Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 21:36
La paroisse de Hestroff a une école.

Dès 1682,  différents maîtres d’école s’y sont succédés jusqu’à la Révolution :

1682 : Claude TÜPPENWEILLER est cité marguillier à Hestroff en 1682 lors de son mariage. En 1696 il est cité absent au service de sa Majesté.

1684 : Pierre LIGNIER, ca 1661, régent d'école entre 1684 et 1696. Décédé en 1737.

1696-1726 : Thimothée ROBERT, maître d'école depuis 30 ans vient de mourir à l'hôpital St Georges, à Metz.

1727 : Jean Baptiste PONTRY jusqu'en 1730 et 1740.

1740 : naît le premier enfant de François Adam ROBERT, cité régent d'école. François est le fils de Thimothée. François Adam sera maître d'école à Hestroff jusqu'en 1749 .  On le retrouve encore comme témoin en 1752. Son fils, géographe de Louis XV, est l'auteur, en 1771, du dictionnaire universel de la France et le généreux donateur en 1773 des orgues de Hestroff. François Adam mourut en 1776 mais n’eut pas l’honneur d’être enterré dans l’église malgré la générosité de son fils envers la paroisse.

1753-1777 : Noël KIEFFER, fils de Pierre le Tonnelier et ancêtre de Clément Kieffer, graveur en pays de Nied, prend la relève. Il intervient à divers événements dès 1753, notamment les enterrements des Metensis (enfants de Metz) de plus en plus nombreux, en nourrice à Hestroff. En 1777, Noêl, agé de près de 60 ans, cède la place à un nouveau venu. Il décède en 1788 dans d'étranges conditions : "Cejourd'hui dix neuf janvier mil sept cent quatre vingt huit a été trouvé mort dans le chemin de Freistroff à Edling et le lendemain la levée du corps a été faite par la justice de Bouzonville après laquelle a été amené en cette paroisse à savoir Noêl Kieffer agé de soixante ans environ, ancien maître d'école de cette paroisse, époux de feue Catherine Hette. Le vingt et un courant a été enterré sur le cimetière de cette paroisse par nous curé, soussigné, en présence de plusieurs nommément de Noel Kieffer maître d'école à Hautvignel et de Jean Antoine Kieffer organiste à Boulay, l'un et l'autre fils dudit défunt, qui ont signé avec Louis Kieffer, frère dudit défunt (après) lecture faite avec le consentement de Mr Doniers, curé de Freistroff, et de Mr Tock, commissaire pour la levée du corps."


1777-1792 : Frédéric RAUBER, qui signe "Friderique", est originaire de St Ingberg, aujourd’hui en Sarre. Dans son sillage, il amène à Hestroff, ses deux beaux-frères RHEINLÄNDER, teinturiers de métier. Le tissage devait être important en cette fin de siècle à Hestroff, car on y trouve rien moins que 18 tisserands ou tissiers et 18 tailleurs d’habits pour un village qui compte près de 800 âmes.

Frédéric Rauber fut nommé secrétaire de la commune en 1792.

Repost 0
Published by solnade - dans histoire
commenter cet article
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 21:27
« Monsieur Robert de Hesseln, né du Sieur François Adam Robert, ancien maître d'école de cette paroisse, et de Marie Girardin son épouse, actuellement demeurant et établi à Paris, ci devant Professeur en langue allemande et Inspecteur de Messieurs  les élèves de l'Ecole Royale militaire de Paris et auteur du dictionnaire universel de France , se sentant disposé de contribuer à augmenter la Gloire de Dieu et la Solennité du Service Divin, qui doit se faire en cette église, m'écrivit une lettre du 15 9bre 1771 et par laquelle il me manda d'avoir un présent à faire à notre église de Hestroff et qui consistait en une belle et bonne orgue proportionnée à l'église,  mais qu'il ne nous la ferait tenir que préalablement il en soit informé par moi Curé, soussigné, avec les Paroissiens nous l'acceptassions en conséquence.

