Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 14:05

Avant d'appartenir à Edmond SCHNEIDER, le Café Lorraine était la propriété de Sieur Hipplolyte MAILLARD qui donna son nom au dernier bistrot de Hestroff. N'avait-on pas coutume de dire aller chez le Mèlliaa et ensuite chez la Mèlliaa's Catherine ?

AD-MAILLARD-Hippolyte.jpgCollection Gisèle SCHNEIDER-MASSON


Qui était donc Hippolyte Maillard ? Si nous n'avons pas encore réussi à remonter son ascendance aux meuniers de la Geissenmillen du 18e, ni au sanguinaire Capitaine Maillard du 17e qui n'avait comme seul mérite que d'avoir chassé provisoirement les Français de Sierck, nous savons en revanche que les parents de Hyppolite étaient Simon né vers 1860 et Marie Madeleine Julie JACOB de Guerstling.


Hippolyte, né le 5 avril 1882 à Hestroff, épousa Louise NEISIUS qui décéda prématurément en 1938. Hippolyte avait une fille qui se maria avec un gars du 162e RIF. La belle Anna mourut le 2 octobre 1941 après avoir mis au monde un petit garçon à Bouzonville. Celui-ci fut élevé par une dénommée BRETBEIL, épouse SCHIDLER. Le petit-fils de Hyppolyte, après une carrière dans l'enseignement, s'expatria en Bourgogne où il se reconvertit dans le vin et où il réside encore aujourd'hui.

Notre Hyppolyte se retrouva donc bien seul au cours de la dernière guerre. Perdre son épouse et sa fille bien-aimée à 3 ans d'intervalle fut une cruelle épreuve.

Il lui fallait de l'aide et dans son commerce et dans son écurie. Car Hyppolite, comme tout le monde, avait une petite exploitation agricole, une vache à traire et des cochons pour le saloir.

Son bistrot ne désemplissait pas. Avant la guerre c'était les soldats de Bockange qui s'y bousculaient.  Pendant l'occupation ce sont tous les officiers de la Wehrmacht et aussi quelques SS incontournables en ces temps plus que troublés.

 

C'est ainsi que notre Hippolyte eut vent qu'il pourrait disposer d'une aide. Il fallait se rendre à la gare de Boulay où arrivaient hommes et femmes de l'Est. Il s'y rendit en compagnie de son beau-frère Louis HACKSPILL, un des rares gars du village à être motorisé.

 

Sur le quai de la gare de Boulay on débarquait des prisonniers. Hippolyte eut immédiatement le flash. Il jeta son dévolu sur une jolie Slave se prénommant Katarina. C'est celle-là et pas une autre qu'il voulait. C'est Katarina, en effet, qui le secondera efficacement et lui restera fidèle jusqu'à ce qu'il ferme les yeux, chez lui, ce 5 février 1966.










Repost 0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 21:04
Sur notre nouveau blog sur les Nadé de Hestroff, nous évoquons ce jour feu Raoul GAMA, professeur d'histoire au lycée Fabert à  Metz et président du souvenir français, qui avait réalisé il y a plus de 30 ans les premières tables de mariage de la commune de Hestroff.

Raoul Gama est hélas décédé le 5 mars 2002. Le parcours de ses ancêtres Gama, dont nous retrouvons des traces en Moselle tout au début du 16e, nous aurait intéressée.

L'ascendance de son épouse Bernadette est à chercher sur Hestroff parmi les DICOP et les HACKSPILL, d'où probablement l'intérêt que porta Raoul aux archives de notre commune.
Repost 0
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 22:52
Tout d'abord meilleurs voeux à Hestroff pour l'an 2010 !

Hestroff 19dec09 070 lotissementHestroff et son nouveau lotissement "Les Chênes" fin décembre 2009

Tout au long de l'année 2009, nous avons eu un énorme plaisir de vous faire (re)découvrir votre village. Que  Hestroff vous ait vu naître ou grandir, que Hestroff vous ait accueilli plus ou moins récemment, peu importe ! L'essentiel étant de savoir d'où nous venons pour mieux savoir où nous allons...

Nous resterons en contact, mais plus au rythme actuel, au cours de l'année qui vient de s'amorcer pour continuer à vous parler de tous ceux qui y ont laissé leur empreinte aussi modeste soit-elle.

Cependant, à  l'aube de cette année 2010, un autre devoir nous appelle.

Après la saga des Hackspill, après l'histoire de Hestroff, il est temps de nous consacrer aux  humbles acteurs de notre histoire que furent ces Nadé qui ont infiltré tous les arbres généalogiques de notre village.

