Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 00:00

Prenez votre temps avec ce très beau reportage sur Metz réalisé par la RTBF, radio télévision belge francophone, sans oublier les jardins de Laquenexy et le château de Malbrouck

 

Metz-Video-RTBF.jpg

 

http://www.rtbf.be/video/v_en-voyage?id=489131&category=viepratique

  Lien transmis par Rémy hestroffois d'origine, messin d'adoption

 

Pompidou Alexandre Alexandre de Bruxelles - juillet 2010


Pompidou-Xavier.jpgXavier de Bruxelles - juillet 2010

 

--------------------------

En attendant de retrouver Metz sur France3 en fin d'année, dans des Racines et des Ailes, re-découvrez la RTBF et ses régions proches de chez nous sur http://www.rtbf.be/maregion/

Repost 0
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 19:33

 

Blois-Racines---Ailes.jpg

Mercredi 24 novembre à 20h35 sur France3

Des Racines & des Ailes installe son plateau au Château de Blois, résidence royale qui a vu séjourner les plus grands personnages de l’Histoire de France, comme Louis XII et son épouse Anne de Bretagne, François Ier, mais aussi Catherine de Médicis et Henri III.


Le château de Blois a également été le théâtre d’intrigues, comme la légende noire de Catherine de Médicis, et de nombreux complots : c’est ici que le Duc de Guise, petit-fils par les femmes de Louis XII et Anne de Bretagne,  aurait été ou fut ? assassiné, en pleine guerre de religions !

 

Blois est aussi la dernière résidence de Gaston d’Orléans, le dernier à marquer le château de son empreinte. Exilé à Blois en 1634 par son frère Louis XIII, Gaston, remarié avec la jeune Marguerite, soeur de Charles IV, duc de Lorraine - prince aussi fantasque que lui -, rajoute au château une aile qui constitue aujourd'hui l'un des chefs-doeuvre du classicisme français...A noter que la première épouse de Gaston ne fut autre que la richissime héritière de Renée d'Anjou, princesse de Montpensier.

 

Au cours de cette émission, des Racines & des Ailes ira aussi au château de Versailles.

 

Et bientôt à Metz, à la fin de l'année dit-on. . .

Repost 0
Published by solnade - dans Enigme historique
commenter cet article
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 10:38

Wauthier van der Noot 1er du nom, fils de Engelbert,  fut échevin de Bruxelles en 1349.  Il est nommé entre les Gudule-facade-romane.jpg nobles vassaux de Brabant ainsi que ses frère Henri, Guillaume, Renier et Jérôme van der Noot, sous le règne du Duc Jean III.  Il fut massacré devant l'Eglise de Sainte Gudule à Bruxelles le jour de Sainte Gertrude le 17 mars 1373, vieux style. Il avait épousé avant le 18 août 1349 Lelia de Linckenbeke près Bruxelles, fille de Jean, seigneur de Linckenbeke près Bruxelles et de Marie Godevarts, et laissa pour fils unique Wauthier van der Noot II du nom, qui suit.

 

Wauthier van der Noot II du nom fut le premier qui commença à porter pour armes d'or, à cinq coquilles de sable posées en croix. van-der-noot-blason-Noot-Vrechem.jpg Il mourut en 1385 et avait épousé Aleyde Thonys, fille de Wauthier Thonys, chevalier, et d'Aleyde de Coninck. Elle fonda avec son fils Wauthier à l'hôpital de Sainte Gertrude près de Sainte Gudule deux chapellenies en 1377 et vivait encore en 1400 comme il paraît par un acte original du 23 avril de la même année. De ce mariage vinrent 

 

1°  Wauthier van der Noot III du nom sui suivra ...

 

2°  Marie van der Noot, morte à Bruxelles le 15 aout 1415. Elle avait épousé le 22 juin 1385 Gosuin van den Rieuwe, chevalier, mort à Senlis en France le 14 novembre 1410 et enterré dans l'Eglise des Récollets de la même ville.

 

3°  Elisabeth van der Noot, morte en couches le 19 avril 1395, ayant été mariée à Jean de de Groote (grand en flamand), en latin, Magnus, mort le 18 mai 1400.

 

4°  Lelia van der Noot, mariée le 12 septembre 1395 à Jean de Coudenberghe (voir ancien palais Coudenberg) dit Rollebuck, dont elle fut la première femme.

 

5°  Marguerite van der Noot, abbesse de Cortenbergh (Cortenberg) en 1400, morte le 25 novembre 1425.

 

6°  Aleyde van der Noot, religieuse à l'Abbaye noble de Forest près Bruxelles, morte le 11 octobre 1432.

 


  Descendance de van der NOOT Wauthier II N°


  van der NOOT Wauthier II    D : ../../1385
-A  x THONYS Aleyde    M : ../../1360     Fondatrice de l'hôpital Ste Gertrude près de Ste Gudule à Bruxelles
    D : > ../../1400


| ...-1  VAN DER NOOT Wauthier III    N : ../../1355     Seigneur de Risoir Conseiller au conseil de Brabant en 1405
    D : 05/12/1432 Bruxelles
| ...-1A  x de HERTOGHE Marguerite    M : 06/07/1394
    D : 04/05/1400
| ...| ...-1A.1  VAN DER NOOT Wauthier IV    N : 25/09/1398
    D : 10/12/1452
| ...| ...-1A.1A  x EGGLOY Elisabeth    


| ...-1B  x COLAYS Jutte    M : 22/06/1404
    D : 16/12/1448 Vilvorde
| ...-2  VAN DER NOOT Marie    D : 15/08/1415 Bruxelles
| ...-2A  x van de RIEUWE Gosuin    M : 22/06/1385     Chevalier mort à Senlis
    D : 14/11/1410 Senlis (60)
| ...-3  VAN DER NOOT Elisabeth    D : 19/04/1395     Morte en couches
| ...-3A  x de GROOTE MAGNUS Jean    D : 18/05/1400     Jean de Groote ou Magnus en latin
| ...-4  VAN DER NOOT Lélia    
| ...-4A  x de COUDENBERGHE Jean dit Rollebuck    M : 12/09/1395
| ...-5  VAN DER NOOT Marguerite    D : 25/11/1425     Abbesse de Cortemberg (Cortenberg) en 1400
| ...-6  VAN DER NOOT Aleyde    D : 11/10/1432     Religieuse à l'abbaye noble de Forest près de Bruxelles