J'ai requis  le consentement de la saine partie de cette Communauté et l'ayant obtenu,  j'ai demandé audit Robert, en luy témoignant notre juste reconnaissance, que nous souhaitons transmettre à tous nos successeurs pour un don aussi précieux que nous certifions avoir reçu de Paris dudit Bienfaiteur en offrant nos voeux au Seigneur pour son bien-être et en mettant notre confiance en Dieu, qui comme nous (l') espérons fournira les moyens à cette communauté pour l'entretien de cet orgue et le payement d'un organiste
. »

A Hestroff ce dix sept juin mille sept cent soixante treize.
A. Müller, curé de Hestroff et archiprêtre de Kédange.

  "La dite orgue a été montée et mise d'accord par le Sieur Barthélémy Chevreux, facteur d'orgue  demeurant à Bouzonville, et a été touchée pour la première fois à la fête de la Pentecôte de l'an 1772 et depuis continue d'être touchée par Jean Antoine fils de Noêl Kieffer, maître d'école de cette paroisse, qui a appris à la toucher chez  le vénérable Bernard, Maître organiste à Villers-Bettnach".
Repost 0
Published by solnade - dans histoire
commenter cet article
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 21:26
Les reliques dont il est question ici ont dû se volatiliser lors des temps troubles de la Révolution. Aucune trace en 2008 ni dans l'église de Hestroff ni dans la mémoire des plus anciens.


« Faisons savoir à Messires les Curés nos successeurs, que nous (nous) sommes procuré de Rome une partie de la Sainte Croix par le Ministère du Révérend Père Antoine o'Neill, ancien professeur en théologie, Récollet Irlandais ci-devant du couvent de Boulay, actuellement demeurant en celui de St Isidore de ladite ville de Rome; lequel nous a obtenu ladite particule avec une relique de Saint Jean-Baptiste notre Patron sous le titre de la décollation, de son Eminence Dominus Giordanus, Patriarche d'Antioche, ... le Pape Clément XIIII, assistant du siège pontifical, avec les lettres authentiques ci-jointes en date du 4 octobre 1769.

En conséquence,  nous ont été expédiées à  l'Evêché les patentes en due et légitime forme le 20 mars de l'année courante de Monsieur l'Abbé de Vareilles, Vicaire général du diocèse de Metz,  lesquelles patentes ensemble les susdites mentionnées lettres authentiques ont été déposés dans le coffre de notre fabrique d'église paroissiale de Hestroff.

Pour rendre la cérémonie plus solennelle, avec laquelle nous avons exposé ladite Sainte Particule en notre susdite Eglise , avons invité M. Turck, Curé de Gommelange, le Révérend Père Lothaire, Capucin de Sarrelouis, Confesseur, M. Bassompierre, Vicaire résidant à Anzeling, annexe de Freistroff, M. Admant, Diacre, neveu de feu M. Ernest, Curé de Drogny et M. Cabé, séminariste minoré, présent audit Drogny, lesquels se sont transportés avec empressement en ce lieu le jour de Vendredi Saint à deux heures après midy."



Plusieurs passages du Révérend Père F. Antonius o'Neill, curé récollet de Boullaÿ, tel qu'il signait, sont signalés par plusieurs actes de baptême et un décès au registre paroissial de Hestroff entre 1757 et 1759 :

Baptême : dimanche 6 mars 1757 Hestroff (57) , CORDONNIER Jean Pierre
Baptême : mercredi 22 novembre 1758 Hestroff (57) , HOMBOURGER Suzanne
Baptême : mercredi 29 novembre 1758 Hestroff (57) , OSBILD Mathias
Décès : mercredi 29 novembre 1758 Hestroff (57) , OSBILD Mathias
Baptême : mercredi 21 novembre 1759 Hestroff (57) , HACKSPILL Anne



Repost 0
Published by solnade - dans histoire
commenter cet article
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 21:21
L’église de Hestroff, placée sous le vocable de la décollation de Saint Jean-Baptiste, fut agrandie avant  1730 comme en témoigne la pierre scellée dans la partie sud du clocher. Le presbytère fut également rehaussé d’un étage.

