les poissons ; Colombey, un columbarium, où s’élevaient des pigeons ; Mandren, un bergerie Manda ; Epiez un apiarium des ruchers ; Ligny, lineacum, un lieu planté de lin ; Fontoy rappelle une source fontes ; Pontoy un pont ; Champenois un petit champ ; Cheminot caminetum ou route caminus.

 

Enfin on ne peut nier qu’il n’y ait une trace évidente de création romane dans les noms des villages de Romain, Remelange, Remeling, Remeldorff, Remering, Remelfing, Rémilly, dans le nom desquels se retrouve le radical Romen romains.

 

 

Source : 1846, Académie de Metz



 

Repost 0
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 00:00

Hestroff reste frontière entre Trévires et Médiomatriques

 

Les Médiomatriques ayant fait leur soumission à César furent traités en peuples alliés des Romains. Ils conservèrent leurs coutumes, leurs magistrats, et reçurent au milieu d’eux des fonctionnaires chargés de nourrir les troupes et de percevoir l’impôt annuel tandis qu'une grande partie des terres furent distribuées à des légionnaires.

 

Tout le territoire mosellan subit la même loi et notre pays connut bientôt les mœurs industrielles et agricoles de l’Italie. Les dénominations latines apparurent le long de la Moselle, se mariant avec les expressions celtiques.

 

 

Ainsi les Romains ayant eu l’habitude de circonscrire leurs propriétés rurales d’un fossé, d’un vallum, l’enclos prit le nom de villa. La villa était donc la forme latine du iac gaulois et du hingen belge.

 

Rheinheim CIMG0049 projet de villaReinheim

 

 

La vallée de la Moselle ne tarda pas à s’égayer de la vue de somptueuses villas construites par les empereurs romains et leurs représentants. Auson décrit, avec grands détails, les belles maisons de plaisance qui se miraient dans les eaux de la Moselle, au 4e siècle de l’ère chrétienne, aux environs de Trèves.

 

Mais où retrouver ces villas, ces cortiles ? Peut-être plusieurs de nos villages qui portent des noms terminés par les mots ville, court, sont-ils les restes d’anciens domaines créés du temps des Romains ?

 

Borg villa romaine 30mai10 102Villa romaine de Borg près de Nennig


Heureusement que l’archéologie vient en aide à la philologie en faisant connaître les ruines de certaines de nos villas. Près de la Nied, à Sorbey, anciennement Sorbiacum, M. V. Simon a trouvé les substructions d’une importante habitation. Sur la Moselle, à Nennig, au nord de Sierck, on a mis au jour les débris de statues, bas-reliefs, hypocaustes, salles de bains et une mosaïque à personnages d’une parfaite conservation ; le tout décrit par M. G. Boulangé. 

 

 

Enfin, il est permis de supposer qu’il y avait des villas du temps des Romains dans les différents endroits de notre département où l’on a déterré des inscriptions, des débris de sculpture, des fragments de colonnes, des statues, tels que : la forêt du Warndt, Carling, Gros-Bliederstroff, Volmestroff, Colmen, Waldwisse, Yutz, Elzing, Kirschnaumen, Hettange, Soufftgen, Preisch, Bousse, Havange, Montois, Saint-Privat, Joeuf, Fontoy, Daspich, Mont-Saint-Martin, Audun-le-Tiche, Audun-le-Roman, Longuyon, Baslieux, Saint-Marcel, Rozérieulles, Jouy-aux-Arches, Laquenexy, Chanville, Mancy, Boucheporn, Boulay, Sarralbe, Haling, Rémilly, Herny, Merlebach, Cocheren, Béning, Freyming, Farschviller et Sillegny.

 

Il est impossible de savoir quel est le nom que portait chacune de ces localités à l’époque romaine. On peut conjecturer que Baslieux est dérivé de Basilica, Joeuf de Jovis Fanum, comme Mousson dans la Meurthe, s’appelait encore en 936 Mons Jovis, et Jupille dans la Meuse, vers le même temps, se disait Jovis Pila. De même Jouaville, sur l’Orne, se nommait Jovis Villa en 1177. Rozérieulles semble avoir été baptisé d’abord Rosarum Villula, la petite villa des roses. Longeville-lès-Metz, Longeville-lès-Cheminot, Longeville-lès-Saint-Avold, se sont dénommés d’abord Longa Villa, pour indiquer leur position le long de la Moselle, de la Seille et de la Rosselle.

 

Source : 1846, Académie de Metz

 

Des villas aux horti...


Repost 0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 17:31

Dans notre recherche pour délimiter les pays des Trévires et des Médiomatriques, nous nous sommes attardée aux localités à "désinence belge" en ingen, évoquée dans les Mémoires de l'Académie nationale de Metz de 1846.

 

Les membres de cette même académie ont trouvé remarquable que les localités à désinence celtique ey ou y ne se fusionnent pas avec celles à désinence belge en ingen. Ils ont même très facilement noté sur une carte topographique le point de séparation entre l’usage de ces deux espèces de désinences ; et chose très instructive, cette ligne séparative de l’élément celtique et de l’élément belge, correspond à peu près avec la ligne qui sépare nos villages franciques d’avec nos villages romans.

 

Cette ligne, la même depuis des siècles, ne serait donc pas une affaire de convention.


Moselle Stroff et villages bilinguesHestroff, seul village bilingue en -stroff

 

 

Elle est indiquée par les villages où l’on parle les deux langues, savoir : Ottange, Angevillers, Algrange, Knutange, Hayange, Florange, Uckange, Bertrange, Guénange, Rurange, Luttange, Aboncourt, Hestroff, Drogny, Ottonville, Coume, Boulay, Brecklange, Condé-Northen, Volmerange, Varize, Raville, Guinglange, Faulquemont, Mainvillers, Morhange, Rodalbe, Torschviller.

 

 

Cette limite entre Médiomatriques et Trévires, entre roman et francique, ne cadre pas exactement avec la limite des diocèses de Trèves et de Metz.

 

Entretemps, histoire de renforcer notre statut de  Zinneke, il y eut bien les Romains, les Huns puis les Francs, les Suédois et la colonisation des Tyroliens... . 


 


 

 

 



Repost 0

Présentation

  • : Hestroff, village de la Moselle francique
  • Hestroff, village de la Moselle francique
  • : Hestroff avant, pendant, après, de 1680 à 1789, 1939-45, 2009, 2010, 2011. Ses habitants, son histoire, sa généalogie, son actualité. Histoire et généalogie pays de Nied, Metz, Moselle
  • Contact

Recherche