 

Repost 0
Published by solnade - dans Interlude
commenter cet article
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 00:00

Les van der Noot dans le nobiliaire des Pays-Bas et de la Bourgogne, les enfants de Guillaume Steenweghe

 

Engelbert Uten-Steenweghe dit van der Noot, fils de Guillaume ou Wilhelm, vivait en 1305 & 1311 sous Jean II, duc de Brabant, et fut nommé entre les nobles vassaux de Brabant sous le règne du duc Jean III . On ne sait pas précisément en quelle année il est mort, mais seulement qu'il vivait encore en l'an 1339, car il est cité dans un acte passé la même année. Il laissa de Marie Velt, fille de Henri Velt, chevalier, son épouse

 

1°   Jean Uten-Steenweghe dit van der Noot, nommé entre les nobles vassaux de Brabant sous le règne du duc Jean III . Il embrassa l'état ecclésiastique, fut chanoine de bruxelles_cathedrale_ste_gudule_cathedrale_st_michel.jpgl'Eglise collégiale de Saint Gommar de Liere, puis de l'Eglise collégiale de Sainte Gudule à Bruxelles en 1369 . Son nom se trouve dans diverses chartes. Il mourut à Bruxelles le jour de la fête de la Chaire de Saint Pierre de l'an 1373, et fut enterré à Sainte Gudule. →

 

2°   Henri van der Noot, qui fut échevin de Bruxelles en 1343,  mourut sans alliance vers l'an 1387. Son sceau est écartelé, au I & 4 une coquille: au 2 & 3 un lien, l'écu semé de billettes.

 

3°   Guillaume van der Noot qui épousa Elisabeth de Ranst . Ils ne vivaient plus le 22 avril 1369 . Ils eurent, entr'autres enfants 1) Marguerite van der Noot, femme de Henri van Hertewyck, ainsi qu'il paraît par un acte de 1414, et 2) Marie van der Noot, mariée à Jean, seigneur de Carloo, chevalier, duquel elle était veuve en 1414 .

 

4°    Renier van der Noot, qui vivait encore en 1387 et qui mourut sans postérité à Bruxelles, où il fut enterré en l'Eglise de Sainte Gudule sous le confessional devant la Sainte Croix→. 

 

5°     Jérôme van der Noot, échevin de Bruxelles en 1351, 1385 et 1390, qui paraît dans un acte de l'an 1347, avec Guillaume & Wauthier van der Noot, ses  frères.  Il mourut le 28 juillet 1404 et fut inhumé dans le cloître des Récollets à Bruxelles.

Récollets caveaux Bruxella 1238Il portait pour armes, ainsi que son oncle  écartelé, au 1 & 4 d'azur, à trois fleurs-de-lis d'argent,   au 2 & 3 d'argent, à cinq coquilles de gueules posées en croix .  Il s'était marié avant le 13 février 1354 avec Marie van Uthem, qui mourut le 28 août 1400 et laissa postérité. 

 

C'est de Jérôme ou Gereln que descendent les Vandernotte de Lorraine (Koenigsmacker, Ebersviller, Hestroff), du Luxembourg et de la Sarre (voir Eduard Pesé et les Wandernath).

 

6°      Wauthier van der Noot I du nom, qui suivra . . .

 

7°      Elisabeth Uten-Steenweghe dite van der Noot, mentionnée avec son frère aîné Jean Uten-Steenweghe dit van der Noot, dans un acte du 29 janvier 1369 .

 

 

Engelbert Utensteenweghe dit van der Noot laissa aussi un fils naturel, nommé Engelbert van der Noot, qui paraît en cette qualité dans un acte du 4 juillet 1354. On ignore le nom de la mère. .

 

-------------------------------------

Le cloître des Récollets, connu en partie au travers d'archives se situait sous l'actuelle rue de la Bourse à Bruxelles.  Les vestiges de ce couvent, qui joua un rôle important dans l'histoire de la ville, furent mis à jour en 1988 seulement.  Voir Wikipedia et la Société Royale d'Archéologie de Bruxelles 

 

 

 

Descendance de VAN DER NOOT Engelbert N° 1736704

1736704  VAN DER NOOT Engelbert, N° 1736704    N : ca ../../1270 Bruxelles (Brabant Fl)    Noble vassal de Brabant sous Jean III
    D : > ../../1339 Bruxelles (Brabant Fl)
| ...1736704-X.1  VAN DER NOOT Engelbert        Enfant naturel apparaissant dans un acte daté de juillet 1354
1736704-A = 1736705  x VELE ; VEELE ; VELT Marie, N° 1736705   
| ...1736704-2  VAN DER NOOT Henri    N : ../../1344
    D : ../../1387
| ...1736704-3 = 868352  VAN DER NOOT Gerelm Jérôme, N° 868352    D : 28/07/1404     Échevin de Bruxelles en 1351, 1385 et 1390
| ...868352-A = 868353  x VAN UTHEM Marie, N° 868353    M : < 13/02/1354
    D : 28/08/1400
| ...| ...868352-1 = 434176  VAN DER NOOT Jean, N° 434176    D : ../../1420
| ...| ...434176-A = 434177  x VAN DER KEELEN Ide, N° 434177    D : > ../../1435
| ...1736704-4  VAN DER NOOT Wauthier 1er    D : 17/03/1373 Bruxelles    Echevin de Bruxelles en 1349
| ...1736704-4A  x de LINCKENBEKE Lelia    M : < 18/08/1349
| ...| ...1736704-4.1  VAN DER NOOT Wauthier II    D : ../../1385
| ...| ...1736704-4.1A  x THONYS Aleyde    M : ../../1360     Fondatrice de l'hôpital Ste Gertrude près de Ste Gudule à Bruxelles
    D : > ../../1400
| ...1736704-5  VAN DER NOOT Jean    D : ../../1373 Bruxelles    Chanoine de l'église collégiale Ste Gudule à Bruxelles en 1369
| ...1736704-6  VAN DER NOOT Guillaume    D : < 22/04/1369
| ...1736704-6A  x de RANST Elisabeth   
| ...| ...1736704-6.1  VAN DER NOOT Marguerite   
| ...| ...1736704-6.1A  x van HERTENWYCK Henri    M : < ../../1414
| ...| ...1736704-6.2  VAN DER NOOT Marie   
| ...| ...1736704-6.2A  x de CARLOO Jean    D : ../../1414     Chevalier
| ...1736704-7  VAN DER NOOT Renier    D : > ../../1387 Bruxelles    Vivait encore en 1387
| ...1736704-8  VAN DER NOOT Elisabeth        Encore en vie en janvier 1369