Lors de la rénovation en 2003 des extérieurs de l’église, une ancienne croix fut mise à jour.  Elle appartenait à la première église. Une autre rénovation, début 2007, des murs de soutainement du cimetière, unique au pays de Nied de par sa position surélevée, mit à jour un premier cimetière situé en-dessous de l’actuel. Denis Mathis, alors 1er adjoint au maire, très engagé dans la restauration de sa commune, eut le génie d’intégrer une stèle, témoin du XVIe, au nouveau mur face au monument aux morts.


De 1680 à 1750, la paroisse se développa rapidement et, sans être à son apogée, passa de 80 à plus de 710 âmes, sans compter le curé, le personnel en service et les personnes échappant à toutes statistiques…

Tous les desservants de la paroisse de Hestroff furent archiprêtres de Kédange relevant du diocèse de Metz.


Ignace ALEXANDRE, curé de Hestroff et archiprêtre de Kédange, dessert la paroisse de Hestroff depuis au moins 1680. Ignace est francophone et francise  tous les noms allemands. Si les Altmeyer se nomment maintenant Vieuxmaire, les Schumacher devenant Cordonnier, etc., il n'en fut pas de même avec d'autres patronymes dont l'éthymologie devait lui échapper tels les Hackspill, Ketzinger et autres ressortants du Tyrol d'alors.

 Le 1er mai 1696, Ignace, licencié ès lois, est nommé vicaire perpétuel de Thionville par l’Abbé de Saint-Maximin.  Il continue cependant à rester responsable de la cure de Hestroff jusqu'en 1700 où il brillait par son absence. C'est un prêtre d’origine parisienne, nommé par le Roi, bachelier et licencié de Sorbonne, aumônier du Roi, vicaire général du diocèse de Namur et curé du château de la même ville qui assure l'intérim jusqu'en octobre 1700, date à laquelle Ignace Alexandre quitte déninitivement Hestroff.  A Thionville, où Il est nommé archiprêtre le 12 décembre 1706, on se rappellera surtout de ses petites chicaneries financières (source : Histoire de Thionville par Gérard Kloppe).



Damien HENWEILLER, curé de Hestroff et archiprêtre de Kédange, décédé en 1747, fut curé de Hestroff de janvier 1701 à  mai 1740. C’est sous son ministère que l’église paroissiale fut agrandie. Il aurait rédigé un testament au profit « des pauvres, surtout des malades, et pour l’écolage des enfants » (voir Gérard Sins).  Damien a inhumé « le huitième du mois d'avril de l'année mil sept cent onze … munie de tous les sacremens de l'église et avec les sentimens d'une piété très chrétienne Demoiselle Françoise Schweis épouse de feu le Sieur Jean Henweiller vivant Officier de Monsieur de Varsberg à Fauquemont et mère de Moy Curé soussigné agée de 73 ans ...inhumée en l'église paroissiale de ce lieu le dixième des mois et an susdis »

Damien, après 40 ans de bons et loyaux services, rédige son dernier acte, au sein de la paroisse de Hestroff, lors de la célébration du mariage de Jean Hackspill en mai 1740. Et puis plus rien. Est-il malade, décédé ? Les registres paroissiaux ne nous en apprennent pas davantage.


Jean Antoine MÜLLER, curé de Hestroff, semble avoir pris fonction début 1741. Sa première cérémonie fut le 2 mai 1741 lors du baptême de Pierre Ketzinger. Müller, contrairement à ses prédécesseurs n'est pas archiprêtre de Kédange (ce titre ayant été attribué à G. STADTER, curé de Drogny et de Burtoncourt). A son arrivée dans la paroisse, il retranscrit 9 actes couchés sur deux feuilles volantes par le vicaire N. JUNG qui officia après la disparition de son prédécesseur.

Müller, qui n'omet jamais son tréma sur le u, est germanophone. Né à Boulay en 1712 d’un père meunier, boulanger et receveur de l’hôtel de ville de Boulay, il est cité, en 1735, clerc au séminaire de Metz.

