Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 20:20

4 minutes 22 secondes, témoignages de 3 Malgré-Nous, portant des noms bien de chez nous : Lucien Henrion, Emile Schneider (sous-titré) et Charles Klein. Ils sont retournés à Tambow où ils ont laissé tant de camarades.

 

http://www.ina.fr/histoire-et-conflits/seconde-guerre-mondiale/video/I00012398/temoignages-de-malgre-nous-de-retour-a-tambov.fr.html


 

Production

Carmin Films , France 3 Strasbourg Alsace


Générique

Drion, Georges
Erb, Françoise
Henrion, Lucien ; Schneider, Emile ; Klein, Charles
Repost 0
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 17:59

La 2e marche découverte des ouvrages de la Ligne Maginot sur le Ban de Hestroff a eu lieu ce samedi 22 juin 2013 sous un ciel relativement clément. Les participants étaient ravis.

 

Première halte devant l'ex n° 13 à Hestroff où ils eurent droit à l'aubade de la 51st Highland Division.

 

Maginot-marche-2013-DSC_0685.jpg

Ensuite direction Hobling vers l'abri de Hestroff et les casemates dites d'Edling, propriétés privées de Thomas le Sarrois et Gilbert le Luxembourgeois. Retour via Edling. Plusieurs haltes avec commentaires historiques avaient été programmées à la grande satisfaction des marcheurs.

 

Maginot-marche-2013-DSC_0768.jpg

Si en quittant le Fort aux Fresques, après un bon bol de soupe aux poireaux (franchement délicieuse), au retour, buvette et restauration accueillirent les différents groupes.

 

Maginot-marche-2013-DSC_0712.jpg

 

 

 

Notre diaporama

 

 

 

ALBUM

 

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.3188381485052.1073741847.1731273575&type=3

 

 

 

 


Repost 0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 13:59

Blockaus GRM entre Bouzonville et Filstroff

 

Si Tonton René était encore de ce monde, il saurait apporter les précisions et corrections utiles, car il avait bonne mémoire et toute sa tête....

Je vais me permettre néanmoins de donner mon éclairage sur cette question.

Sur le lieu d'abord. Il est bien possible que Tonton René ait été affecté au fort GRM entre Bouzonville et Filstroff, toutefois, durant la "drôle de guerre", les hommes ne vivaient pas cloîtrés sous terre tous les jours de leur vie : il y avait les corvées (de bois, de ravitaillement), les exercices, les patrouilles, la surveillance des routes, etc..., de telle sorte qu'ils passaient
plus de temps à l'air libre que dans les forts. Tonton René a très bien pu être affecté à la surveillance de la route de Filstroff depuis ladite ferme (peut-être à la journée et rentrant au fort
le soir), c'est tout-à-fait logique, puisqu'ils n'étaient que 6 hommes à cet endroit, donc pas dans un cantonnement, mais un détachement, qu'ils ne formaient pas une unité, à peine une
escouade,...que d'autre part, la ligne Maginot ayant tous ses canons pointés vers "l'intérieur", il fallait bien aussi des postes de surveillance pointés vers l'Allemagne.

D'ailleurs, dans la maison familiale à H., il y a un poste d'observation  en béton armé, construit par les Français et qui servait à surveiller la route d'Edling et la sortie du bois de
Bousse, donc bien orienté vers l'Allemagne. Ce blockhaus, indestructible, sinon par bombardement, existe toujours et s'il a fait longtemps un lieu de jeu pour les enfants que nous avons été, il nous a toujours obligés à rentrer les voitures en biais dans le garage, car il prend de la place !

Sur la période ensuite. Si Tonton René est bien arrivé fin août à Filstroff (comme le laisse entendre Mr Gautier), alors il n'est pas aberrant qu'il y ait passé plusieurs jours, voire jusqu'à
l'évacuation de Hestroff et au-delà. Ce qui n'aurait pas été cohérent, c'est qu'il y soit allé après cette évacuation, auquel cas, il y aurait eu contradiction. ...

Une anecdote relative à cette époque et que je dois au même Tonton, c'est que, quand on n'était déjà plus dans la "drôle-de-guerre", les Allemands s'étaient avancés en Lorraine francique et avaient fait du clocher de l'église de Tromborn un poste d'observation (et on comprend pourquoi). L'église sera donc détruite "au 3ème coup de canon", par l'artillerie française depuis un ouvrage de Roupeldange (ou Eblange). Et le village avec, forcément.

