Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 00:00
Lors des plans réalisés par Henry LECLERE dans une affaire d'indivision entre Madame la Comtesse douairière de Choiseul et Madame la Baronne douairière de Schmidbourg, nous avons pu noter des lieux-dits que nous avons déjà évoqués sous la catégorie Cadastre hier et aujourd'hui.

- « A. Plan d'un bois appelé Schirling situé sur le ban d'Esting ». [Cne de Hestroff].
- « B. Plan du bois appellé Grine scitué sur le ban d'Esting ».
- « C. Plan du bois appellé Veisenacker d'en Bas, sur le ban d'Esting ».


De ces plans, il apparaît aujourd'hui clairement que toute la partie du ban de Hestroff située au-delà de la ligne de chemin de fer Thionville-Hargarten-aux-Mines, entre les bans d'Ebersviller, Hobling et Edling, appartenait à l'ancien hameau d'Esting ou Estingen, etc...

EslingChirling se trouve en contrebas de Theling

Certes, les graphies ont évolué depuis le 18e. De nos jours, Schirling c'est Chirling, Grine s'est germanisé en Grün, Veisenacker s'écrit Weissenacker (les acres blancs). "Veisenacker d'en bas" pourrait se référer à l'actuel Hochwedel...

Mais depuis quand ces lieux ont-ils été déboisés ? Selon toute vraisemblance notre actuel bois "d'Edling" ou de Bousse,  anciennement dit de Hestroff, s'étendait jusque sur les hauteurs du Grün..et séparait Hestroff de son annexe Esting....

Mesdames la comtesse de Choiseul et la baronne de Schmitbourg ont-elles trouvé un arrangement ?



La Comtesse de Choiseul était-elle épouse de Marie Gabriel Florent Auguste de Choiseul qui, lors de la Révolution, se réfugia en Russie. A-t-elle été dépossédée de ses biens à Hestroff ?

La Comtesse de Schmitbourg, selon toute vraisemblance, était Marie-Thérèse d'Eltz, épouse depuis 1747 de François Louis Joseph de Schmittbourg, qui menait grand train de vie. En 1792, elle quitta Freistroff pour aller se réfugier à Heidelberg. Ses biens furent confisqués comme biens nationaux. Elle racheta le château de Freistroff en 1802. Sa petite-fille le mit en vente. Avant les Gehl, la dernière famille propriétaire de ce château était les Dalstein...





 


Repost 0
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 13:21
Alors que jusque là nous nous étions borné à ne visualiser que le cadastre de Hestroff, nous en avions complètement négligé les cartes IGN. Grossière erreur car nous aurions pu répondre plus tôt aux nombreuses questions relatives à l'altitude de notre village.

Ainsi notre église se situe en dessous des 300 m et la Neuve Montagne ou Nauenberg de nos ancêtres
avec moins de 276 m ne mérite pas son nom, la Croix Rouge étant le point culminant du ban avec ses 323 m d'alttitude. Quant au point le plus haut du massif forestier, il se situe à 351m, borne appartenant à la Grande Garde de la Forge de Villers-Bettnach.

Croix Rouge 323m

A l'instar de cet  Anglais qui gravit une colline mais descendit une montagne, nos ancêtres auraient pu constuire un cairn... sauf qu'en Lorraine ils pouvaient s'en passer...une colline pouvant être montagne...
Repost 0
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 00:00


Thelingen.jpgTjelingen


Dans la notice d'histoire consacrée par la SHAN à Hestroff, on peut noter qu'outre les écarts de la Geismuhle ou moulin des chèvres, la Warschmuhle et Estingen, notre hameau perdu, existait une ferme qui s'appelait Talling ou Tilling. Cette ferme disparut en 1739.

Un autre écart aurait été cité en 1688 : Kottenhaus. Il s'agissait d'une maladrerie.

Par ailleurs, toujours dans cette notice, on peut lire que l'atlas établi en 1860 par M. de St Martin mentionnait qu'à un kilomètre au sud du village il y aurait eu un couvent de Villers habité par des moines et qu'un lieu-dit rappellerait ce fait : à un kilomètre au nord au lieu-dit Lachresse, un autre hameau appelé également Hastroff aurait été localisé.

Lachresse n'existe plus sur notre cadastre actuel. Par contre, en face de la Geissenmillen, à environ 1 km au sud du village, nous avons un lieu qui s'appelle Hochness mieux connu comme le Hinkelsberg (la colline aux poussins).
Lachresse se serait situé entre Hochness et Gomelange ?