Aucun personnage illustre à vous faire découvrir. Juste continuer nos recherches sur les ascendance et descendance de Jean NADé né vers 1620 et décédé en 1680 à Hestroff.











Repost 0
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 00:00
Ernest SCHNEIDER était le fils de Jean, dit Marlou's Jean et Catherine NADé. Son grand-père Jean Schneider était originaire de Wallerfangen près de Sarrelouis.

Suite à un accident du travail au cours duquel il eut la jambe broyée, Ernest fut engagé par Joseph SCHMIDT, dit Péta's Nécklé, notre dernier menuisier. C'est ainsi qu'Ernest échappa tant aux travaux forcés qu'à l'enrôlement de force au cours du dernier conflit.



Schneider-Ernest-d-c-s.jpg
Ernest était un homme bon, un simple dans le sens non péjoratif du terme. Sa jeune vie fut  jalonnée de grandes déceptions. Son coeur notamment se brisa quand les parents de l'amour de sa vie repoussèrent sa demande en mariage.

Sa fiancée, Marie M. d'Anzeling, accablée par le véto parental, prit le voile. Elle entra dans les ordres à Peltre en 1948
après des études d'enseignante. Elle fut nommée à son premier poste à l'école de Longwy-Bas, pour être nommée ensuite successivement dans les écoles de Boulay, Velferding, Corny, Rosselange et Bouzonville, où elle termine sa carrière d'enseignante en 1986. Elle s'est retirée à Jouy-aux-Arches en 2004.

C'est semble-t-il Herrens' Justine en service chez le curé de Hestroff, cousine de la mère de Marie, qui aurait influencé la décision des parents à Anzeling. La soeur aînée d'Ernest, Marie, était divorcée, ce qui, à l'époque, était un péché mortel aux yeux des catholiques pratiquants.

Quand Ernest apprit que sa fiancée entrait dans les ordres, il en fut si désespéré que l'envie de vivre le quitta. Il négligea de plus en plus sa santé puis succomba à une pneumonie ramassée sur les bords de la Nied où
indifférent à la pluie il avait été pêcher. Ernest est décédé le 7 avril 1949 à Belle-Isle à Metz.

CIMG0125.JPGA l'entrée du cimetière, Ernest Schneider repose à votre gauche, tombe 4 anciennement Hann.


Il a été inhumé dans l'ancien caveau HANN, qui jouxtait la dernière demeure de ses grands-parents maternels. Sa jeune soeur Jany, sa préférée, fut incinérée il y a quelques années à Metz et n'a pu venir le rejoindre comme elle l'avait promis.

Nous avons désiré tirer Ernest SCHNEIDER de l'oubli parce qu'il nous a été rapporté que son repos éternel au cimetière de Hestroff tôt ou tard sera troublé.

...






Repost 0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 00:00
Eugénie DODELLER, qui repose à Eteignères dans les Ardennes françaises, est née à Hestroff le 24 novembre 1919. Elle était le 3e enfant, après les jumeaux Louise et Joseph, de Nicolas de Flastroff et de Marie-Suzanne SCHERER ou SCHERRER de Menskirch.

Alors que la présence de ses ancêtres tyroliens était déjà avérée dès 1680 à Hestroff, Génie, comme on avait coutume de l'appeler, est la petite dernière d'une branche qui eut la bougeotte.

Ayant quitté Immenstadt en Allgaü, non loin d'Oberstaufen où se sont rencontrés les HACKSPILL au mois de juin dernier, son premier ancêtre au val de Nied naquit à Gomelange. Ensuite les générations se succèdent et transitent par Freistroff, D
iding, Château-Rouge, Schwerdorff, Flastroff avant de revenir à la case départ.

Remonter l'arbre agnatique de Génie aurait été mission impossible sans le précieux concours du CG571 de Filstroff.

Quand Nicolas DODELLER de Flastroff élut domicile à Hestroff, il ignorait probablement y rejoindre beaucoup de cousins de longue date, en l'occurrence tous les descendants Hackspill.