 

 

Jean-Luc Dodeller


Repost 0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 16:11

En l'an 2009, nous avions eu l'opportunité d'évoquer, lors de son 95e anniversaire,  René Duval, du 162e RIF, un Ardennais ayant épousé une fille de Hestroff.

 

Sur base des souvenirs de son neveu, notre fidèle collaborateur, Jean-Luc Dodeller, hestroff.com avait écrit que Tonton René, sergent au camp de Bockange en 1939, quand Hestroff fut évacué, avait été retenu à la Bibichebach...

 

Capture-bibichebach.JPGBibichebach © Geoportail

 

 

Roland Gautier, spécialiste de la Ligne Maginot, auteur de nombreux sites dédiés à la conservation de la mémoire de la Moselle 1939-1945, vient de nous faire l'honneur de préciser qu'"en fait "tonton René" n'était pas à la ferme de la "Bibichebach" mais dans le poste avancé (blockhaus GRM ) situé sur la route de Filstroff, sortie ouest de Bouzonville  et ce à partir du 24/8; date à laquelle la zone rouge n'était pas encore évacuée -"

 

Jusque là, les souvenirs laissés dans la mémoire de la famille Dodeller ne sont pas en contradiction avec les données archivées par l'Armée. Il y a certes imprécision quant au lieu exact. Nous supposons que lors des pousse-café, Tonton René n'avait jamais prévu de sortir de sa manche une carte d'état-major, la Bibichebach, entre Bouzonville et Filstroff, étant bien connue au pays de Nied ...

 

Roland poursuit : "Il semble donc qu'il y ait une méprise non seulement sur le lieu mais aussi la période car d'après des témoignages recoupés l'opération s'est déroulée avec l'aide des frontaliers affectés dans les ouvrages voisins. Ce n'est que par la suite, avec le déploiement des Grandes unités  et  notamment avec des Joyeux ,que la zone a été mise à sac..."

 

Si hestroff.com concède volontiers à Roland une imprécision de lieu, quelle opération évoque-t-il ? S'agissait-il de faits vitaux qui auraient pu changer le cours de l'existence d'un jeune couple qui s'était déjà juré fidélité 7 ans avant leur mariage ?

 

Bien entendu, hestroff.com aimerait en savoir davantage ! D'autant plus que la Drôle de Guerre, le long de notre frontière, n'a plus de secret pour Roland Gautier.

 

Nouvel éclairage sur le blockaus de la Bibichebach...

 

 

 

----------------------

http://www.aveniremering.fr/IMG/pdf/37621_SMVT_brochure_ligne_maginot.pdf

http://www.hestroff.com/article-tonton-rene-va-mieux-le-sergent-duval-a-fete-ses-95-ans-40884548.html

http://www.hestroff.com/article-les-preludes-de-la-guerre-de-1939-1940-mobilisation-generale-39243059-comments.html#anchorComment

http://www.leovillers.com/liens.html

Repost 0
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 20:42


Commémoration du 70° anniversaire de l'incorporation de force

Prisonniers de leurs Alliés, à Tambov et dans d'autres camps 

 

 

A l'occasion de la commémoration du 70° anniversaire de l'incorporation de force, et en complément de l'exposition organisée par les Archives départementales de la Moselle à Saint-Julien-lès-Metz , l'Association pour la Conservation de la Mémoire de la Moselle en 1939/45 présentera du 11 au 25 novembre à Montoy-Flanville, sous forme d'exposition, projections, spectacle musical et de conférences,  un aspect peu connu de ce drame et plus particulièrement celui des mosellans prisonniers des alliés sur le front de l'Est, aux USA, Grande-Bretagne et en France à La Flèche. 
 
Exposition  " Prisonniers de leurs Alliés, à Tambov et dans d'autres camps"

à l'Espace culturel "La Grange" à Montoy-Flanville .   

Ouverture au public tous les jours de 14h à 18h.visites commentées-  Entrée libre.

 


Conférences
   à la salle des fêtes à côté de la mairie :

 

11 novembre à 17 h : conférence-diapos de Philippe Wilmouth, président d'Ascomémo, doctorant, « Les camps de prisonniers de guerre en Moselle 1940-1948 »
 18 novembre à 17h : théâtre musical par Bergamasque « Les Nuits de Fastov » d'après le livre d'André Weckmann, poète alsacien et ancien incorporé de force.
 25 novembre 17h : conférence de Régis Baty, docteur en Histoire, sur « Tambov »
 

 

Entrée libre
 
Contacts : ascomemo@wanadoo.fr  


En novembre, Philippe Wilmouth publiera aux éditions Domini son livre

« Mémoires parallèlles, Moselle-Alsace face à face depuis le procès de Bordeaux ».