Repost 0
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 00:00
Nous venons de découvrir inopinément trois nouvelles rues à Hestroff.

Abonnés à Jacques ou Nathalie, rangez vos GPS pas encore programmés, voire patienter et attendre Galileo...

Ces trois rues font partie intégrante du
lotissement "Les Chênes" , installé dans la Judenwiss et le Viden, deux parcelles à histoire, prolongeant le lieu-dit "Derrière les Chênes" toujours cadastré.

Hestroff-croix-de-la-Peste.jpg

Une fois de plus on fait référence à des essences d'arbres. Pour rappeler nos origines celtes ?

Ainsi, la rue des Chênes, l'impasse des Charmes, l'impasse des Aliziers viennent se rajouter à la rue des Noyers (où il n'y en a toujours qu'un seul), la rue des Tilleuls (là où on a fini par en planter pour tenir compagnie au vieux tilleul qui jouxtait la croix de la Peste), la  rue de la Forêt, bordée de noyers, que tout le monde connaît comme la route d'Edling et la rue des Vergers - m'Harainville - qui est restée une impasse, éternellement laissée pour compte, donnant sur des jardins.

Heureusement, nous avons une rue de France..., une rue de la Fontaine et une rue de la Lorraine...

Mais que reste-t-il de l'histoire de Hestroff ?


La seule rue qui fasse vraiment référence à une appellation ancienne est la Schédgass francisée en Rue de l'Ombre ainsi que la rue des Vieilles Vignes qui rappelle que Hestroff fut un village vinicole.

Hestroff plan mappy
Bref, quand quelqu'un cherche une adresse et cela arrive de plus en plus souvent avec les livraisons en augmentation, il a intérêt à se munir d'un bon système de navigation par satellite mis à jour, car Helstroff avec qui nous sommes régulièrement confondus a fait preuve d'autant d'originalité que Hestroff...

Si vous attendez les services d'EDF, de France Télécom ou de la Lyonnaise des eaux, vous avez intérêt à bien épeler H E S T R O F F si vous ne voulez pas faire le poirot.




PS : La commune, à l'instar de l'ancienne association du Vieux Lavoir, ne pourrait-elle pas envisager de rebaptiser une ou deux rues ? La rue des Noyers ne mériterait-elle pas de s'appeler la rue du 18 novembre ?

Le lotissement "Les Chênes", la Judenwiss qui a encore tant de choses à nous raconter..., n'aurait-il pas pu faire hommage à notre ancienne communauté juive ?

Comment tirer de l'oubli notre généreux bienfaiteur, le Sieur Mathias ROBERT de HESSELN, géographe de Louis XV, qui offrit de belles orgues à la paroisse en 1773 ?




Repost 0
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 00:00
C'est tout à fait par hasard que nous avons découvert  une procédure de mise en concurrence adaptée relative à 6 logements à réaliser dans le lotissement "Les Chênes" à Hestroff dans l'édition du Républicain Lorrain du 23 décembre dernier.

Les documents devront parvenir avant le 15 janvier 2010 à 16h00 à la Société LOGIEST , 15, Sente à My, BP 80785 - 57012 METZ CEDEX 1.


Voir le Républicain Lorrain, 1ère page des annonces légales ainsi que le site du Promoteur Linden-Habitat


Lotissement Les Chênes








Repost 0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 00:00
Nos ancêtres n'ont jamais emprunté la D55 qui nous mène à Gomelange. Pour cause, elle n'existait pas.

Existait un chemin entre Dordatz et Hochness. Ce chemin est nettement plus court que l'actuelle route et permettait plus d'échanges entre les deux communautés qu'aujourd'hui.


Ce chemin prolongeait l'actuelle Rue des Tilleuls, autrefois appelée Route d'Anzeling, vers Gomelange. Le chemin, encore bien visible sur l'actuel cadastre délimite le ban de Hestroff jusqu'à 500 m de l'entrée du village de Gomelange.

Carte Naudin :Eschestroff - Gaumelange

En remontant ce chemin vers le bois de Dordatz, du côté de Hochness, on aboutissait au Hinckelsberg (le mont des poussins). La route de Metz, existant depuis le 18e au moins, séparait la Geissenmillen du Hinckelsberg mais ne connaissait pas la fréquentation qu'elle connaît aujourd'hui. Le Hinckelsberg faisait simplement référence aux poules du moulin qui traversaient la route pour rejoindre leur endroit favori.