Repost 0
Published by solnade - dans van der Noot
commenter cet article
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 00:00

Le nobiliaire des Pays-Bas et du comté de Bourgogne éditée en 1864 mentionne la maison van der Noot de la manière suivante :


vAN-DER-NOOT-LIGNAGE-Bxl.jpgGuillaume Uten-Steenweghe dit van der Noot, fils d'Arnould, le premier de cette maison qui soit connu, était mort avant 1296. Il avait épousé une Demoiselle nommée Elisabeth, dont le surnom est  ignoré, laquelle ne vivait plus en 1309 (entretemps nous savons qu'il s'agit d'Elisabeth de Lombeke). Elle l'avait rendu père :


1° d'Engelbert Uten-Steenweghe dit van der Noot, qui suivra ...


2° de Henri van der Noot, qui mourut avant le 20 décembre 1363, et portait pour armes  :écartelé, au I & 4 d'asur, à trois fleurs-de-lis d'argent au 2 & 3 d'argent, à cinq coquilles de gueules posées en croix, avait épousé Jeanne Smeersmans, laquelle ne vivait plus le 6 avril 1361, et eut d'elle deux filles, Marguerite van der Noot, mariée avant le 4 mai 1355 avec Gilles Boote & Elisabeth van der der Noot, femme de Thierri van den Heetvelde, Amman de Bruxelles. Il eut aussi un fils naturel nommé Jérôme van der Noot, qui vivait en 1390.


3° de Jean van der Noot, qui épousa une Demoiselle - dont le nom n'est pas connu - qui fut mère de Jean Uten-Steenweghe dit van der Noot, qui n'eut de Marguerite s'Leeuws (autre famille patricienne bruxelloise) dite Versophien son épouse, que deux filles, Elisabeth Uten-Steenweghe dite van der Noot, mariée à Guillaume Rogman, seigneur de Bygaerden (Bigard ou Bijgarden) et Catherine Uten-Steenweghe dite van der Noot, dont l'alliance est ignorée.


4° de Barbe van der Noot, femme d'Antoine t'Serclaes, fils de Nicolas & de Jeanne Rogman.


5° de Marguerite van der Noot, mariée à Gérard de Coeckelberghe (Koekelberg), dit le Vieux, avec lequel elle vivait le 9 avril 1312.


6° de Ode van der Noot, qui paraît dans un acte de l'an 1305, avec Engelbert Uten-Steenweghe dit van der Noot, son frère aîné.


7° de Marie van der Noot, qui paraît être morte sans avoir été mariée.

 

 

 

Descendance de VAN DER NOOT Guillaume Wilhelm Utensteenweghe N° 3473408


3473408  VAN DER NOOT Guillaume Wilhelm Utensteenweghe, N° 3473408    N : ca ../../1245 Bruxelles (Brabant Fl)
    D : < ../../1296
3473408-A = 3473409  x de LOMBECKE Marie Elisabethe Isabeau, N° 3473409    N : < ../../1309
| ...3473408-1 = 1736704  VAN DER NOOT Engelbert, N° 1736704    N : ca ../../1270 Bruxelles (Brabant Fl)    Noble vassal de Brabant sous Jean III
    D : > ../../1339 Bruxelles (Brabant Fl)
| ...| ...1736704-X.1  VAN DER NOOT Engelbert        Enfant naturel apparaissant dans un acte daté de juillet 1354
| ...1736704-A = 1736705  x VELE ; VEELE ; VELT Marie, N° 1736705    
| ...| ...1736704-2  VAN DER NOOT Henri    N : ../../1344
    D : ../../1387
| ...| ...1736704-3 = 868352  VAN DER NOOT Gerelm Jérôme, N° 868352    D : 28/07/1404     Échevin de Bruxelles en 1351, 1385 et 1390
| ...| ...868352-A = 868353  x VAN UTHEM Marie, N° 868353    M : < 13/02/1354
    D : 28/08/1400
| ...| ...1736704-4  VAN DER NOOT Wauthier 1er    D : 17/03/1373 Bruxelles    Echevin de Bruxelles en 1349
| ...| ...1736704-4A  x de LINCKENBEKE Lelia    M : < 18/08/1349
| ...| ...1736704-5  VAN DER NOOT Jean    D : ../../1373 Bruxelles    Chanoine de l'église collégiale Ste Gudule à Bruxelles en 1369
| ...| ...1736704-6  VAN DER NOOT Guillaume    D : < 22/04/1369
| ...| ...1736704-6A  x de RANST Elisabeth    
| ...| ...1736704-7  VAN DER NOOT Renier    D : > ../../1387 Bruxelles    Vivait encore en 1387
| ...| ...1736704-8  VAN DER NOOT Elisabeth        Encore en vie en janvier 1369
| ...3473408-2  VAN DER NOOT Henri    D : < 20/12/1363     Echevin de Bruxelles en 1343 ;  sans alliance
| ...| ...3473408-2X.1  VAN DER NOOT Jérôme    N : >      Enfant naturel vivant en 1390
| ...3473408-2A  x SMEERSMANS Jeanne    D : < 06/04/1361
| ...| ...3473408-2.2  VAN DER NOOT Marguerite    
| ...| ...3473408-2.2A  x BOOTE Gilles    M : < 04/05/1355
| ...| ...3473408-2.3  VAN DER NOOT Elisabeth    
| ...| ...3473408-2.3A  x van den HEETVELDE Thierry        Amman Be bruxelles
| ...3473408-3  VAN DER NOOT Jean    
| ...| ...3473408-3.1  VAN DER NOOT Jean    
| ...| ...3473408-3.1A  x s'LEEUWS dite VERSOPHIEN Marguerite    
| ...3473408-4  VAN DER NOOT Barbe    
| ...3473408-4A  x t'SERCLAES Antoine    
| ...3473408-5  VAN DER NOOT Ode        Citée en 1305
| ...3473408-6  VAN DER NOOT Marie        Morte sans avoir été mariée
| ...3473408-7  VAN DER NOOT Marguerite    
| ...3473408-7A  x de COECKELBERGHE (de KOEKELBERG) Gérard dit Le Vieux    M : < 09/04/1312