 

Roland Gautier, vice-président de l'ASCOMEMO
 
-----------------------------
Découvrez  l'ASCOMEMO et la vidéo de présentation sur http://ascomemo.chez.com/

 

Repost 0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 00:00
Negative0015
© solnade 1977

Le Fort aux Fresques à Hestroff

Le fort aux fresques ouvrira ses portes pour la dernière fois le samedi 15 et dimanche 16 septembre !!! Il y aura des visites toute l'après-midi de 14h à 17h avec des guides en uniforme d'époque.

Ouvert toute l'année sur réservation pour les groupes. ...

republicain-lorrain.fr/moselle/2012/09/14/dernieres-visites-du-fort-aux-fresques-ce-week-end

 

Bichelsberg-Affiche-JdP-2012.jpg

Le Bichel-Sud à Königsmacker


Entre Kédange-sur-Canner et Koeningsmacker. Visites gratuites le samedi 15 septembre de 15h00 à 18h00 et
le dimanche 16 septembre de 10h00 à 18h00

Exposition de photos et de matériels, guides en tenue. 


Capture-Maginot.JPG
Repost 0
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 00:00

 

Quand Georges VI visita la Ligne Maginot

 

Nos remerciement à Charles Ledig pour nous signaler une vidéo relative à la venue sur la Ligne Maginot de Georges VI en décembre 1939. Charles, pour qui cette visite semble ne plus avoir de secrets, précise que c'est au Mont des Welches A21 que sa Majesté le Roi d'Angleterre a été filmée.

 

 

 

 

 

Super ! On commence à aperçevoir le Mont des Welches à partir de 08 minutes 10 sur cette vidéo. Dans l'une des salles, où Georges VI sera invité à manger, on observe sur le mur l'os à moelle sur lequel tomberont les troupes allemandes lors de l'attaque de juin 1940.  

Selon les témoignages, on y mangeait très bien au "Welchenberg", il était disposé à accueillir des visiteurs.

Aujourd'hui, l'Ouvrage A21, entre Dalstein et Kemplich demeure la propriété de l'armée et l'accès est bien entendu défendu.

Charles Ledig


Repost 0
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 21:28

C'était en décembre 1939. La doyenne de Hestroff, MLH, alors réfugiée à Luttange, s'en rappelle encore. Elle avait quitté Montier-en-der en Haute-Marne où fut décidé le destin des gens de Hestroff. Beaucoup continuèrent la route jusqu'à Saint-Sauveur dans le Poitou. D'autres trouvèrent refuge auprès de familles proches ou éloignées domiciliées au-delà de la zone rouge de la Ligne Maginot. 

Ainsi donc le village de Luttange, quoiqu'aux portes de la Ligne, ne fut pas évacué. Y régnait toutefois une effervescence guerrière. Y étaient cantonnés les soldats français mais aussi, dans le bois qui sépare Luttange de Hombourg-Budange bivouaquaient les soldats de Georges VI.

 

Hestroff-7-rue-de-France-anciennement-n--13-403551_3640531.jpg

     La 51st Highland Division à Hestroff devant l'ex numéro 13 © Ligne Maginot  aimablement transmis par Charles Ledig

 

En décembre 1939, non loin de Luttange, Georges VI est accueilli par les généraux Gamelin, Prételat (commandant le 2e groupe d’armée), Condé (commandant la 3e armée) et Sivot (commandant la région fortifiée de Metz). Il s’arrête d’abord à Waldweistroff, dans le no man’s land, puis inspecte les positions tenues par la 3rd Infantry Brigade du Brigadier Curtis et fait une halte au camp de Veckring. Le clou de son voyage reste le Hackenberg où il a droit à une visite guidée détaillée et à la remise de l’insigne des troupes de forteresse. Sa majesté se rend enfin à l’ouvrage du Mont des Welches, où est servi un copieux repas suivi d’une remise de décorations à des soldats français et britanniques. Le 9 décembre, il prend congé des généraux français pour regagner l’Angleterre à bord du destroyer Centurion depuis Boulogne-sur-Mer.

 Source : http://www.ecpad.fr/wp-content/uploads/2010/06/bef.pdf

 

La visite du roi sur la ligne Maginot fut un événement majeur qui répondit à la volonté du GQG français de faire des ouvrages une vitrine de la puissance militaire de la France, de montrer la quasi-invulnérabilité du système fortifié.