Route de Metz entre Hochness et Geissenmillen



Repost 0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 00:00
Billy le Flamand commence à mieux connaître les alentours de Hestroff que sa famille d'adoption. Il connaît le circuit du Fort aux Fresques comme sa poche, la Holeck et le Hexendanz aussi. Le Colvert, en pareille saison, il en avait déjà fait le tour.

Aussi, en cet après-midi de la Fête de tous les Saints, eut-il envie de partir à la découverte de la route de Hobling où s'égarent trop souvent ses compatriotes et ses voisins bataves.


Bref moment d'arrêt à la hauteur de
l'observatoire Maginot du Grinn d'où on a une vue imprenable sur notre hameau perdu et sur Anzeling.
Vue sur Estinger Gewannchen et en arrière-plan la route de Metz entre Anzeling et Freistroff

En descendant la côte vers le Welschborn, petit arrêt à la hauteur de la future station d'épuration en nette évolution.

Station d'épuration

En faisant le tour de la station, Billy découvre un petit pont enjambant l'Anzeling. Devant nous s'étale le Breuil, vaste prairie avec traces de fenaison d'automne.

L'Anzeling
Le Grand Bruhl

Bien que la Kreschmillen ne fasse plus partie du ban de Hestroff, Billy, pas sectaire, a quand même envie de découvrir les lieux. Petit arrêt à la ferme aux truites déjà sur ban d'Ebersviller, face à la Eselsbrück, dernière limite administrative du ban de Hestroff.

La ferme aux truites, sur le ban d'Ebersviller, ouverte au public le samedi et le dimanche après-midi

Arrivé à la hauteur du pont des ânes faisant frontière entre Ebersviller, Hobling et Hestroff, Billy bifurque immédiatement à gauche. A peine 50 mètres parcourus, voilà la Kreschmillen ou la Kresch Mühle bien visible en cette saison.
Le Pont des ânes délimitant les bans de Hestroff, Ebersviller et Hobling

La Kreschmillen pour les autochtones ou la Kresch Mühle

Portes closes. Le propriétaire des lieux n'est pas là pour recevoir Billy, qui se promet de revenir tant la curiosité le tenaille et tant il est enchanté de cette balade.

Entrée de la Kreschmillen

Pour achever l'après-midi en beauté, Billy proposa d'aller déguster un petit moelleux au chocolat à l'Ile flottante de Férange sans se poser la question s'il allait être le bienvenu. Il eut bien raison car l'ambiance y est jeune et chaleureuse. Là aussi, Billy se jura d'y retourner.

L'Île flottante, nouvelle bonne adresse à retenir. Outside.

L'Île flottante inside



Découvrez aussi les étangs de Férange










Repost 0
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 02:41
Face au village se trouve la Colline de Gomelange ainsi nommée familièrement à Hestroff. Nous l'avions traitée partiellement.

Cette colline, sous laquelle existe une véritable ville souterraine appartenant à l'ouvrage de la Ligne Maginot dit l'Anzeling, appartient d'ouest en est aux communes de Piblange, Hestroff et Anzeling.

Au Dordatz, quand les vaches s'agglomèrent près de la forêt c'est signe de mauvais temps...


A l'est de la Route de Metz, sur le ban de Piblange, en quittant les Quatre Vents, se succèdent  "Joignant le Chemin de Holeck", "Beuvrot", "Pointes de Holeck", "Courtes Raies de Streiffel" séparées des "Longues Raies de Streiffel" par la D55 et enfin "Loch",  "Klapperscheck" et "Gravat".


Limites administratives de la Colline de Gomelange en rose et ancien chemin Hestroff-Gomelange en jaune

Sur le ban de Hestroff, jouxtant "Gravat" de Piblange, nous avons la jumelle "Gravatte", "Dordatz", "Hochness" avoisinant "Sous Maginot" appartenant déjà au ban d'Anzeling ainsi que "Engelsberg"  face au "Colvert".

Au sommet de la colline, Gravatte et Dordatz sont respectivement prolongés par "Obere Gravatte" et "Stauden" jusqu'à la D55, ce qui fait que le début de la forêt de Gomelange située à gauche de la départementale appartient encore à Hestroff jusqu'à l'ancien sentier emprunté par nos ancêtres pour se rendre à Gomelange.