 


 


Repost 0
Published by solnade - dans van der Noot
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 00:46

Arnould Uten-Steenweghe, dit van der Noot, est le premier d'une maison réputée qui fit partie au 13e siècle des 7 familles patriciennes de Bruxelles.

 

Pour mieux comprendre la position sociale des UteSteenweghe, appelés plus tard van der Noot, il est essentiel de revoir l'organisation primordiale des communes dans le Brabant, en prenant pour types deux importantes cités comme Louvain et Bruxelles.

 

A Louvain comme à Bruxelles, les patriciens, goede liede, wel geborne (bien nés), étaient au premier rang de la bourgeoisie. Ils étaient divisés en sept lignages, dont chacun avait de droit son représentant dans l'administration urbaine. A Louvain ces sept familles, septem tribus patriciae, étaient les suivantes → de Liemingen, van der Calstren, van Redingen, van den Steene, Verrusalem, Gielis et van Rode ←.  A Bruxelles, c'étaient les Sleeuws, les Sweerts, les Serhuyges, les Steenweg ("chemin(s) de pierre" nos van der Noot), les Coudenberg, les Serroelofs, et les Rodenbeke.Bruxelles-Lignage-CARTE_GRAVEE_PAR_Harrewyn-_1697.jpg

  Les blasons des Sept Lignages de Bruxelles, gravés par Jacques Harrewyn, 1697

 

Le reste des bourgeois étaient libres, mais ne prenaient aucune part au gouvernement de la cité.  A Louvain, les Peetermans, homines Sancti Petri, mansionarii Santi Petri, furent, dit-on, affranchis par le duc Henri 1er, en reconnaisance des services qu'ils lui avaient rendus dans ses guerres contre les Liégeois.  Les échevins étaient au nombre de sept, un de chaque lignage. Ils étaient présidés, à Louvain par le mayeur, à Bruxelles par l'amman, proeco.  Cet officier était chargé du pouvoir exécutif.  Il surveillait l'observation des ordonnances du collège échevinal, recevait le serment des officiers inférieurs et des bourgeois, procédait aux arrestations et aux exécutions judiciaires.  Il était aidé dans ses fonctions par un subordonné, appelé à Bruxelles clerc du sang, clerck van den bloede, parce qu'il siégeait dans les affaires criminelles, et par des sergents, qui marchaient armés devant lui, vorsters.

 

Bruxelles et Louvain possédaient, dès cette époque reculée, des jurés, geswoorne, qui partageaient les attributions des échevins, sans qu'on puisse déterminer d'une manière rigoureuse jusqu'à quel point ils intervenaient dans l'administration Entre les lignages et les métiers, officia, ambachten, auxquels appartenait toute la petite bourgeoisie, les artisans et les détaillants, la gilde de la draperie, lakengulde, formait à Bruxelles comme une classe intermédiaire. Elle comprenait également et les patriciens et les plébéiens, si l'on peut emprunter ces dénominations à l'histoire de l'antiquité, qui se livraient à la fabrication et au commerce en grand.

 

Les principales branches de ce commerce étaient l'importation de la laine d'Angleterre ou d'Irlande, et en général celle de toutes les matières premières l'exportation des draps et des différents tissus en France, en Allemagne, en Lombardie etc., l'armement des vaisseaux et le change des monnaies La direction suprême de cette corporation était confiée à deux doyens, decani guldae, guldekens, et à huit autres membres qu'on appelait simplement les huit de la gilde, octo guldae, de chat van de gulde.  Tous les métiers qui s'occupaient de la préparation des draps, tels que les tisserands, les foulons, les tondeurs, les teinturiers, étaient soumis à la jurisdiction de ce tribunal. Chaque métier avait aussi ses chefs appelés doyens, et élus par le magistrat, sur une double liste de candidats présentée par la corporation. Chacune de ces petites sociétés avait également son saint patron, sa chapelle ou du moins son autel dans une des églises de la ville, sa caisse de secours pour les malades et les infirmes, sa bannière portée dans les cérémonies publiques, sa maison ou sa salle de réunion, ses archives, son huissier.

 

Pour être admis à exercer une profession mécanique, il fallait avoir fait son apprentissage chez un maître reconnu pendant un temps déterminé, et avoir donné des preuves de son habileté On était successivement apprenti, ouvrier ou compagnon, maître enfin, quand on s'établissait et qu'on travaillait pour son propre compte.