Sous sa plume, les Vieuxmaire (re)deviennent Altmeyer. Le patronyme Transberg appartient désormais au passé, détrôné par Transberger. Des prénoms comme Jeanne se transforment sous sa plume en Joanne ....

Lors de la rédaction des différents actes de baptême, mariage et décès, il est plus précis, sauf distraction, que ses prédécesseurs. Les jeunes gens non majeurs sont cités avec les deux parents alors qu'auparavant on faisait fi de la mère. Il fait signer les pères lors des baptêmes. En 1747, il rajoute l'heure de naissance (une aubaine pour les astrologues). Lors de l'inhumation, il fait lecture de l’acte et fait signer proches parents et amis présents à l'enterrement.

Sa mère décède chez lui en 1759 mais « son corps selon sa dernière volonté fut mené le lendemain à Boulay où il est inhumé au long de son mari … dans l'église... » en présence de son frère Me Ferdinand Ernest Müller, avoué et notaire royal au baillage royal de Boulay.

Ce n’est qu’en 1765 que Müller signe pour la première fois curé de Hestroff et archiprêtre de Kédange.

L'abbé Müller a eu le privilège de consacrer les reliques venues de Rome en 1771 et de réceptionner les orgues offertes par le géographe ROBERT de HESSELN, enfant de Hestroff et fils du maître d'école Jean François ROBERT.


L’abbé Müller décède le 20 mars 1788 à « onze heures du matin, muni des saints Sacrements et non du viatic à cause d'un délire subitement survenu, accompagné de vomissements ........... après avoir rempli les fonctions pastorales dans cette paroisse pendant quarante-sept ans avec un zèle et charité des plus édifiants. Il  a été inhumé sur le cimetière de cette paroisse devant la croix de la mission ».


Il ne fut pas aisé de trouver un successeur à l'abbé Müller.


Lui succédèrent BECKER, vicaire de Hestroff, J. ALBERT, administrateur de Hestroff et F. BARTHELEMY jusque début avril 1788.


Pierre CLAVé, nouveau curé de Hestroff, dresse son premier acte officiel en cette paroisse, le 24 avril 1788, avec le décès d'Elisabeth BRAUN, belle-mère de Pierre NADé, tailleur d'habits, dont aucun descendant sur Hestroff.

Clavé doit faire connaissance avec ses nouveaux paroissiens et sollicite les premiers mois la présence du maître d'école lors de la rédaction des différents actes, s'emmêlant notamment les pinceaux entre les Berdel et les Berdouille...

1789. Rien d'anormal à signaler au village. Clavé continue à faire connaissance de ses ouailles. La rédaction des actes est cependant modifiée. On ne parle plus d'inhumation mais de sépulture, plus d'extrême onction et de saint "viatic" mais des sacrements des moribonds. Davantage de précision dans la citation de l'âge, de l'heure (demie, un quart...), citation des époux précédents, etc. Sur tous les actes figurent les lieux d'origine des personnes concernées, ce qui permet de rectifier ou de combler certaines lacunes. Grande innovation lors des mariages : les femmes sont citées comme témoin ! C'est le cas lors du mariage de Jean Joseph CAUDY d'Edling et Suzanne HACKSPILL, le 17 février 1789, le père du marié étant décédé c'est sa maman, Madeleine MAYER, qui fut invitée à signer l'acte de mariage. Autre innovation, un procès-verbal relatif à un enfant mort-né non ondoyé par la matrone, nous apprend que le bébé fut enterré sans cérémonie religieuse à côté du cimetière de l'église... rejoignant ainsi tant d'autres nouveaux-nés non baptisés dont l'existence fugitive nous est inconnue...

Sous la plume de Clavé les graphies d'anciennes familles résidant dans la paroisse depuis plus de 120 ans se stabilisent enfin : ex. Hackspill, Kien, ...