Le bout de forêt appartenant au ban de Hestroff s'appelle également Dordatz.

Aucune suggestion pour l'étymologie de Dordatz et Hochness. Tout au plus pourrions-nous attribuer l'origine des noms Gravat ou Gravatte à la présence des Croates lors de la Guerre de Trente Ans. Il est vrai que l'endroit était une position de choix pour qui désirait faire le siège du village qui s'étale à la vue de tout passager venant de Gomelange... Lors de l'arrivée des troupes américaines, les Allemands, cantonnés à Hestroff, se replièrent également derrière la Colline de Gomelange.

Hestroff sous la neige vu de Obere Gravatte

NB : La cravate, attribut vestimentaire incontournable de la mode masculine, tire son origine de la bande d'étoffe portée autrefois par les cavaliers croates qui servirent dans le régiment du « Royal-Cravate » au temps de Louis XIII et Louis XIV. Adoptée par la Cour de Versailles, elle s'imposa dans le monde. Accessoire essentiel, la cravate permet, selon Balzac, de "connaître celui qui la porte", réflexion appuyée par La Rochefoucauld, qui affirmait que "le noeud est à la cravate ce que le cerveau est à l'homme"...

Aujourd'hui, le Petit Robert propose d'ailleurs la définition suivante : Cravate, 1651, « bande de linge que les cavaliers croates portaient autour du cou » ; forme francisée de Croate. En effet, c'est le mot Hrvat, forme croate de Croate, qui a donné krvat, puis cravate. On le retrouve également dans les autres langues : cravat/tie (ang.), krawatte (all.), corbata (esp.), cravatta (it.), gravata (port.), kravat (hong.), krawat (pol.), krawatt (suéd.) ou... kravata (croa.).

"Et comment pouvais-je lutter, moi, faible, grêle, mis simplement, pâle et hâve comme un artiste en convalescence d'un ouvrage, avec des jeunes gens bien frisés, jolis, pimpants, cravatés à désespérer toute la Croatie, riches, armés de tilburys et vêtus d'impertinence ?"

La Peau de chagrin, Honoré de Balzac.

"Une cravate bien nouée est le premier pas sérieux dans la vie"

Oscar Wilde

Source : site Internet de l'Ambassade de Croatie www.amb-croatie.fr/







Repost 0
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 04:02
Le Colvert, tel qu'il est cadastré, et dont nos anciens n'ont jamais entendu parlé, correspond à Zoosingen... qui fut séparé de Krumme Strochen par la voie ferrée Anzeling-Metz à la hauteur de la barrière dite Géant.

Loopatt & Soosingen

Il apparaît clairement que l'arpenteur, chargé de refaire le cadastre de Hestroff a privilégié le nom donné à l'étang artificiel créé vers les années 1980.

Etang "Le Colvert"


En faisant table rase de Soosingen, on en a également profité pour faire disparaître le Loopatt, où on allait faire le foin, entre Hausfeld et le Colbert.

Force est de constater que les arpenteurs ne se préoccupent guère de l'histoire du ban qu'ils réabornent. Time is money...











Repost 0
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 00:00
Ces lieux-dits qui seront bientôt effacés de notre mémoire

Nous avons déjà évoqué certains lieux-dits dont les noms n'apparaissent plus sur le dernier cadastre.

Or d''autres lieux viennent d'être découverts, en l'occurrence In der Nätze. Nous pensions avoir commis un oubli et avons revisité entièrement le cadastre en ligne. En vain.


Eh bien In der Nätze a bien existé... Où ?

In der Nätze et Hasensprung entre Retterberg, Potenterei et Botzing


Entre Krutten, Potenterei et Botzing. Il s'agissait d'une petite prairie. A côté, vers Potenrerei, une petite dépression s'appelant le Hasensprung (le saut du lièvre), a disparu itou tout comme Obere Kruten et Untere Kruten, tous deux orthographiés avec un seul "t", alors qu'un "t" a été rajouté à la graphie actuelle...

Tout en interrogeant la doyenne de la mémoire de Hestroff nous avons appris d'autres changements importants.











Repost 0

Présentation

  • : Hestroff, village de la Moselle francique
  • Hestroff, village de la Moselle francique
  • : Hestroff avant, pendant, après, de 1680 à 1789, 1939-45, 2009, 2010, 2011. Ses habitants, son histoire, sa généalogie, son actualité. Histoire et généalogie pays de Nied, Metz, Moselle
  • Contact

Recherche