 

Voici la liste des métiers de Bruxelles : ils sont groupés d'après la nature de leurs travaux  :

 

Marchands de denrées et de boissons boulangers brootmasckers, bouchers et abatteurs beenhouwers en slagers, marchands de poisson salé et ou de poisson de rivière visschers en groen-visschers, marchands de légumes, brouckoisen , fruitiers fruyteniers,  graissiersvettewariers, brasseurs brouwers, brieders,  marchands de bière medeblanderen,  marchands de vin wyn terverniers , meuniers molders.

 

Artisans travaillant le bois, la pierre, etc  charpentiers timmerlieden,  tourneurs, drayers, ébénistes schrynwerckers, charrons raedemaeckers,  tonneliers cuypers, tailleurs de pierressteenhowers,   maçons meisers,   fabricants de tuiles pannemaeckers, couvreurs en tuiles, en ardoises et en chaume ticheldeckers, schailliedeckers, stroydeckers, badigeonneurs pleckers, scieurszagers, vitriers gelassemaeckers,  plombiers tengieter, vanniers  mannemaeckers,  peintres  schilders .  

 

Travaillant les métaux : orfèvres gouldt ends silver smeden,  forgerons smeden, couteliers mesmaeckers,  serruriers sloetmaeckers,  batteurs d'or goudtslagers,  éperonniers spoormaeckers

 

Travaillant le cuir : tanneurs vetters huydevetters ,  selliers sadelmaeckers,  fabricants de harnais harnasmaeckers,  gantiers handtschoemaeckers,  fabricants de ceintures riemmaeckers , cordonniers schoenmaeckers,  savetiers, oude-schoenmaeckers,  fabricants de ceinturesriemmaeckers , cordonniers schoenmaeckers,  savetiers oude-schoenmaeckers.

 

Employés à la fabrication et à la vente des tissus : tisserands wevers,  foulons volders,  teinturiers verwers , tondeurs droogscheerders,  apprêteurs aendoenders,  blanchisseur blyckers,  drapiers laeckenmaeckers, tailleurscleermaeckers,  fripiers oude-cleermaeckers,  peletiers, peltiers passementiers passementmaeckers.

 

Métiers divers : merciers kremers, meerslieden,  bateliers schippers,  barbiers barbiers.

 

Les plus importants des métiers étaient ceux des tisserands et des foulons.  A Bruxelles, la draperie était, dès le 13e siècle,  le plus florissant et elle faisait des envois considérables d'étoffes aux grandes foires de Champagne et de Brie, d'où ces étoffes se répandaient dans tout le reste de la France et jusque dans l'Italie. La halle aux draps existait déjà à cette époque, entre la halle au pain et la halle à la viande. L'industrie des draps était également florissante à Louvain. La céruse, destinée à la teinture, est exemptée de tout droit de tonlieu dans la charte de 1211.  Le même document nous apprend que cette ville fait aussi un grand commerce de bétail et de miel. Cette dernière substance était employée en quantité notable pour la confection de l'hydromel.

 

Certes, il est bien fastidieux de vous donner la traduction flamande - graphie du 19e - de tous ces métiers.  Mais si vous vous donnez la peine d'y prendre garde, vous serez en mesure de comprendre mieux certains patronymes flamands dérivés des métiers, tout comme vous vous rendrez compte que le flamand n'est pas si loin du francique ... Let's go 

 

 

Source  :  Nobiliaire des Pays-Bas et du Comté de Bourgogne, Volume 8, 1661-1686

-----------------------

A lire ou à relire  sur Wikipedia les Lignages de Bruxelles

Les "Lignages de Bruxelles" formaient depuis le Moyen Âge jusqu’à la fin de l’Ancien Régime une véritable oligarchie de familles patriciennes qui dirigeaient la ville de Bruxelles.

Ces sept lignages étaient : le Lignage du Lion (Sleeus ou S'Leeuws Geslachte), de l'Hôte (ou, dit-on parfois, de l'Epée, Sweerts ou S'Weerts Geslachte), des fils d'Hugues (Serhuyghs ou S'Hughe-Kints Geslachte), Ceux de la Chaussée (Steenweeghs ou Die Uten-Steenweghe), Ceux du Froid-Mont (Coudenbergh ou Coudenberg, ou Die van Coudenbergh), le Lignage de Sire Rodolphe (Serroelofs ou Ser-Roelof Geslachte) et Ceux du Ruisseau rouge (Roodenbeke ou Die van Rodenbeke). Chaque lignage possédait son hôtel fortifié (ou "Steen").

En vue d'administrer la ville, chaque lignage désignait un magistrat nommé échevin. Ces sept échevins, formant la représentation officielle de la bourgeoisie de Bruxelles, administraient la ville avec l'amman, l'officier du duc de Brabant.

La qualité lignagère se transmettait tant par les hommes que par les femmes. Durant l'Ancien Régime, les personnes désirant faire partie des lignages devaient démontrer leur ascendance jusqu'à une personne ayant été échevin de Bruxelles. Ces listes ont été conservées et publiées, notamment dans les "Tablettes du Brabant" (Recueil, tomes X et XI) et également sous le lien suivant : http://fr.wikipedia.org/wiki/Lignages_de_Bruxelles .Entre autres particularités, notons que la qualité lignagère donnait gratuitement droit à la bourgeoisie de Bruxelles.

De nos jours, une association regroupe les descendants contemporains des lignages de Bruxelles (voyez notamment l'ouvrage de Baudouin Walckiers, "Filiations lignagères contemporaines", Bruxelles, 1999). L'Association des Descendants des Lignages de Bruxelles (ADLB) est considérée comme l’association bruxelloise la plus prestigieuse, voire même l'association belge la plus prestigieuse, bien loin devant l'association de la noblesse belge (ANB). En effet, si constitutionnellement, le Roi fait des nobles à volonté, il n'a cependant pas le pouvoir de faire admettre des personnes aux Lignages. L'ADLB est un véritable conservatoire de la mémoire de Bruxelles et se consacre, comme jadis les ancêtres lignagers sur les remparts de la cité, à la défense culturelle de Bruxelles et à la sauvegarde du passé.