Août 1791, Pierre Clavé disparaît subitement de la scène. Son dernier acte remonte au 14 mai 1791. Gérard ZINS, dans son fascicule sur la rénovation de l’église paroissiale qu’il réalisa en 1981 au profit de la restauration de l’église Saint-Jean Baptiste, écrivit à son sujet :

"CLAVé aura la redoutable tâche d’affronter la persécution religieuse de la Révolution. Refusant tout acte contraire à la doctrine officielle de l’Eglise et de ses représentants, il deviendra vite suspect aux yeux des éléments les plus exaltés et devra bientôt s’exiler. Revenu clandestinement en 1800, il célébrera d’abord les cérémonies religieuses en secret. Découvert et arrêté, il sera un moment emprisonné à Metz. Mais peu à peu la tourmente s’apaise et, à partir de 1804, Hestroff est rattaché à la cure de Bouzonville dont le responsable est, depuis l’année précédente, Pierre Clavé lui-même".

François FRANTZ entre en scène au mois de juin 1790 lors de l'inhumation de Henry Nicolas LECLERE, arpenteur. Son dernier acte officiel, le 7 novembre 1792, est l'inhumation de Pierre WACHS, veuf depuis six ans, père de huit enfants dont les trois filles encore en vie ont quitté le village avec mari et enfants. On peut lire notamment que "pendant la nuit du cinq au six novembre 1792 en revenant de Bettange est décédé dans les champs Pierre Wachs mendiant agé de quatre vingt huit ans environ époux de feu Catherine Hachspille et le sept vers les trois heures de relevé après que la visite a été faite par le ? juré en présence de l'officier de la justice de paix et l'accident ayant par eux été  vérifié son corps fut inhumé par moi soussigné sur le cimetière de cette église avec les cérémonies usitées en présence de Jean Dalstein et Antoine Nadé tous deux citoyens de ce lieu qui ont signé avec nous après lecture faite".

François Frantz semble avoir été nommé administrateur de Guinkirchen en 1792 :  "an quatrième de la liberté le neuf aoust vers les onze heures du matin est né et fut baptisé le même jour par moi soussigné prêtre et administrateur de Genkerchien, de Jean Jacques fils légitime de Jacque Hamentien et de Marie Baour de Riderchen paroisse de Genkerchien.."

Le curé Frantz, en butte avec les nouvelles autorités locales, écrit le 9 janvier 1792, lors du décès de Jean NADé "vers les sept heures du matin est mort sans être muni de sacrements à cause de la circonstance des opinions mal attendu et inspiré mal a propos Jean Nadé agé de soixante sept ans, manoeuvre, époux de Madeleine Hartenstein et le lendemain a été inhumé..."  Puis plus rien. Frantz est-il encore à la tête de sa paroisse ? Les derniers actes des registres paroissiaux sont désormais rédigés et signés par des laïcs, notamment par Frédéric RAUBER, maître d'école devenu secrétaire de la toute nouvelle commune de Hestroff, puis le registre est clos en décembre 1792 par Jean-Pierre HOMBOURGER, nouveau maire qui écrit "arrêté et clos par nous maire et officier publique et à la demande de notre Secrétaire greffier de la commune de ce lieu de Hestroff le vingt six novembre mil sept cent quatre vingt douze an premier de la république française".



Repost 0
Published by solnade - dans histoire
commenter cet article
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 20:57

 

chillesserei-18aou2013-DSC_1279.jpgLa Chillesserei, super cousinade qui rassembla plus de 75 descendants de Arnuald Christchilles. Sur la photo uniquement les porteurs du nom qui ne sont plus que 42 en France © Drogny, 18 août 2013

 

http://a395.idata.over-blog.com/2/33/77/22/Divers/divers-2/divers-3/hestroff-par-solange-carpentier-1082114_1384804138412500_55.jpg

Vue sur les parcelles cadastrées "Gutgarten" © 9 août 2013 Solange Bretnacher-Carpentier

 

Hestroff-juillet-2013-DSC_0964a.jpg

Hestroff © 8 juillet 2013, 12h20, 30°

 

Estivales en pays de Nied 1-07-2013 20-19-40 0283

Les Estivales en pays de Nied 2013. Demandez le programme !