 


Repost 0
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 00:00

Jérôme Jacob refait la Une

 

La Ligne que Jérome Jacob vient de réaliser sera visible par l'ensemble des professionnels au mois de mai prochain. Après inscription il faudra télécharger le film sur le serveur sécurisé du Short Film Corner (littéralement le coin des courts-métrages) et répondre à 4 conditions :


Jacob-jerome-jacob-peaufine-le-montage-de-son-film-en-y-ajo.jpg

 

 

Le film doit avoir été produit après le 1er janvier 2011
La durée du film ne doit pas excéder 35 minutes
Un seul film par réalisateur sera accepté
Le film ne doit pas avoir été inscrit au Short Film Corner lors de la précédente édition

 

Si tout se passe comme prévu, Jérôme Jacob s'en ira donc à Cannes avec deux accréditations. 

 

La Ligne sera visible à la Digital Film Library par l’ensemble des festivaliers. La Ligne restera disponible en consultation privée pour les programmateurs et acheteurs après la manifestation. Jérôme sera invité à participer aux différentes activités organisés tels ateliers, conférences et rencontres. Son film restera disponible en consultation privée pour les programmateurs et acheteurs après le festival.


Alors que La Ligne sera référencé dans le Catalogue du court-métrage publié par le Festival de Cannes, Jérôme Jacob pourra  profiter d'un accès consultatif à une base de données, leader de l'industrie cinématographique et même bénéficier d'une des aides décernées par des organismes soutenant le court métrage. Ce qui ne serait pas plus mal car Jérôme, au lieu de s'offrir une Ferrari, a préféré mettre tous ses deniers dans la réalisation de son dernier rêve.

 

En attendant, venez découvrir les coulisses de La Ligne sur Facebook, visionner la bande annonce officielle où vous pourrez déjà reconnaître les nôtres, etc. etc..

 

 

 

 

Au passage, nous saluons la très jolie et discrète Natacha Lhomme, muse, assistante-réalisatrice, script, photographe, camerawoman,  sans qui rien ne serait pareil...

 

lhomme-natacha-294734_146444382120139_139385209492723_19822.jpgNatacha à la caméra et Jérôme le viseur photo © La Ligne

 

---------------

http://www.facebook.com/pages/La-ligne/139385209492723


 


Repost 0
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 00:00

Entre Boulevard de Trèves et Metz Outre-Seille

 

Avec Schidler, notre transporteur local, qui nous menait le lundi matin vers nos différents lieux d'internement... et nous ramenait le samedi vers notre rural profond, le boulevard de Trèves était bien entendu incontournable...

Pour beaucoup d'entre nous, enfants du pays de Nied, la caserne Steinmetz était le casernement de nos pères avant mai 1940. En quelque sorte un petit peu notre patrimoine...

 

1938-metz-caserne-paul-nade-pepe-RD.png

Caserne Steinmetz 1939 du côté Bellecroix

 

Côté chemins de fer, là où vient de s'installer le Conseil régional de Lorraine, c'était le magasin de tabac que les militaires français ouvrirent grand à leurs compatriotes avant l'arrivée de l'armée allemande. MLH, toujours émue, s'en rappelle encore aujourd'hui...


Metz sep2011 CIMG1028

 

Du haut de ses 17 ans, elle a pédalé ferme de Luttange à Metz pour ramener plein de tabac à son grand-père, le Hévans'Jean-Pierre, 88 ans, fumeur invétéré de pipe... Il n'y avait qu'à se baisser et se servir ... Dieu que le pépé fut content...


Alors que le Boulevard de Trèves se transforme en boulevard chic et choc ... dernier coup d'oeil au passé avec Google Street...

 

Capture-Metz-Boulevard-de-Treves.PNG

 

  Capture-Bld-Treves-caserne-avant-travaux.PNG 

Capture-Metz-Memorial-americain.PNG

http://lesfortsenmoselle.perso.sfr.fr/menu_bellecroix.htm

 

 

Entre Boulevard de Trèves et Metz Outre-Seille

Repost 0

Présentation

  • : Hestroff, village de la Moselle francique
  • Hestroff, village de la Moselle francique
  • : Hestroff avant, pendant, après, de 1680 à 1789, 1939-45, 2009, 2010, 2011. Ses habitants, son histoire, sa généalogie, son actualité. Histoire et généalogie pays de Nied, Metz, Moselle
  • Contact

Recherche