Par ailleurs, de nos jours, selon la coutume, chaque membre descendant des Lignages peut sur sa carte de visite faire suivre son nom des initiales P. B. (Patricius Bruxellensis) ou N. P. B. (Nobilis Patricius Bruxellensis) s'il appartient à la noblesse, comme on le trouve déjà dans les écrits de Jean-Baptiste Houwaert.

Repost 0
Published by solnade - dans van der Noot
commenter cet article
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 06:56

Metz-marche-illuminee.jpg

La 18ème MARCHE METZ ILLUMINé
aura lieu le samedi 11 décembre 2010
sous l'égide de la Fédération Française des Sports Populaires


Metz 7dec07 cathedraleLa cathédrale Saint-Etienne - Marche illuminée 2007

 

Metz-7dec07-vers-le-temple-7.jpgLe temple - Marche illuminée 2007

 

Metz-7dec07-vers-Region-Moselle---Cathedrale-2.jpgAux pieds de la cathédrale Saint-Etienne - Marche illuminée 2007

 

Metz-7dec07-vers-Region-2.jpg

L'hôtel de région - Marche illuminée 2007

 

Ste Ségolène Metz 7dec07Sainte Ségolène outside - Marche illuminée 2007


Ste Ségolène nef Metz 7dec07

Sainte Ségolène inside - Marche illuminée 2007

 

Metz-la-nuit-2007.jpg

Saint-Martin - Marche illuminée 2007



Repost 0
Published by solnade - dans Balades
commenter cet article
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 00:00

Meysembourg, ancienne maison luxembourgeoise, très honorablement connue dès avant l'année 1176, portait : d'or, au chef de gueules, chargé de trois merlettes de sable.

 

La famille de Meysembourg s'est éteinte dans les mâles, paraît-il, pendant la seconde moitié du quatorzième siècle, dans la personne de Wauthier; seigneur de Meysembourg, sénéchal du pays de Luxembourg, lequel n'a laissé que quatre filles qui furent alliées aux maisons de Brandenbourg, Weiler-la-Tour, Bayer de Boppart et Kerpen.

 

Nous trouvons néanmoins encore en1637 Louise de Meysembourg, religieuse à l'abbaye du Saint-Esprit à Luxembourg, morte en cette année, qui devait appartenir à la branche de la famille de Brandenbourg qui se disait de Meysembourg.


Par la succession des temps la terre de Meysembourg avait été acquise par Christophe d'Arnoult qui fut créé Baron d'Arnoult et de Meysembourg par Patentes du 26 décembre 1716 et qui forma ainsi une nouvelle lignée de ce nom, mais celle-ci s'éteignit encore dans la personne de sa fille unique, Barbe-Marie-Françoise-Xavière, qui fut l'épouse de Charles-Ferdinand de Custine, comte de Wiltz. Par ce mariage la maison de Wiltz devint propriétaire de la dite seignerie et l'a possédée jusqu'à l'émigration en 1792-94. La République française la vendit le 9 février 1798 au Baron Antoine de Cassal dont les enfants la revendirent le 30 janvier 1843 à Mr J.-P. Reuter-d'Heddesdorf qui en définitive la rétrocéda pendant les dernières années au duc d'Aremberg.


Wauthier de Meysembourg est rappelé comme suit dans le manuscrit des Viri illustres : "Valterus D. in meisenburg, "ex Decano Metropolitane Ecclesiae Trevirensis Monachus Dominicanus, vir apostolicus qomitis Viandani permovit ad deserendum Mundum et ad ingressum in monasterium Vallis Mariae, Merienthal, fundator primus monsterii Dominicanosrum Treveris".


Wauthier de Meysembourg était fils d'Adelin qui fut conseiller de la vertueuse comtesse Ermesinde et de son fils, Henri-le-Blondel. Né vers les premières années du treizième siècle, il se voua à l'état ecclésiastique et obtint la dignité de prévôt du chapitre de la cathédrale de Trèves : ce grand homme, dit Bertholet, élevé dès son enfance dans les sentiments d'une piété solide, se fit clerc; mais dégoûté du monde il entra en religion où son mérite l'éleva bientôt aux premières charges de son ordre.


Il avait environ seize ans, ajoutent les Annales, lorsqu'il embrassa la règle de St Dominique qui était alors très en vogue, et fut peu de temps après un des principaux fondateurs du monastère des frères prêcheurs de la ville de Trèves dont il devint le premier prieur. Adonné sans cesse à l'étude des lettres sacrées et passant le reste de son temps dans la méditation, il fit bientôt des progrès si grands dans la vie de sa sainteté et de la science qu'il fut appelé à gouverner plusieurs maisons de sa règle, emploi qu'il remplit avec tant de prudence qu'il s'acquit la réputation d'un très célèbre docteur.


Ce fut entr'autres sous la direction de ce religieux éclairé qu'Alexandre de Soleuvre fonda en 1235 le monastère de Differdange et qu'il fit son testament qui fut souscrit par lui ainsi que par plusieurs autres personnages de marque. Ce fut encore Wauthier de Meysembourg qui fixa la vénérable Yolande de Vianden à choisir l'ordre de St Dominique pour s'y consacrer à Dieu et qui fit résoudre les parents de la noble jeune fille à permettre à celle-ci d'exécuter son religieux dessein malgré la répugnance qu'ils montraient pour consentir à se séparer d'elle. En 1261, il fut nommé exécuteur testamentaire de Henri III, duc de Brabant.


Thomas de Cantimpré a fait le portrait le plus flatteur de ce religieux, au deuxième livre de son histoire.


Wauthier de Meysembourg a été enterré à Marienthal, dit Bertholet qui rapporte le texte d'une épitaphe qu'il croit avoir été la sienne.