 

Istanbul-by-night-DSC08741la-mosquee-bleue.jpg

Istanbul, Ste-Sophie et la Mosquée Bleue, Place de l'Hippodrome, Topkapi et le harem impérial, Croisière sur le Bosphore, avec Pierre Loti au cimetière d'Eyüp, le bazar égytien... © 25-26 avril 2013

 

 

Hestroff-enfleurs-0126.JPG

Le soleil enfin revenu  © Hestroff 5 juin 2013

 

 

repas des anciens 05-05-13 052 R

Nos doyens toujours bon pied bon oeil © Marie-Line Schiltz, Vigy, 5 mai 2013

 

Fleurs-12-avr2013-DSC_0345.jpg

Nos premières tulipes © 8 avril 2013 

 

Hestroff-10fev2013-DSC_2882-maisons-jaunes.jpgLes Maisons Jaunes du Streffel © 10 février 2013

 

Charleville-Boulay-22jan2013-DSC07468.jpg

Église et presbytère de Charleville-sous-Bois et découverte du patrimoine religieux du Boulageois

 

Hestroff 16jan2013 DSC07286 Drogny église

Coucher de soleil sur Drogny.avec Samsung Galaxy III. Les couleurs sont authentiques.

©  Il était 17h00 ce 16 janvier 2013

 

Hestroff-29-dec2012-DSC07242-bonne-annee.jpg

 

Capture-hestroff-8dec2012.JPGBilly le Flamand a visité le pays de Nied sous la neige ce 8 décembre 2012

 

Hestroff 10fev2012 DSC04051

Hestroff 10 février 2012 de -5° à -1,5° selon exposition vers 16h00

 

Hestroff-31-jan-2012-DSC04020.jpg 31 Hestroff, © janvier 2012

 

J'ai dit que ce n'est que pour moi que j'écris; je ne me donne point la peine de tâcher à mettre ce qui est arrivé dans les temps ni d'y donner un grand ordre : l'un fatigueroit ma mémoire et l'autre me donneroit de la peine, et je ne prétends pas faire l'auteur, n'ayant pas assez d'habileté pour cela, et il ne me convient en aucune manière. Ainsi tout sera mis comme il pourra...

Mademoiselle, 1662

 


L’histoire de notre commune, si modeste soit-elle, est riche.


La mairie, qui sut préserver son patrimoine depuis la création des premiers registres paroissiaux en 1680, a accueilli ces vingt dernières années un nombre incalculable de visiteurs de tous horizons à la recherche de leurs origines.

Parmi ces visiteurs, citons :


  • Alfred LOUIS, qui dès 1992, s’attacha à faire revivre le passé de notre village lors de longues recherches tant aux archives départementales de la Moselle (ADM) qu’in situ.
  • La société d’histoire du Pays de Nied (SHAN) qui fit écho à Alfred Louis en complétant ses recherches.
  • Le site web Hestroff.online.fr qui a permis depuis sa création de donner une dimension universelle à notre petite commune.

Le cercle de généalogie du pays de Nied, désireuse de mettre toutes ses recherches sur support informatique, vient de rééditer le fascicule relatif au dépouillement de ses habitants avec mise à jour de 1992 à 2006.

Pour tous ceux dont l’histoire proche et lointaine est liée à Hestroff, vous constaterez que nombre d’outils sont à leur disposition pour découvrir les lieux où ont vécu ou transité leurs ancêtres.

Aussi, le présent blog n’avait-il pas l’intention ni la prétention de remplacer les recherches déjà effectuées mais seulement d'étudier l'évolution de la population de Hestroff de 1680 jusqu'à nos jours avant de s'accrocher à l'actualité suite à la demande de nos lecteurs.


Repost 0
Published by solnade - dans intro
commenter cet article

Présentation

  • : Hestroff, village de la Moselle francique
  • Hestroff, village de la Moselle francique
  • : Hestroff avant, pendant, après, de 1680 à 1789, 1939-45, 2009, 2010, 2011. Ses habitants, son histoire, sa généalogie, son actualité. Histoire et généalogie pays de Nied, Metz, Moselle
  • Contact

Recherche