Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Au cours des siècles passés on rencontre le village sous diverses appellations comme Heruwinivilla ou Harainville en l'an 960, Herivinilla 977, Hertroff 1131, Hirnestroff 1150, Heystroff ou Harevainville an 1212, Hariniville 1414, Herwaville 1453, Herstorff 1694, Erstroff 1667. A partir de 1680, dans nos premiers registres paroissiaux, nous pouvons lire Hestroff, graphie actuelle, même si, de ça ou là, on peut encore noter Eistroff en 1687 lors d'un pied terrier établi à la demande de l'abbaye de Villers-Bettnach, dernier et principal seigneur foncier du village, et Eschetroff entre 1729 et 1739 sur les cartes des frères Naudin.


Blog-Hestroff-Freistroff-carte-Naudin.jpg

Hestroff selon les Frères Naudin - 1729-1739 -


Hestroff possédait quelques écarts comme la Geissenmillen (Geismühle) francisée en Moulin des chèvres, la Wahrschmühle, moulin à étoupe - aux abords du ru de Piblange (Mollenbach) -,  Talling, ferme aujourd'hui disparue, Kottenhaus, qui aurait été une maladrerie et l'annexe Estingen ou Estinghouff ou Esting entièrement détruite lors de la Guerre de Trente Ans. Ce hameau fut cité en 1212 mais aussi peu de temps avant la Révolution lors d'une indivision entre la Duchesse de Choiseul et la Comtesse de Schmidtbourg.

Les anciens, s'ils ont bien gardé en mémoire la Geissenmillen et la Mollenmillen, ne se rappellent plus du tout de la Kottenhaus, ni de Talling, ni de l'annexe Esting. Tout au plus soupçonnaient-ils l'existence d'un ancien hameau aux confins des bans de Hestroff, Ebersviller, Hobling et Edling,  les cultivateurs de ce secteur leur rapportant régulièrement que leurs charrues heurtaient des pierres semblant provenir d'anciennes fondations.


Blason-Hestroff.pngLes armoiries communales "de Gueules à l'agneau d'Argent surmonté de trois coquilles de même" rappelleraient en jargon héraldique l'agneau du patron de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, accompagné des coquilles du blason de l'ancienne prévôté de Sierck, qui y exerçait la haute justice. Le blason de Hestroff a été créé après guerre sous le règne d'Eugène Hackspill alors maire de la commune et fut adopté par le Conseil général de la Moselle le 14 décembre 1948.
 
Hestroff, au 10e, était possession de l'abbaye Saint-Pierre de Metz qui prélevait la dîme. Ensuite, elle connut plusieurs seigneurs fonciers dont le dernier avant la Révolution fut la riche abbaye de Villers-Bettnach.


Le comte de Deux-Ponts-Bitche était en possession de Hestroff dès le début du 13e. Il
engagea en 1212 d'abord le village et son ban, puis les bans d'Estingen et Erlefangen pour 200 livres à l'abbaye de Villers-Bettnach, qui devient acquéreur en 1228. C'est la comtesse Edwige de Deux-Ponts qui mena les transactions.


Peu avant la Guerre de Trente Ans, on a pu y noter la présence d'André des Bordes, qui fut jugé pour sorcellerie, Louis de Guise, baron d'Ancerville, comte de Boulay et prince de Phalsbourg et sa veuve Henriette, soeur de Charles IV, duc de Lorraine, devenue princesse de Phalsbourg et de Lixheim.

 

En 1625, fut érigé un bildstock par la famille Dalstein de Diding en l'honneur de Hugo d'Alsten et Brigitte Milly son épouse.

 

La Guerre de Trente Ans, à l'instar de tant d'autres villages, y fit des ravages. Le village se reconstruisit peu à peu après 1661 en y accueillant des artisans tyroliens et quelques Belges.

 

Après 1680, Hestroff passa dans le giron français et continua à dépendre de l'évêché de Metz sur le plan spirituel.

 

Hestroff après-guerre 39-45 selon une huile offerte à la commune en 2004

 

-------------------------

Henriette de Lorraine est inhumée à Sampigny dans la Meuse 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Hestroff, village de la Moselle francique
  • Hestroff, village de la Moselle francique
  • : Hestroff avant, pendant, après, de 1680 à 1789, 1939-45, 2009, 2010, 2011. Ses habitants, son histoire, sa généalogie, son actualité. Histoire et généalogie pays de Nied, Metz, Moselle
  • Contact

Recherche