 

-----------------

Biographie luxembourgeoise; histoire des hommes distingués à l'époque de sa plus grande étendue ou qui se sont rendus remarquables pendant le séjour qu'ils y ont fait , par le docteur Aug. Neÿse, l'un des fondateurs et membre effectif de la société royale grand-ducale, etc...1860

 


 

Repost 0
Published by solnade - dans Enigme historique
commenter cet article
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 00:00
   
Anne Elsen, mère de Hugo d'Alsten ou Dalstein, pourrait-elle être Anne d'Eltz, dame de Château-Rouge, fille de Jean Richard d'Eltz et Anne d'Eltz,  agée de plus ou moins 36 ans, ou sa benjamine Anne Régine ?

D'après nos recherches Jean Richard d'ELTZ et Anne d'ELTZ appartenaient tous deux à la lignée d'Ottange.



d'ELTZ Jean Richard (° 31/05/1555  + ../05/1606 )
2  d'ELTZ Georges (° ../../1500   + ../../1562 ) Herr zu Eltz et zu Schöneck
3  d'ELTZ Anne (  )
4  d'ELTZ Jean Hans ( x 22/05/1496  + 04/11/1547 ) Vogt von Fürstenberg
5  von BREIDBACH Maria ( x 22/05/1496  )
8  von und zu  ELTZ Hans (  )
9  von HELMSTATT Margareta (  )
16  von und zu  ELTZ Hans (  + ../../1508 )
17  WALDBOTT von BASSENHEIM Katharina (  + ../../1466 )


d'ELTZ Anne ( + ../12/1604 Ottange)
2  d'ELTZ Salentin (  + ../08/1576 ) Seigneur d'ottange et de Volmerange
3  de MERCY Anne (  + 30/08/1567 Ottange (57))
4  d'ELTZ Bernard (  + < ../04/1550 ) Seigneur d'Ottange et de Volmerange; gouverneur de Thionville
5  de BEYMELBOUG ; de BOINEBOURG Marguerite (  + > ../../1557 )
6  de MERCY Antoine ( x 01/06/1539  + ../../1559 ) Seigneur de Limpach et seigneur de Mercy
7  de MÉRODE Marguerite ( x 01/06/1539  + ../../1545 )
8  d'ELTZ Pierre ( x 20/08/1480  + 13/12/1491 ) Seigneur d'Eltz et seigneur d'Ottange
9  d'OTTANGE ; von HÛTTINGEN Eve ( x 20/08/1480  + ../../1507 )
12  de MERCY Jacques ( x 10/02/1505  + > ../../1539 ) Seigneur de Mercy
13  d'OTTANGE Marguerite ( x 10/02/1505  )
14  de MÉRODE Warnier VI (  )
15  von COLYN Anne (  )
16  von und zu  ELTZ Hans (  + ../../1508 )
17  WALDBOTT von BASSENHEIM Katharina (  + ../../1466 )
18  d'OTTANGE Gérard (  )
19  de BRANDEBOURG Else (  )
24  de MERCY Roger ( + < ../../1500 ) Seigneur de Mercy, prévôt, capitaine de Longwy
26 = 18  d'OTTANGE Gérard (  )
27 = 19  de BRANDEBOURG Else (  )

 

Jean Richard d'ELTZ et Anne d'ELTZ ont eu au moins 10 enfants dont un seul fils Jean Antoine :

d'ELTZ Jean Richard    N : 31/05/1555       D : ../05/1606
-A  x d'ELTZ Anne    M : 05/02/1578              D : ../12/1604 Ottange


| ...-1  d'ELTZ Anne    N : ../../1570
| ...-2  d'ELTZ Jean Antoine    N : 17/10/1575     maréchal de camp, commandeur de Saint-Louis
    D : 02/09/1671 Ottange (57)
| ...-2A  x de METZENHAUSEN Anna Elisabeth    M : 29/07/1629
    D : ../../1718
| ...| ...-2.1  d'ELTZ Charles Henri    N : 13/03/1639
    D : ../02/1706
| ...| ...-2.1A  x de KESSELSTATT Marie Catherine    
| ...| ...| ...-2.1.1  d'ELTZ Jeanne-Charlotte    N : 26/07/1678
    D : ../../1746
| ...| ...| ...-2.1.1A  x d'HUNOLSTEIN François Herrmann Antoine François    N : 28/10/1667 Nancy (54)    Comte de Hunolstein, Seigneur de Château-Voué, de Zuch & Chevalier de St Louis
    M : 27/08/1715
    D : 20/06/1748 Nancy (54)
| ...| ...| ...| ...-2.1.1.1  d'HUNOLSTEIN Philippe Charles    N : ../../1719 Nancy (54)    Seigneur de Ittersdorf, Boulange, Ottange, Volmerange; capitaine de cavalerie
    D : 11/07/1790 Ottange (57)
| ...| ...| ...| ...-2.1.1.1A  x de GAUDES de MARTAINVILLE Marie Thérèse    M : 05/08/1749
| ...| ...| ...| ...| ...-2.1.1.1.1  d'HUNOLSTEIN Philippe Antoine    N : 04/05/1750 Metz (57)    Colonel du régiment de Chartres; maréchal de camp
    D : 24/04/1830 Marville (55)
| ...| ...| ...| ...| ...-2.1.1.1.1A  x de BARBANTANNE     M : ../../1770     Chambellan du Duc d'Orléans
| ...| ...| ...| ...| ...-2.1.1.1.1B  x de PUGET Elise Aglaé    N : 11/04/1766 Paris
    M : ../../1770
    D : 26/06/1798 Frankfurt-Am-Main
| ...| ...| ...| ...| ...-2.1.1.1.2  d'HUNOLSTEIN François Léonor    N : ../03/1751     Baron d'Hunolstein; Capitaine dans le Régiment de Schomberg
| ...| ...| ...| ...| ...-2.1.1.1.2A  xde CHÉRISEY Victoire Plaicarde Gabrielle    
| ...| ...| ...| ...-2.1.1.2  d'HUNOLSTEIN Reine Madeleine    D : ../../1753     Chanoinesse de Bouxières
| ...| ...| ...| ...-2.1.1.2A  x de LIGNY Charles Adrien    M : 15/02/1744     Marquis de Ligny
| ...| ...| ...-2.1.2  d'ELTZ Philippe Antoine        Chanoine à Trèves
| ...-3  d'ELTZ Anne Catherine    D : ../../1663
| ...-4  d'ELTZ Marie Madeleine    D : ../../1629
| ...-5  d'ELTZ Anne Marguerite    
| ...-6  d'ELTZ Jeanne    
| ...-7  d'ELTZ Wilhelme    
| ...-8  d'ELTZ Marie    
| ...-9  d'ELTZ Anne Régine    
| ...-10  d'ELTZ Marguerite