DODELLER Eugénie

2  DODELLER Nicolas    dim 1er juil 1877         dim 8 aoû 1954
                                         Flastroff, 57                 Hestroff, 57

Génération III

4  DODELLER Nicolas    dim 14 nov 1841         dim 9 déc 1906
       Mécanicien                Flastroff, 57                 Flastroff, 57

Génération IV

8  DODELLER Nicolas    mar 23 aoû 1808         dim 25 avr 1897
       Menuisier                   Schwerdorff, 57           Flastroff, 57

Génération V

16  DODELLER Claude    mar 2 avr 1776               jeu 9 oct 1856
         Menuisier                  Chateau-Rouge, 57        Schwerdorff, 57

Génération VI

32  DODELLER Nicolas                              sam 23 fév 1743         jeu 4 jan 1810
         Vigneron des marquis de Dampont    Diding, 57                   Schwerdorff, 57

Génération VII

64  DODELL Mathias. Mathieu                   dim 13 mai 1696         dim 28 aoû 1746
         Journalier à Diding (Freistroff)           Freistroff, 57                Freistroff, 57

Génération VIII

128  DODELL ; DODELLER ; DODELER François    ca 1665         lun 8 sep 1710
           Probablement maçon                                                               Gomelange, 57

Génération IX

256  DODDEL - DOUDEL Balthasar           
                                                                                        Immenstadt, Allgäu, Bayern


Repost 0
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 00:00

 

Collection Marie-Louise Humbert-Nadé


Né à Halstroff le 25 août 1895 et décédé à Hestroff le 9 avril 1961, l'abbé Louis WAGNER fut ordonné prêtre en 1920 à Metz. Vicaire à Saint-Martin de Metz de 1920 à 1924. Curé à Puttelange-les-Thionville de 1924 à 1936. Curé de Alsting-Zinzing de 1936 à 1953. Curé de Hestroff de 1953 jusqu'à son décès en 1961.


Germanophone, à l'instar de son prédécesseur l'abbé Mohnen, dont il n'avait hélas pas le  charisme, il enseigna le catéchisme en allemand aux enfants nés après guerre. Quel hallucinant paradoxe ! Alors que dès la première année de primaire, les élèves n'avaient plus le droit de s'exprimer en patois sous peine de sévices hélas trop souvent physiques, pour l'abbé Wagner, ils étaient censés maîtriser la langue de Goethe bannie du programme scolaire.

On ne comprenait rien à ce que le brave curé nous racontait et on répétait comme des perroquets, les uns peut-être mieux que les autres. Aussi Wagner s'époumonait-il  tous les jours en criant "Sprechen sie doch Hochdeutsch !" (comprenez par là que le
« haut allemand » était  dans ce cas l'allemand des couches supérieures de la société). Le plus francophone des élèves, dont le père était originaire du pays messin, figura parmi ses victimes favorites pour le oafaïa... qui consistait à saisir la tête d'un élève par les oreilles pour la cogner violemment contre le bureau. Que notre ami Gérard, qui eut droit à tel régime quasi tous les jours, n'eût pas succombé à une commotion cérébrale ou n'eût pas eu les oreilles arrachées relève encore aujourd'hui du miracle.

Le curé Louis Wagner était néanmoins relativement respectueux envers les filles. Ou étaient-elles plus assagies car déjà traumatisées par les coups de verges assenés par leur maîtresse d'école, la soeur Justine ?

Que leur Dieu qu'ils étaient censés servir aient pitié de leur âme. N'ont-ils pas appliqué  des préceptes catholiques dont eux-même avaient probablement été victimes ?

L'Abbé Louis Wagner, succomba, semble-t-il, à un infarctus dans la nuit du 8 au 9 avril. Ce dimanche matin, la nouvelle de son décès foudroyant tétanisa Hestroff. Il y avait ce jour-là, à 10h00, communion solennelle des enfants nés en 1948 et renouvellement des voeux de ceux nés l'année précédente selon les us et coutumes de l'époque.

Louis Wagner, se livrait chaque matin, à des incantations aux pieds de la Croix de la Mission et des sépultures des abbés ayant desservi la paroisse au 18e. Les servants de messe désignés pour les Laudes étaient terrorisés par le visage exalté de leur curé au cours de ces imprédications étranges auxquelles ils ne comprenaient rien...

L'abbé Wagner avait formulé le désir d'être inhumé à cet endroit. Or, sa famille préféra rapatrier sa dépouille à Halstroff où il était né 66 ans plus tôt. Paix à son âme.

Divot-Wagner Halstroff 1
  Pierre Divot et Louis Wagner, tous deux desservants de la paroisse de Hestroff,  reposent en paix, l'un à côté de l'autre, dans la paroisse qui les a vu naître à un an d'intervalle : Halstroff- 4 mai 2010 -


Repost 0
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 03:44
L'abbé Fr. MOHNEN, chevalier pontifical, commandeur de l'Ordre du St-Sépulcre, Officier d'académie, curé de Lemberg en Moselle-Est de 1909 à 1937, était un homme de lettres.

La paroisse de Hestroff lui ayant été attribuée en 1944,  il succéda ainsi à l'Abbé SCHERTZ qui avait accompagné ses ouailles évacués en 1939. La cure était vacante depuis le retour des réfugiés en 1940,  Hestroff, occupé par les Allemands, s'adressant alternativement à l'abbé HAMAN, curé de Drogny et l'abbé KOCH, curé d'Ebersviller.