 

 


  --------------------------

Cet article vient compléter l' Enigme historique qui essaye de cerner les véritables origines de Hugo d'Alsten, ancêtre de toutes les familles anciennes de Hestroff et environs, supposé être petit-fils de Henri de Guise dit le Balafré.

Repost 0
Published by solnade - dans Enigme historique
commenter cet article
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 20:23

 On dit que :
 

T
ous les jours il faut manger une pomme pour le fer et une banane pour le potassium. Plus, une orange pour la vitamine "C", un demi melon pour la digestion avec une tasse de thé vert, sans sucre, pour prévenir le diabète...

Tous les jours il faut boire deux litres d'eau (sans oublier qu'il faut les éliminer, ce qui prend 2 fois plus de temps que pour les boire...).
  

Tous les jours prendre un Activia, ou un yaourt pour assimiler la "L. Cassei Defensis", bien que personne ne sache de quelle cochonnerie il s'agit...
 
Chaque jour son aspirine pour prévenir les infarctus, plus un verre de vin rouge pour la même raison... Aussi un autre de vin blanc, pour le système nerveux, et une bière, mais je ne me rappelle plus pourquoi.


Tous les jours il faut manger 
des fibres. Beaucoup, beaucoup de fibres, jusqu'à ce que tu finisses par tricoter un chandail.   


Il faut manger entre 4 et 6 repas par jour, mais légers et ce, sans oublier de mastiquer cent fois chaque bouchée.  
 
Si on fait un petit calcul... juste pour manger et boire tu viens de perdre 5 heures de ta journée.
    

Ah, j'oubliais... après chaque repas il faut se laver les dents, à moins que ce ne soit après l'activia et la fibre  .... les dents après la pomme, les dents après la banane, les dents et ainsi de suite, tant qu'il te restera des dents, mais toujours sans oublier de se passer la soie dentaire, de se masser les gencives et de se rincer la bouche ...
  

il est finalement préférable d'installer ta chaîne stéréo dans la salle de bain parce qu'avec l'eau,la fibre et les dents, tu devras y passer une paire d'heures chaque jour.

il faut dormir 8 heures et travailler 8 autres heures par jour, plus les cinq que tu utilises pour manger, ça fait vingt et une heures. Il t'en reste donc trois, sans compter les imprévus.  
 
Selon les statistiques, on regarde trois heures de télévision par jour.  
Mais tu ne peux pas parce que c'est primordial de marcher au moins une demi-heure par jour (Un conseil : après 15 minutes, vire de bord...parce que sinon la demi-heure va se changer en une heure).


C'est important de 
cultiver tes amitiés, qui sont comme des plantes, que tu dois arroser tous les jours, même en vacances.   


il faut lire au moins deux journaux quotidiens et certains articles de revues pour faire la part des choses.   

Il faut aussi avoir du sexe tous les jours, mais sans tomber dans la routine: il faut être innovateur, créatif, renouveler la séduction. 


 Après tout cela, il faut trouver du temps pour faire le ménage, laver le linge et faire la vaisselle - Estime toi chanceux si tu n'as pas à t'occuper d'animal domestique...  Ouf...Enfin... jusqu'ici j'ai compté vingt neuf heures par jour. La seule façon que je vois pour y arriver est de faire certaines de ces choses en même temps. 

Par exemple, prendre ta douche à l'eau froide en gardant la bouche ouverte jusqu'à ce que tu aies avalé tes deux litres d'eau.


Pendant que tu sors de la salle de bain, avec la brosse à dent dans la bouche, tu en profites pour faire un câlin tout en jetant un coup d'œil à la télé, pendant que tu balaies. 

 

Il te reste une main de libre ? Appelle un  ami ou tes parents. Prend le vin après avoir parlé à tes parents, sinon ils vont te croire alcoolique.


Demande à ta moitié de te donner le yaourt avec la pomme pendant qu'elle mange la banane avec l'activia. Demain faites l'inverse pour varier. 


S'il te reste deux minutes après tout cela, renvoie ce message à tes amis (tu te souviens :ceux que tu dois arroser comme des plantes) en même temps que tu prendras une cuillerée de All-Bran, qui fait tant de bien.. 
         
Maintenant je dois te laisser parce que, entre le yaourt, le demi melon, la bière, le premier litre d'eau et le troisième repas avec fibres de la journée, je ne sais plus trop bien ce que je fais, mais je réalise que j'ai un urgent besoin d'aller aux toilettes. J'en profiterai pour apporter ma brosse à dents....


Désolé ,je n'ai plus de temps!


Bonne journée!

 

Transmis par Gisou le 18 nov 2010

Repost 0
Published by solnade - dans Interlude
commenter cet article

Présentation

  • : Hestroff, village de la Moselle francique
  • Hestroff, village de la Moselle francique
  • : Hestroff avant, pendant, après, de 1680 à 1789, 1939-45, 2009, 2010, 2011. Ses habitants, son histoire, sa généalogie, son actualité. Histoire et généalogie pays de Nied, Metz, Moselle
  • Contact

Recherche