L'abbé Mohnen était également un globe-trotter comme d'autres curés de son époque. Ses souvenirs de voyage en Grèce, Turquie, Syrie, Palestine et en Egypte furent édités en 1925. Meine Orientreise - Griechenland, Turkei, Syrien, Palestina, Egypten fut imprimé par les soins de J. SIEBERT, Generalvikar. Ce pélerinage en Terre Sainte, bien que riche en enseignement, laisse percer les préjugés de l'époque, notamment l'antisémitisme rampant de ce premier quart du 20e siècle.

Collection Marie-Louise HUMBERT-NADé


L'abbé Mohnen fut remplacé par l'abbé Louis WAGNER.














Repost 0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 14:57
Alphonse DEPENWEILER
 décédé en Norvège le 23 octobre 1943


Collection Catherine Schneider

Alphonse a suivi les gens de Hestroff dans leur exode en 1939. Il avait 16 ans à peine. Nous ne savons pas s'il était à Saint-Sauveur dans la Vienne.
A souligner que de nos jours on trouvera rarement un adolescent se dévouant pour couper les ongles d'un vieil homme. Ce que fit pourtant Alphonse. Sur le chemin de l'exode, il soigna les pieds endoloris du doyen de cette lamentable aventure : Jean-Pierre HACKSPILL, alors âgé de 86 ans.


Les arrière-grands-parents maternels d'Alphonse sont Marco Antonio SANDONA, ouvrier de chemin de fer,  et Rosa FAGGIONATO originaires de Caltrano près de Padova en Vénétie.

Du côté paternel, Alphonse appartenait à une famille présente à Hestroff dès 1680.


DEPENWEILLER François Eugène (° 1891   + 1972 )
SANDONA Marie Françoise (° 1898   + 1981 )
DEPENWEILLER François (° 1859   )
JUNGMANN Thérèse (  )
SANDONA Jean Baptiste (° 1847  x 1882  )
NADé Barbe (° 1857  x
1882  )
DEPENWEILLER Louis (° 1837  x 1869  )
DAVAINE Marie (° 1839  x
1869  + 1906 )
12 
SANDONA Marco Antonio (  )
13  FAGGIONATO Rosa (  )
14 
NADé Antoine (° 1826  x ..../1856  )
15  WAGNER Barbe (° 1826  x
..../1856  )
16 
DEPENWEILLER Jean Jacques (° 1806  x 1829  + 1889 )
17  NADé Anne (° 1808  x
1829  + 1884 )
18 
DAVAINE Blaise Christophe ca 1778   + 1863 )
19  SCHMITT Catherine (° ca 1799   + 1872 )
28 
NADé Antoine (° 1797  x 1824  + 1854 )
29  FREY Anne Catherine (° 1802  x
1824  + 1879 )
30 
WAGNER Nicolas ca 1799   )












Repost 0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 00:00
La disparition d'un proche est toujours une expérience douloureuse. Leur oubli serait regrettable. Aussi avons-nous ouvert une nouvelle catégorie :

Souvenirs de nos proches disparus

Chacun de nous aura la possibilité de contribuer à ce nouveau chapitre en vue d'honorer leur souvenir.

Au fond d'un tiroir ou d'une bibliothèque dorment encore les missels de nos parents dans lesquels ils avaient l'habitude de glisser des images pieuses qui les accompagnaient dans leurs prières.

Un bref regard nous permettra d'en extraire des images en souvenir de nos gens partis souvent prématurément. La coutume les ayant reléguées dans l'oubli, ne les jetez-pas !


A partir du 1er décembre, nous publierons au fur et à mesure les images mortuaires qui nous parviendront. Un peu de généalogie si nous disposons de ce type de données pour la personne décédée et toutes les informations autres en notre possession. Votre contribution, vos commentaires sont souhaités.

Aujourd'hui, nous évoquerons Alphonse DEPENWEILLER, jeune homme qui, à l'âge de vingt ans à peine, est tombé en Norvège en 1943. Alphonse a accompagné plus de 62 ans Catherine JAKYNIW-SCHNEIDER dans ses prières.
















Repost 0

Présentation

  • : Hestroff, village de la Moselle francique
  • Hestroff, village de la Moselle francique
  • : Hestroff avant, pendant, après, de 1680 à 1789, 1939-45, 2009, 2010, 2011. Ses habitants, son histoire, sa généalogie, son actualité. Histoire et généalogie pays de Nied, Metz, Moselle
  • Contact

Recherche